Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DGRI 32 - Subvention (8.000 euros) à l’association "IBUKA France" pour son projet de transmission, mémoire et éducation à l'occasion du 25e anniversaire du génocide des Tutsis au Rwanda.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DGRI 32 : subvention à l?association "IBUKA France" pour son projet de transmission, mémoire et éducation à l'occasion du 25e anniversaire du génocide des Tutsis au Rwanda. La parole est à Mme Léa FILOCHE.

Mme Léa FILOCHE. - Merci beaucoup, Madame la Maire.

Mes chers collègues, en ce mois de juillet 2019, nous commémorons les 25 ans du génocide du Rwanda. D?avril à juillet 1994, ce sont 800.000 civils, majoritairement issus de la communauté des Tutsis, qui ont été tués dans ce massacre de masse. Ce terrible épisode de l?histoire a laissé derrière lui tout un peuple et une nation à reconstruire. Un quart de siècle plus tard, le devoir d?inventaire et de mémoire reste encore inachevé. Pour le peuple du Rwanda comme pour nous, l?histoire est gravée dans les mémoires collectives. Nous portons aujourd'hui une attention particulière, par ce projet de délibération, à l?association "IBUKA, Mémoire et Justice, Section France". Créée en 2002, cette association se donne les objectifs de perpétuer la mémoire des victimes du génocide, d?assister et de défendre les rescapés des massacres, et de soutenir toute initiative pour traduire en justice les responsables des crimes génocidaires.

La Ville de Paris soutient pleinement ses actions, et nous nous retrouvons entièrement dans ses combats. Les actions de sensibilisation que réalise l?association mêlent pédagogie et activisme. De nombreux collégiens et lycéens ont pu bénéficier de l?implication d?"IBUKA" dans les établissements parisiens pour faire connaître l?histoire du génocide rwandais et réfléchir sur les mécanismes relatifs à la construction de la haine et de l?idéologie génocidaire. L?association réalise également un travail important concernant les formes de banalisation ou de négation de ces crimes en participant à des manifestations et des débats. L?association "IBUKA" est d?utilité publique. La Ville de Paris est naturellement attachée au devoir de mémoire ainsi qu?à la lutte contre l?oubli, à toutes formes de discrimination et de racisme, et entretient de ce fait une étroite collaboration avec "IBUKA".

En 2016, la mise en ?uvre du "jardin de la Mémoire" dans le parc de Choisy a marqué l?inauguration d?un lieu de recueillement dédié à rendre hommage aux victimes et aux rescapés de ce génocide. Au mois d?avril dernier, vous avez également pu remarquer la superbe exposition photographique "Rwanda, mémoire d?un génocide", qui était affichée sur les grilles de l?Hôtel de Ville. Ces actions sont témoins de l?importance capitale que la Ville accorde à ces enjeux. La tragédie du génocide au Rwanda a encore de lourdes conséquences sur la population rwandaise. Le devoir de mémoire est aussi important pour n?importe quel individu que pour les familles rwandaises qui ont directement été confrontées à l?horreur du génocide.

Nous saluons ici, encore une fois, l?action d?"IBUKA" qui a lancé un nouveau projet visant à venir en aide aux rescapés du génocide résidant désormais en France. Parer aux situations d?isolement et de précarité, repérer les besoins psychologiques et sociaux : telles sont les clés pour fournir un accompagnement adapté. Face à cela, la France se doit également de faire un travail de clarification pour permettre d?apaiser définitivement les relations franco-rwandaises et de pouvoir se consacrer pleinement au devoir de mémoire. Nous appelons à lever l?omerta sur ce sujet, notamment en permettant l?accès aux Archives nationales aux chercheurs et aux chercheuses. C?est une étape essentielle pour permettre des relations saines et apaisées entre la France et le Rwanda, et ainsi contribuer davantage au travail de mémoire.

Nous soutenons donc ce projet de délibération qui vise à accorder une subvention de 8.000 euros à l?association "IBUKA" pour son projet de transmission, mémoire et éducation à l?occasion du 25e anniversaire du génocide. Cela nous tient particulièrement à c?ur. Nous finirons sur les mots de Gaël FAYE, chanteur et auteur franco-rwandais, qui dit : "Je pense que la société rwandaise a réussi à se reconstruire sans oublier ce qui s?est passé". Ces paroles illustrent la nécessité de la commémoration dans la construction d?une société déchirée. Nous soulignons l?importance de l?action locale dans sa mission d?être à l?écoute des citoyennes et des citoyens, de contribuer aux actes commémoratifs. Nous encourageons la Ville à poursuivre ses actions avec "IBUKA" afin de permettre la perpétuation du devoir de mémoire du génocide du Rwanda en souvenir des centaines de milliers de victimes. Je vous remercie.

(Mme Olivia POLSKI, adjointe, remplace Mme Célia BLAUEL au fauteuil de la présidence).

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à M. Patrick KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Je voudrais, avant de commencer mon propos, remercier Jean-François MARTINS qui m?a prêté quelques instants sa voix pour soutenir le premier projet de délibération des relations internationales. C?était un grand honneur pour moi. Mes excuses à vous tous pour cette arrivée tardive.

Je voudrais vraiment souligner le plaisir que nous avons à soumettre ce projet de délibération au Conseil de Paris de subventionner "IBUKA France". Je voudrais saluer principalement son président et toute son équipe. Nous accompagnons "IBUKA France", qui, effectivement, vous l?avez dit, regroupe la mémoire des victimes du génocide tutsi du Rwanda, qui font un travail remarquable à Paris, un travail de mémoire qui associe les Parisiens à ce génocide, et qui travaillent dans un climat de fraternité et d?intelligence avec les autres mémoires du génocide. Dans un travail que nous avons fait, nous avons inauguré un lieu de mémoire dans le parc de Choisy avec "IBUKA France", pour que, chaque année, nous puissions tous ensemble y célébrer le triste anniversaire du génocide qui a commencé le 7 avril 1994.

Nous avons poursuivi ce travail. Il y a eu, pour le 25e anniversaire, une exposition de photographies sur les grilles de l?Hôtel de Ville. Des photographies que, j?espère, chacun a vu et que personne n?oubliera. Nous avons également permis à "IBUKA" de tenir dans cette salle, dans cet hémicycle, un colloque important sur le travail de mémoire et ses enjeux. C?était, encore une fois, une manière d?être associés étroitement à leurs travaux. Et enfin, c?est avec "IBUKA France" que nous avons fait un voyage important avec la Maire de Paris, il y a quelques semaines. Voyage qui nous a bouleversés et va nous inciter à en faire toujours plus pour ce sujet, car les sujets de mémoire ne sont pas des sujets dépassés ni du passé tant que l?on ne les a pas parfaitement traités. Nous sommes, vis-à-vis de nos amis Tutsis du Rwanda, de ceux qui vivent en France et s?y sont réfugiés pour sauver leur vie et celle des leurs, nous sommes des frères en humanité et débiteurs à leur égard d?une dette qui ne s?éteindra jamais.

Je voudrais rappeler le travail formidable qu?ils font avec le mémorial de la Shoah, tout près d?ici. C'est une association parisienne qui ?uvre avec d?autres associations parisiennes auprès des petits Parisiens. C?est un travail formidable qui est en train d?être fait et que je suis heureux de vous appeler à soutenir.

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 32.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DGRI 32). Je vous remercie.