Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAC 566 relatif à l?apposition d'une plaque commémorative en hommage à Raúl Damonte Botana dit Copi 10, rue Cauchois (18e).

La parole est à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire, chers collègues, chassé par la dictature, l'Argentin Raúl Damonte Botona, dit Copi, avait trouvé refuge à Paris sur la butte de Montmartre, rue Cauchois.

Copi, c'est celui qui nous a fait rire des années durant avec sa drôle de dame assise dans "Le Nouvel Observateur", mais c'était avant tout un homme debout.

Une copie non conforme, un artiste pluridisciplinaire, un des pionniers avec Guy Hocquenghem de la lutte pour une visibilité gay, trans et lesbienne.

Copi fut emporté par le Sida il y a 31 ans.

Aujourd'hui plus que jamais, son parcours de vie et son ?uvre continuent à nous appeler, à laisser éclore dans notre société comme dans nos vies, de grandes bulles de liberté.

Son ?uvre, faite de récits, de dessins, de nombreuses pièces de théâtre, fut à son époque, pas si lointaine, perçue comme subversive, provocante, dérangeante. Elle reste encore aujourd'hui une invitation à regarder l'étrangeté qui gît en chacun de nous.

Comme nous le propose le Conseil syndical de la copropriété de l'immeuble du 10 rue Cauchois, nous pensons que nous devons rendre hommage à cet habitant du 18e. Même si Copi se réclamait de l'oubli, même si pour Copi tout était dans l'étincelle et l?élégance de l'instant, nous qui ne sommes pas Copi, nous voulons garder en mémoire cette figure à travers une plaque, une mémoire. Merci.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame PREMEL, pour cet hommage.

Monsieur GIRARD ?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Merci beaucoup, Madame PREMEL, pour cette intervention particulièrement sensible, qui rend hommage en effet à Raúl Damonte Botona, dit Copi, remarquable dessinateur dramaturge que j'ai eu la chance de connaître lorsque j'étais le proche collaborateur d?Yves Saint-Laurent et Pierre Berger.

Copi était un artiste engagé, dont les dessins corrosifs l'entraînèrent vers le magazine "Hara-Kiri" dans les années 60. Figure du F.H.A.R, Front homosexuel d?action révolutionnaire, avec son grand ami Guy Hocquenghem, Copi fut à l?avant-garde des combats pour les droits des personnes comme moi.

Original et excentrique, il incarne à la perfection le Paris libre et ouvert qui nous est cher. Cette plaque, qui sera posée rue Cauchois sur l'immeuble où vivait Copi, s?inscrit dans un mouvement d?une plus grande ampleur visant à amplifier la présence dans l'espace public de personnalités diverses, originales, singulières, parfois moins connues du grand public, mais ayant contribué à la création, l'imaginaire, et la liberté d'expression de Paris, à travers des noms de rues, places ou plaques.

Je tiens bien sûr à souligner le travail sensible de Catherine VIEU-CHARIER dans ce domaine, et celui de notre collègue élu du 12e arrondissement, Jean-Luc ROMERO, à travers son rapport "Paris, ville phare de l'inclusion et de la diversité".

Dans ce contexte, Anne HIDALGO a récemment inauguré plusieurs rues et places rendant hommage à des personnalités comme moi, et notamment Harvey Milk. D'ailleurs, une plaque en hommage à Bernard-Marie Koltès sera également posée rue Cauchois. Copi est décédé, de mémoire un 14 décembre 1987, alors qu?il répétait sa création "Une visite inopportune" au théâtre de La Colline. Il traitait dans cette pièce bouleversante du passage de la vie à la mort de Cyril, jeune homme atteint du Sida. Au même titre que Bernard-Marie Koltès, Hervé Guibert et tant d'autres, Copi fait partie de cette génération d'artistes homos fauchés par le Sida dans les années 80 et 90. Il nous tenait particulièrement à c?ur de lui rendre hommage et de rendre hommage à tous ces artistes qui font toujours rêver Paris, partis si jeunes, mais qui ont profondément marqué le Paris du XXIe siècle et qui aujourd'hui inspirent tellement par la création et l'imaginaire des générations actuelles. Je vous remercie.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 566.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2019, DAC 566). 2019 DAC 697 - Subvention (2.000 euros) et avenant n° 2 à la convention à l?association Paris Culture 20 au titre des projets culturels élaborés dans les quartiers populaires (20e).