Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DVD 47 : association "Paris sans voiture", subventions de fonctionnement et d?équipement. La parole est à Mme Maud GATEL.

Mme Maud GATEL. - Merci, Madame la Maire.

Sur ces deux projets de délibération, car je ne ferai qu?une intervention, pas de grandes difficultés, mais deux remarques.

La manière dont ces subventions seront utilisées reste floue pour certaines, je pense notamment à l?association "Robin des villes". Par ailleurs, certaines de ces associations ont déjà obtenu des subventions de la Ville les années précédentes. Nous avons un peu le sentiment que la Ville colle le label "Stratégie piétons" sur des subventions de toute façon prévues. Cependant, ce n?était pas le sujet sur lequel je souhaitais revenir.

Je souhaitais revenir sur la "Stratégie piétons", adoptée à l?unanimité du Conseil de Paris en janvier 2017, avec un peu de retard par rapport à ce qui avait été annoncé et alors même que la Ville de Paris avait déjà un retard considérable par rapport à d?autres villes françaises ou européennes sur ce point. Dès l?origine, cette stratégie manquait d?ambition, notamment sur trois points : la sécurité, l?encombrement des trottoirs et l?état de la voirie.

Où en sommes-nous aujourd?hui ? Force est de constater une détérioration de la situation pour le piéton. Nous sommes encore très loin des objectifs affichés dans la stratégie, à savoir faciliter les conditions de marche à Paris et promouvoir sa pratique, et faire de Paris une ville exemplaire dédiée aux piétons.

Quelques exemples : d?un point de vue de la vie quotidienne des piétons, la situation s?est fortement détériorée depuis le vote de la "Stratégie piétons" du fait d?une absence d?anticipation et de réactivité de la Ville face à l?apparition des nouvelles mobilités, mais aussi un défaut d?entretien de la voirie. Nous avons beaucoup parlé de la difficulté dans la cohabitation avec les nouvelles mobilités, et tout particulièrement des trottinettes électriques. Quant aux défauts de voirie, nous en avons également déjà beaucoup parlé, mais c?est une source de désagréments persistante pour les piétons. La situation ne s?améliore pas, comme le montre le montant des indemnités versées par la Ville du fait des défauts de voirie : il a globalement augmenté depuis 2014.

Cette situation, nous la connaissons. Elle était prévisible quand l?on constate que le budget d?entretien des chaussées et des trottoirs a diminué depuis 2014, avant d?augmenter miraculeusement à la veille des élections. C?est évidemment la multiplication des chantiers à Paris qui, pour les piétons, pose de vraies difficultés. Le nouveau Règlement de voirie a également engendré un certain nombre de difficultés pour les piétons.

Quelque chose de plus symbolique : dans sa communication, la Maire de Paris avait annoncé qu?elle projetait d?accueillir la conférence 2018 de "Walk21". Or, cette conférence a eu lieu à Rotterdam et à Bogota, mais absolument pas à Paris. Finalement, cette dimension, certes symbolique, est assez symptomatique de la manière dont la "Stratégie piétons" est mise en ?uvre à Paris et nous ne pouvons que le regretter. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie. La parole est à Jacques BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Madame la Maire, chers collègues, je souscris à ces subventions, ainsi qu?à la journée sans voiture puisque ces journées démontrent concrètement les impacts des quartiers libérés de la voiture sur la tranquillité, la santé des concitoyennes et concitoyens, pour le déplacement sécurisé de leurs enfants, pour leurs poumons, et même pour leur tonus musculaire. Cette journée sans voiture, qui se tient depuis près de deux ans maintenant, une fois par mois, dans tout le Centre, pourrait être étendue à une partie du 10e arrondissement et nous nous en réjouissons.

Le Centre de Paris est concerné intégralement par le sujet de ces zones piétonnes, une fois chaque dimanche. Il convient de mieux les surveiller puisque les fraudes sont encore nombreuses mais cela nous permet de respirer et de trouver de la tranquillité, bien nécessaire dans ces quartiers très centraux et très occupés par les circulations tout au long de la semaine.

Les conseils de quartier des arrondissements centraux ont formulé des propositions intéressantes. Ils ont en effet proposé des v?ux pour mieux homogénéiser les règles régissant les grandes zones piétonnes du Centre, en dehors des périodes de "Paris Respire", des halles de Montorgueil-Saint-Denis et du quartier de l?Horloge.

Réduire la place de la voiture est un combat mené par les élus du 2e arrondissement et moi-même depuis plus de 15 ans - presque 19 ans maintenant - et de nombreuses avancées ont été réalisées comme des élargissements de trottoir. Je me réjouis que les rues des Petits-Champs et Saint-Marc soient reconfigurées pour permettre une meilleure cohabitation entre les circulations des voitures et vélos et les piétons. Tout le 2e arrondissement est d?ailleurs désormais, à l?exception des grands axes, en zone 30 et cela apaise considérablement la circulation.

Je me réjouis aussi que les pistes cyclables du boulevard Sébastopol et de la rue Montmartre soient en cours d?achèvement. Ces pistes sont absolument pratiques, ainsi que la piste Turbigo qui passe dans le Centre de Paris. Je peux vous dire, en tant que cycliste, que cela change considérablement la vie, en dépit malheureusement des trop importantes fraudes des deux-roues motorisés, et permet une circulation beaucoup plus sécurisée des cyclistes. Je peux vous assurer qu?il est beaucoup moins stressant et plus rapide d?accéder, par exemple, au Conseil de Paris depuis le 2e arrondissement.

Je me réjouis aussi que, lors de la dernière réunion des nouveaux habitants en mairie du 2e arrondissement, les questions qui m?étaient posées n?étaient désormais plus "Où pourrai-je garer ma voiture ?", mais "Où pourrai-je garer mon vélo ?" Cela montre bien que la majorité culturelle est en train de se modifier et que ce sont désormais ceux qui empruntent des modes de déplacements doux, non polluants, qui sont majoritaires dans le Centre de Paris en particulier, et probablement à Paris. Ils souhaitent, pour mieux se déplacer à vélo, pouvoir pédaler en toute sécurité, notamment les familles qui ont encore peur de se déplacer à vélo avec des enfants en bas âge, à partir de 7 ou 8 ans. On peut faire du vélo à Paris, mais il faut faire preuve d?une très grande prudence, ce qui empêche les familles de se déplacer ensemble à vélo. C?est la raison pour laquelle nous avons, dans le 2e arrondissement, par exemple, organisé une école du vélo pendant les vacances de Pâques ; elle permet gratuitement à tous les enfants de 6 à 10 ans d?apprendre à faire du vélo et, ensuite, à se déplacer en connaissant mieux les consignes de sécurité et en connaissant bien son engin à deux-roues.

Enfin, je me réjouis d?accueillir désormais des ateliers de réparation de vélos avec l?association "Les Éco-Charlie" pour faire des réparations sur son engin de mobilité.

Ce projet de délibération va donc contribuer à mieux faire connaître les bénéfices pour tous et toutes de la journée sans voiture à l?échelle du Centre. Je m?en réjouis, car il préfigure ce à quoi il faudrait aboutir de façon pérenne dans les années, pour ne pas dire les mois qui viennent. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire du 2e arrondissement. Pour vous répondre, la parole est à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

En 2015, Paris a initié, en lien avec la Préfecture de police, la première édition de la journée sans voiture. C?était à l?occasion de la COP 21. Depuis, cette édition a été pérennisée. Au fil des éditions, cette manifestation s?est voulue, chaque année, de plus en plus ambitieuse.

Cette année, la cinquième édition se tiendra le 22 septembre, concomitamment avec les Journées européennes du patrimoine. Grâce au travail engagé par plusieurs associations et collectifs, l?édition 2019 sera festive, animée et participative. Ainsi, une dizaine de porteurs de projets de "Rue aux enfants", qui ont vu le jour dans cette mandature, prévoient d?égayer des rues entièrement piétonnes.

Parallèlement, l?Ecole des loisirs propose aux enfants des écoles parisiennes et franciliennes un concours parrainé par l?auteur de littérature jeunesse Claude PONTI, concours qui prend pour nom "La Journée Sanzoto". Par ailleurs, le "Paris Roller Marathon", qui réunit plus de 3.000 participants, se tiendra à nouveau lors de cette journée, ainsi que beaucoup d?autres événements initiés par d?autres associations, à l?image d?un parcours à vélo de l?association "Diplomacycle" ou encore des balades urbaines proposées par l?association "Rue de l?avenir".

Le collectif "Paris sans voitures", qui est à l?origine de la première édition de la journée sans voiture, nous propose de transformer le quartier du Faubourg-Saint-Denis, dans le 10e arrondissement, à l?intérieur du périmètre du nouveau secteur "Paris Respire" qui a vu le jour au mois de juin. Ce collectif fédère de très nombreuses associations parisiennes et franciliennes : "Agir pour l?environnement", "Alternatiba Paris", "Les Amis de la terre", "Cafézoïde", "Dédale", "Respir?action", le "Réseau Action Climat", "Les Vergers urbains" ou encore "La Voie est libre" pour ne citer qu?elles. Ce projet associe riverains et commerçants du quartier. Grâce à cet événement baptisé "Quartier libre", Parisiennes et Parisiens pourront se dépenser dans l?avenue des Sportifs, se lancer à vélo dans la rue des Mobilités-douces ou encore valser dans la rue de la Danse, ou bien découvrir une rue commerçante Zéro-déchet. Des animations seront également proposées par les porteurs de projet et l?Ecole des loisirs dans une dizaine de "Rues aux enfants", créées ces dernières années.

Nous avons souhaité, aux côtés d?Alexandra CORDEBARD, maire du 10e arrondissement, et de Léa VASA, adjointe à la maire du 10e, que Paris apporte son concours à cet événement à travers cette subvention, pleinement justifiée par l?organisation et la préparation dans les mois qui précèdent un événement comme la journée sans voiture, de cette ampleur et de cette nature. Cela suppose notamment pour le collectif de recruter un chargé de mission.

Enfin, concernant la prochaine édition de la journée sans voiture, plusieurs communes métropolitaines, à l?image d?Aubervilliers, Pantin, Les Lilas ou encore Montreuil, ont fait part de leur intention d?organiser, elles aussi, une journée sans voiture le 22 septembre, en même temps que Paris. Vous l?aurez compris, la journée sans voiture sera, cette année encore, un bel événement festif et populaire qui donnera à voir concrètement une autre ville apaisée, moins polluée et pleine de vie. Je vous donne donc rendez-vous le 22 septembre prochain.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 47.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DVD 47).

2019 DVD 52 - Parc de stationnement "Bourse" (2e). Principe de délégation de service public.