Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DICOM 19 - Conventions de partenariat 14 juillet 2019.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DICOM 19 concernant des conventions de partenariat pour le 14 juillet 2019.

La parole est à Mme Léa FILOCHE, pour 5 minutes.

Mme Léa FILOCHE. - Merci beaucoup, Madame la Maire, chers collègues.

Voilà que nous devons encore voter un projet de délibération afin d?autoriser le partenariat qui engage la Ville de Paris auprès des différentes entreprises à l?occasion du feu d?artifice du 14 juillet.

Nous ne nous opposons pas aux entreprises choisies, cependant, comme lors du Conseil de Paris du mois de juin, nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération. Notre vote relève d'une position de principe.

En effet, je me permets de rappeler qu?il y a quelques mois, sur notre proposition, notre Conseil a adopté un v?u afin que notre collectivité se dote d'une charte de partenariat, de mécénat. Notre proposition est encore à l'état de réflexion, alors que nous considérons qu'il faudrait aller plus vite même si une première réunion de travail est déjà dans les agendas. Nous avons besoin d'un cadre clair, précis et connu de toutes et de tous, élus comme partenaires économiques, associatifs, institutionnels, pour engager l'image et les moyens humains comme matériels et les structures de la Ville de Paris.

Aujourd'hui, les partenariats ne répondent à aucun critère formel sur lesquels nous aurions pu nous mettre d'accord. Ce n'est donc pas une totale opposition de fond sur le projet de délibération, mais bien une opposition de forme, car les différents partenariats avec la Ville de Paris, ville-capitale, ne peuvent pas se faire à la carte, cela soulève trop d'inconnues et de suspicions.

Je vous remercie.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Je donne maintenant la parole à Mme Danielle SIMONNET, pour 5 minutes maximum.

Mme Danielle SIMONNET. - Sans surprise, je voterai contre ce projet de délibération. Il y a toujours un vrai problème de principe de mettre en place toutes ces conventions de partenariat avec des entreprises privées.

Aujourd'hui, ces entreprises-là sont choisies, comment l'ont-elles été ? J'entends que la Maire de Paris s'est opposée, concernant les Jeux Olympiques, à avoir Total parmi les partenariats des Jeux Olympiques, parce qu'on estimait qu'une entreprise numéro 1 de la pollution mondiale ne pouvait pas soutenir des Jeux Olympiques qui se veulent écologiques.

Je ne crois pas en cette fable-là. Je vois que la Maire de Paris a néanmoins accepté que Total soit mécène du théâtre du Châtelet. Je trouve une incohérence complète. Pourquoi le mécénat de Total est scandaleux dans un cas et tout à fait acceptable dans l'autre ?

Aujourd'hui, nous avons pour le 14 juillet 2019 un certain nombre d'entreprises qui sont mécènes. Demain, ce seront d'autres. L'année prochaine, on fêtera la Révolution française avec d'autres partenariats privés. Je trouve cela toujours étonnant.

Excusez-moi du peu pour le principe, qu'est-ce que le 14 juillet ? C'est la fête nationale, la fête de la prise de la Bastille, la fête de la Révolution française ! Une fête qui doit être financée pas par des intérêts privés, qui à un moment donné ne sont pas compatibles avec la notion même d'intérêt général.

S'il y a une manifestation qui ne doit pas dépendre d'intérêts privés, c?est au moins le 14 juillet. Au moins le feu d'artifice du 14 juillet et l'ensemble des manifestations.

Non, je n'accepte pas cela et je vous le redis, tout à l'heure on parlait de Jeff KOONS et on voyait que ce faux cadeau empoisonné faisait qu'il allait y avoir entre 1 et 2 millions d?euros en moins dans les caisses de l'Etat, du fait de l?application de la loi Aillagon, qui fait qu?ils sont défiscalisés de 66 %. Il serait peut-être temps de réaliser que notre Conseil de Paris devrait batailler pour exiger du législateur de remettre en cause cette loi Aillagon, et de faire en sorte qu'il y ait une vraie fiscalité qui fasse que les entreprises privées ne choisissent pas ce sur quoi elles souhaitent apporter une contribution financière, mais c'est à la collectivité, à la souveraineté du peuple, par le biais de l?impôt, de décider qui contribue et où va l'argent.

Je voterai contre ce projet de délibération. J'estime que s'il y a une manifestation, c'est celle du 14 juillet, qui ne doit pas dépendre de ces intérêts privés.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Merci, Madame SIMONNET.

Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je commence par la fin des interventions, donc par Mme SIMONNET du groupe NI. Vous dites que Total aurait été qualifié par la Maire de Paris ou par nous l'Exécutif, d'entreprise de mécène scandaleux. Jamais de la vie. C'est à la suite d'une conversation responsable entre le président POUYANNÉ de Total et la Maire de Paris, tranquillement, qu'ils sont convenus que cela n'était pas opportun d'avoir Total dans les principaux mécènes sponsors des Jeux Olympiques, pour envoyer un message cohérent sur des Jeux Olympiques, je vous rappelle, que François HOLLANDE, Président de la République, et Anne HIDALGO, Maire de Paris, ont ramené à Paris parce qu?ils allaient être durables et écologiques. C?est juste de la cohérence. Maintenant que Total, qui par ailleurs a une fondation et mène un certain nombre de travaux auprès des élèves, auprès des quartiers populaires, sur l'éducation musicale, j'ai vu ce qu'ils font à Pau par exemple dans les quartiers les plus populaires et les plus défavorisés, Total vient dans ce cadre aider le chantier du Châtelet. Le fait d'avoir Total dans les mécènes n'associe pas, pour celles et ceux qui vont au théâtre du Châtelet, l'idée de la station essence où l?on s'arrête pour faire le plein. Dans le cadre des Jeux Olympiques c'était étrange. Ce n'est pas le même propos. Il y a une cohérence et croyez-moi, comme l'a dit Emmanuel GRÉGOIRE ce matin sur une chaîne d'information et de radio, il y avait d'autres mécènes possibles et pour les Jeux Olympiques il fallait une cohérence. C'est tout. Pour répondre à Mme FILOCHE, le v?u voté sera acté puisque la commission a commencé ses travaux, et qu'en effet ses travaux doivent déboucher sur un encadrement du mécénat. C'est une très bonne idée. Vous avez tout à fait raison. Je considère que vous êtes les uns et les autres, que vous soyez dans la majorité ou l'opposition, des dards. Vous êtes là pour donner une piqûre de rappel. Ces dards sont nécessaires pour avancer sur des dossiers aussi importants. Continuez à être des dards.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DICOM 19.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DICOM 19).