Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DASES 5 - DDCT-DFPE-DJS-DAE-DAC-DEVE-DASCO-DPSP - Subventions (5.987.971 euros) et avenants avec les 29 centres sociaux parisiens pour les actions 2019.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DASES 5 et beaucoup d?autres directions concernées, et l?amendement technique n° 196 déposé par l?Exécutif. Il est technique. Il y a une inscription. D?accord. La parole est à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, selon la charte fondatrice, le centre social entend être un foyer d?initiatives portées par des habitants associés, appuyées par des professionnels capables de définir et de mettre en ?uvre un projet de développement social pour l?ensemble de la population d?un territoire. Ces valeurs sont celles de l?éducation populaire. Aussi, les centres sociaux et socioculturels fédérés réfèrent leur action et leur expression publique à trois valeurs fondatrices : la dignité humaine, la solidarité et la démocratie. En ce sens, je voudrais souligner que les références dans le projet de délibération sur les objectifs des centres sociaux concernent la prévention de la marginalisation et l?insertion, et qu?ils sont réducteurs au regard de leurs fondamentaux. Non, les centres sociaux ne sont pas des dispositifs qui trouvent leur légitimité dans l?aide aux populations fragiles et marginalisées, ou en exclusion, mais bien dans l?affirmation que les citoyens d?un territoire ont les capacités et les moyens de définir une politique de développement territorial et d?émancipation, et d?en être acteurs et auteurs.

Ce n?est pas une simple querelle de termes, mais les mots employés traduisent une conception des centres sociaux et, par-là, le contenu des projets soutenus. Il serait peut-être pertinent de réanalyser les projets déposés à l?aune de ces fondamentaux et dire tout simplement que l?on peut regarder comment le projet d?une association et une offre d?activité ou d?atelier se présentent, et ne pas les limiter à cela.

Ce travail relève de l?avenir. Restons pour aujourd?hui aux actions du projet de délibération qui nous appellent à soutenir, dans le cadre de 29 avenants, les associations gestionnaires des centres sociaux. Ce projet de délibération met l?accent sur des projets précis qui peuvent cibler un public ou un domaine particulier. Il y a des projets de santé, de culture, d?emploi, d?insertion, de citoyenneté, mais également des projets concernant la jeunesse, les femmes et l?enfance. Projets divers qui mettent pourtant en évidence les objectifs communs. Je porterai un éclairage sur quelques-uns d?entre eux. Le centre "Crescendo", "Maison du bas Belleville", par exemple, a mis en place un projet de petite enfance, avec des propositions d?accompagnement à l?éveil des plus jeunes et la création de structures d?accueil. Dans le 17e arrondissement, un projet d?ateliers créatifs a été mis en place par les habitants du quartier des Epinettes, qui a pour but d?apprendre à récupérer et réparer les objets et textiles pour les réutiliser. De nombreux centres organisent aussi des permanences d?écrivain public afin d?aider les usagers dans leurs démarches administratives.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Excusez-moi. Pardon, Madame PREMEL. Il y a un petit bruit de fond. Les petites conférences, les petits sous-ateliers participatifs, en dehors de la salle s?il vous plaît. Allez-y.

Mme Danièle PREMEL. - Les centres sociaux agissent pour faire vivre le collectif. Le centre d?accueil de la Goutte-d?Or, dans le 18e arrondissement, met en place des actions qui visent à promouvoir et harmoniser les initiatives qui permettent de répondre aux exigences de justice et de solidarité dans le quartier. Le bilan de ces actions montre bien la demande des habitants d?être intégrés dans la vie et le développement social du quartier. Ces centres, qui peuvent créer, gérer ou animer plusieurs centres d?animation, exercent aussi un rôle décisif de lien entre les différentes associations de quartier ou d?arrondissement. Je pense, par exemple, au projet "Jeunesse Parcours Citoyen" qui a été mis en place dans le 19e arrondissement et monté en partenariat avec le club de prévention "AJAM". Ce projet met en place l?attribution de bourses citoyennes pour des projets collectifs ou individuels : permis de conduire, financement d?une association junior, achat de matériel électronique, en contrepartie d?un engagement citoyen en faveur de la vie de leur quartier. Nous devons, en tant qu?élus, valoriser le rôle des centres sociaux qui permettent de renforcer la coordination avec les autres ressources de leur territoire, et qui sont donc indissociables de la politique sociale de la Ville.

Le projet de délibération l?indique : la Ville de Paris a fait le choix depuis 2014 d?accroître son soutien aux centres sociaux, tout en travaillant à une clarification et une sécurisation de leur financement. Ces centres veillent constamment à la mobilisation et à la participation des différents acteurs individuels ou associatifs, en s?interrogeant notamment sur la réception de la diversité de propositions. J?insiste sur le fait de la co-construction avec les usagers. N?oublions pas que ces centres ont pour vocation de devenir des points d?ancrage pour les habitants d?un territoire. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, la parole est à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Danièle PREMEL. Merci pour deux raisons. La première, d?intervenir et de permettre de mettre en lumière ce projet de délibération. Au-delà du projet de délibération, c?est surtout l?action des centres sociaux associatifs parisiens que cela nous permet de mettre en lumière. Merci pour ces propos. Vous l?avez dit, les centres sociaux sont indispensables à la vie de nos quartiers. Ils sont absolument nécessaires pour permettre aux habitants, en effet, de s?engager dans des actions communes, d?accompagner les familles, de favoriser la citoyenneté, et de mener des projets avec, pour et par les habitants. Je crois que c?est dans ce triptyque qu?il faut saluer leurs actions. Merci d?avoir rappelé leur nécessité.

Ce projet de délibération est finalement une étape supplémentaire dans le travail que nous avons entrepris avec les centres sociaux. Vous êtes un certain nombre à y avoir participé. En début de mandature, nous avons travaillé à sécuriser leur financement avec la C.A.F., deuxième partenaire financier des financements des centres sociaux, en permettant une subvention globale sur un certain nombre de points, avec un renforcement notable du financement de la Ville. Aujourd?hui, c?est une deuxième étape qui est importante puisque c?est dans le cadre de la simplification administrative que nous portons, à la demande de la Maire de Paris, avec Pauline VÉRON, l?intégration par des conventions pluriannuelles. C?était déjà le cas pour les centres sociaux, mais les C.P.O. vont désormais bien au-delà du financeur principal qu?est la DASES, pour enfin intégrer l?ensemble des projets détaillés dans le projet de délibération et qui étaient financés par d?autres directions. Nous continuons à tracer ce sillon de la simplification administrative et de la pérennisation des financements pour les centres sociaux. Merci de mettre ce travail en lumière.

Un dernier mot. Vous posez une question qui est, me semble-t-il, fondamentale : celle de garder en permanence comme point d?attention, et de ce fait comme point d?accompagnement, la participation des habitants à l?ensemble des actions qui sont portées. Je sais que vous êtes une militante farouche et déterminée de l?éducation populaire. Vous avez raison. C?est aussi par la participation active des habitants que nous avançons tous et que le collectif permet d?avancer. C?est au c?ur de ce que sont les centres sociaux parisiens. Cela doit évidemment s?insérer dans une politique plus globale, au-delà de celle de l?animation de la vie sociale portée par la Caisse d?allocations familiales.

Donc, merci de ce rappel, de cet aiguillon et merci d?avoir mis en lumière le rôle indispensable des centres sociaux associatifs à Paris.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets donc d?abord aux voix, à main levée, l?amendement technique n° 196.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L'amendement technique n° 196 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 5 - DDCT-DFPE-DJS-DAE-DAC-DEVE-DASCO-DPSP, ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2019, DASES 5 - DDCT-DFPE-DJS-DAE-DAC-DEVE-DASCO-DPSP).