Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant au v?u n° 92 relatif aux bétons quais hauts des Tuileries. La parole est à M. Thomas LAURET.

M. Thomas LAURET. - Merci, Madame KOMITÈS.

Nous avions fait voter trois v?ux entre juin 2018, septembre 2018 et avril 2019, pour demander qu?un mobilier urbain digne de ce nom et de Paris, digne des quais hauts des Tuileries, puisse être mis en ?uvre. Nous constatons, après avoir eu satisfaction sur l?adoption des v?ux, que les travaux réalisés en juin ont remplacé des blocs de béton, qui, certes, avaient une petite couleur jaune, par des blocs de béton parfaitement gris, mais toujours des blocs de béton. Si quelques pots avec des arbustes ont été installés, en revanche, les lieux ne sont pas beaucoup plus beaux qu?auparavant.

Je voudrais savoir ce qui s?est passé. Pourquoi n?arrive-t-on pas à mettre en place un mobilier digne de ce nom sur ce lieu qui fait partie des plus beaux quais de Paris, dans le prolongement du jardin des Tuileries ? Pourra-t-on y remédier à nouveau à l?avenir ? Je vous remercie.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, la parole est à M. NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

La protection des très nombreux piétons et cyclistes utilisant le quai des Tuileries nécessite des éléments de protection lourds et reconnus pour leur résistance aux voitures béliers. Les glissières en béton armé, que l?on appelle dans le jargon "G.B.A.", qui avaient été initialement installées, ont été remplacées par des G.B.A. plus longues, plus fines, plus élancées et peintes dans une teinte plus adaptée. Les plots en béton protégeant la traversée piétonne au droit de la passerelle Senghor ont été remplacés par des blocs en granit. Un portail coulissant en serrurerie de type barrière croix de Saint-André, assurant les accès des véhicules de service au tunnel, a été installé en remplacement des barrières de chantier. Les bacs contenant des végétaux ont été mis en place à partir du 28 juin après avis des architectes des Bâtiments de France. Ils n?apparaissent pas sur les photos insérées dans votre v?u. J?en conclus que vous l?avez rédigé avant cette date.

Notre premier projet proposait toutefois une version plus ambitieuse comprenant davantage de végétalisation, et consistait en des éléments de protection à l?intérieur desquels nous faisions pousser de la végétation. Malheureusement, nous avons été contraints de modifier ce projet, et je le regrette, suite aux demandes des A.B.F. et pour aboutir à la pose des bacs que vous pouvez voir aujourd?hui. Je vous ai d?ailleurs montré cette photo sur le projet que nous avions poussé initialement, mais elle a fait l?objet d?un veto de la part des A.B.F. Le choix effectué résulte d?un compromis avec les A.B.F. et la Préfecture de police en fonction de critères de sécurité et d?esthétique, que la Ville ne définit pas elle-même. Je vous invite, d?ailleurs, à interpeller les A.B.F. pour voir si nous pourrions faire évoluer leur doctrine en la matière, afin d?avoir des projets plus satisfaisants. En effet, comme vous, nous regrettons d?en être encore à devoir bricoler, en quelque sorte, et à ne pas avoir une solution pleinement satisfaisante.

Je vous invite à interpeller les A.B.F., éventuellement leur Ministère de tutelle, le Ministère de la Culture, et pourquoi pas le Ministre lui-même, afin que l?on fasse évoluer la doctrine des A.B.F. en la matière. Votre v?u étant sans objet, je devrais donner un avis défavorable.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Monsieur LAURET, est-ce que vous le retirez ?

M. Thomas LAURET. - Je ne comprends pas la position de l?Exécutif, parce que vous avez intérêt, en fait, puisque vous-même êtes d?accord avec le fait que?

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Monsieur LAURET?

M. Thomas LAURET. - Le résultat n?est pas satisfaisant, vous avez intérêt à adopter ce v?u pour repartir devant les A.B.F?

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Monsieur LAURET, c?est juste : vous le retirez ou pas ?

M. Thomas LAURET. - Et j?espère que le maire du 1er arrondissement nous soutiendra dans cette opération. Donc nous maintenons ce v?u.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Monsieur LAURET?

M. Thomas LAURET. - C?est important et l?intérêt de l?Exécutif.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Bien.

Alors, nous allons donc mettre aux voix le v?u n° 92, avec un avis?

Demande d?explication de vote ?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je voudrais m?exprimer en un mot en tant que maire du 1er arrondissement. Je voudrais dire que l?impact visuel de cet aménagement est totalement négatif sur un site prestigieux, y compris l?aménagement végétal, ces espèces d?arbustes en pot dont l?effet est absolument catastrophique. Je voudrais signaler qu?en infraction avec la loi, le maire du 1er arrondissement n?a jamais été consulté sur cet aménagement.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Pour vous répondre, la parole est à M. NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Interpellons les architectes des Bâtiments de France. Travaillons avec la Préfecture de police sur ces questions. La Ville de Paris n?est pas seule décisionnaire en la matière. En l?occurrence, aujourd?hui, si le projet ne satisfait pas un certain nombre d?élus parisiens, c?est du ressort de ces institutions que sont les A.B.F. et la Préfecture de police que de trouver une solution en accord avec la Ville de Paris. Je rappelle encore une fois? Et la mairie du 1er arrondissement. Monsieur LEGARET, vous avez tout à fait raison. Bien sûr. Donc nous devons trouver une solution ensemble. Mais en tout état de cause, ce n?est pas la Ville de Paris qui définit les aménagements sur le quai des Tuileries.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Bien.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 92 du groupe Démocrates et Progressistes, avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u n° 92 est rejeté.