Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

97 - QOC 99-258 Question de M. Jean-Yves MANO et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris concernant l'absence de gymnase aux lycée-collège Jean-Baptiste-Say (9e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1999


Libellé de la question :
" Question à M. le Maire de Paris sur l'absence de locaux et de projets pour l'enseignement de l'éducation physique et sportive aux lycée-collège Jean-Baptiste-Say (16e).
Les professeurs, parents et élèves, les élus au Conseil d'administration du lycée s'émeuvent des conditions de travail inacceptables dans lesquelles se déroulent les cours d'éducation physique.
L'espace réservé à cette discipline, soit 180 mètres carrés, ne correspond à aucune norme de gymnase réglementaire. De plus, cet espace est extrêmement vétuste et particulièrement froid en hiver.
Ces conditions ne permettent pas l'enseignement normal des cours d'éducation physique et nécessitent donc d'envisager la construction d'un gymnase, éventuellement en sous-sol.
Ce projet, initialement prévu, semble aujourd'hui abandonné.
Quelles dispositions M. le Maire de Paris compte-t-il prendre pour que le lycée-collège Jean-Baptiste-Say soit équipé de façon correcte d'un lieu d'enseignement d'éducation physique et sportive ? "
Réponse (M. Jean de GAULLE, adjoint) :
" Le Département de Paris a engagé au début de l'année 1998 une étude d'architecture en vue d'aménager un pôle scientifique et technologique aux lycée-collège Jean-Baptiste-Say.
Conscient des difficultés rencontrées par l'établissement pour organiser l'enseignement de l'éducation physique, le Département de Paris a récemment décidé d'envisager une variante à cette étude, incluant la réalisation d'un gymnase en infrastructure. A l'heure actuelle, l'étude est toujours en cours.
Avant que Conseil de Paris ne puisse se prononcer sur la réalisation de cette opération, il sera nécessaire de consulter sur ce projet la Région d'Ile-de-France, cofinanceur à hauteur de 60 % des opérations d'entretien, de mise aux normes et de modernisation des ensembles immobiliers parisiens. "