Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

33 - Proposition de vœu n° 30 déposée par le groupe socialiste et apparentés demandant la reconduction de la subvention aux Jeunesses musicales de France

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de la proposition de v?u n° 30 déposée par M. DELANOË les membres du groupe socialiste et apparentés.
La parole à Mme BLUMENTHAL.
Mme Michèle BLUMENTHAL. - En ce qui concerne ce voeu, je souligne que les J.M.F jouent un rôle essentiel dans l'éveil des jeunes à la culture. Dans le cadre de cette politique, elles organisent des activités scolaires et extra-scolaires. Elles ont permis à des générations successives de jeunes Parisiens d'accéder non seulement aux concerts mais à la culture musicale par une approche pédagogique spécifique.
Contrairement à ce qui se passe en province, la Ville de Paris ne met pas à leur disposition des salles gratuites afin de leur permettre de pratiquer leurs activités de manière efficace.
Or, la subvention qu'elles recevaient a diminué de 52 % en 1998 et disparaît en 1999, ce qui met l'association en péril. En dépit de ces difficultés, l'association n'a pas interrompu pour autant ses activités et aura accueilli sur une période de 6 mois 25.000 enfants, soit la moitié de ce qui était prévu pour l'année dans le cadre de la convention.
En attendant la signature d'une nouvelle convention pour 2000 et afin de passer cette période transitoire, il doit être possible de donner une subvention de 300.000 F dont l'association a besoin ou de reconduire la subvention de 250.000 F accordée en 1998.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à M. de GAULLE.
M. Jean de GAULLE, adjoint. - Effectivement, la Direction des Affaires scolaires a rencontré dans sa collaboration avec les Jeunesses musicales de France différents problèmes.
Les spectacles proposés par cette association étaient moins prisés par les professeurs de musique de la Ville de Paris et le nombre d'élèves qui les fréquentent a baissé. De plus, alors même que la Ville subventionnait ces concerts, il était demandé une participation financière aux familles qui était loin d'être négligeable, entre 15 et 20 F par élève et par concert. Enfin, certaines prestations prévues par certaines conventions n'étaient plus fournies par la J.M.F. Cela a conduit à réduire de moitié la subvention accordée en 1998 et à la supprimer en 1999.
Pour autant, la porte n'est pas fermée.
M. BERTHIER, Président des Jeunesses musicales de France, a été reçu en février par le Directeur des Affaires scolaires afin d'envisager un nouveau partenariat plus satisfaisant pour la Ville, tant au regard d'une meilleure gestion des deniers publics que de la qualité attendue du contenu des prestations.
Des réunions sont en cours pour mettre au point une nouvelle convention.
En l'état actuel des choses, j'ai demandé que soit inscrite une subvention de 250.000 F au budget modificatif et c'est la raison pour laquelle je demande aux auteurs du voeu de bien vouloir le retirer.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je me tourne vers les auteurs du voeu...
Mme Michèle BLUMENTHAL. - Les auteurs du voeu acceptent de le retirer.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Le voeu n° 30 est retiré.