Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DLH 94 - Réalisation par l’O.P.A.C. de Paris d’un programme de réhabilitation “PALULOS” du groupe “Marcadet-Championnet” portant sur 253 logements situé 236, rue Marcadet et 211, rue Championnet (18e). - Garantie de la Ville de Paris pour un emprunt à contracter par l’O.P.A.C. de Paris en vue du financement de ce programme. - Participation financière de la Ville de Paris. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention relative aux droits de réservation et aux modalités de versement de la participation de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2005


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet DLH 94 : réalisation par l?O.P.A.C. de Paris d?un programme de réhabilitation ?PALULOS? du groupe ?Marcadet-Championnet?.

Madame GÉGOUT, vous avez la parole.

Mme Catherine GÉGOUT. - Merci, Monsieur le Maire.

Toute une série de projets de délibération concernent des réalisations de programmes de réhabilitation ?PALULOS? dans des groupes de logements sociaux. Ce sont des centaines de logements sociaux qui sont concernés, souvent construits dans les années 60/70. C?est le cas pour le groupe ?Marcadet-Championnet? dans le 18e, dont les 253 logements ont été construits entre 1956 et 1963.

Il est vrai que ces travaux, souvent indispensables, ont pour conséquence une augmentation de loyer pour les locataires, ce qui pose un problème à un moment où les familles connaissent de graves difficultés et des problèmes de pouvoir d?achat, et où le poste du logement dans le budget familial prend une part de plus en plus importante. D?ailleurs, dans le passé, il y a eu beaucoup d?opérations ?PALULOS? dans lesquelles il y a eu des réactions extrêmement vives des locataires, non pas contre la réhabilitation mais contre les augmentations de loyer afférentes, et dans certains cas les locataires ont gagné.

Concrètement, dans cette cité où 177 familles sont concernées par les travaux de réhabilitation, 72, soit 40,7 % auront une augmentation de 10 à 20 euros mensuels et 55 auront une augmentation de 20 à 30 euros ; ce n?est quand même pas rien, à surface équivalente, bien sûr.

 

Dans ces conditions, il n?est pas étonnant qu?une forte minorité de locataires, 47 %, ait émis une opinion défavorable vis-à-vis de cette opération, qui mériterait, à notre point de vue, d?être reconsidérée pour entraîner une adhésion plus affirmée des bénéficiaires. Ce n?est pas le cas pour les autres opérations ?PALULOS? que nous votons aujourd?hui, où les locataires se sont prononcés massivement pour.

Les conditions de financement des opérations de réhabilitation mériteraient aussi d?être plus soutenues, notamment par la baisse du poids du coût des emprunts contractés, mais aussi par une implication plus forte de l?O.P.A.C. qui n?a plus de frais financiers à supporter sur ces immeubles dont les emprunts sont amortis depuis longtemps.

Cette réflexion est d?autant plus importante à mener que les travaux programmés concernent le clos et le couvert, ce qui est de la responsabilité du propriétaire et, concrètement, pour le groupe ?Marcadet-Championnet?, des travaux de révision et de remplacement des fenêtres par des ensembles double vitrage.

Nous vous demandons, Monsieur le Maire, de bien vouloir demander à l?O.P.A.C. de retravailler, en concertation avec les habitants, ce dossier de réhabilitation du groupe ?Marcadet-Championnet?, en ce qui concerne le prix des loyers. Bien entendu, nous sommes pour cette réhabilitation, donc nous ne voterons pas contre, mais nous nous abstiendrons.

Je vous remercie.

 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur MANO, vous avez la parole.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8eCommission. - Madame GÉGOUT, j?écoute avec attention vos propos et je comprends, bien évidemment, qu?il est toujours difficile de mettre d?accord l?ensemble des locataires. Pourtant, vous avez reconnu vous-même qu?il y avait urgence à faire des travaux. Des travaux qui entraîneront là aussi des économies de charges. Je pense notamment à la mise en place d?une nouvelle robinetterie mitigeuse qui est plus économique. Donc il doit y avoir évolution de loyer, c?est la règle ?PALULOS?. Ce n?est pas l?O.P.A.C. qui va changer les règles. Je pense que les locataires également auront des économies de charges, s?ils savent maîtriser les fluides et l?énergie en général.

Quant aux fonds propres de l?O.P.A.C., je vous ferai remarquer que l?Office met 25 % de fonds propres dans cette opération, ce qui est extrêmement rare de la part d?un bailleur social. Cela montre bien que l?O.P.A.C. essaye de limiter au maximum les conséquences pour les locataires du coût de cette réhabilitation indispensable.

Néanmoins, j?écoute votre message pour qu?il y ait une concertation plus large, ou du moins une explication complémentaire qui soit donnée aux locataires, sans remettre en cause le vote majoritaire des locataires dans cette réhabilitation. J?ai compris votre message, je le transmettrai et je vous propose de voter le projet de délibération.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

 

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 94.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

 

Le projet de délibération est adopté. (2005, DLH 94).