Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DPJEV 79 - Approbation des modalités d’attribution d’un marché sur appel d’offres ouvert pour le nettoiement de certains espaces verts parisiens les weekends et jours fériés.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2005


 

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Je vous propose d?examiner le projet de délibération DPJEV 79.

Monsieur Christian LE ROUX, vous avez la parole.

M. Christian LE ROUX. - Merci, Madame la Maire.

Donc je ne peux que regretter une nouvelle fois le retard pris dans le déroulé de notre séance.

Mme HIDALGO parlait tout à l?heure de souplesse de 5 minutes et nous avons eu une heure et quart de retard.

Madame la Maire, combien coûtent, pour le contribuable parisien, les atermoiements de votre adjoint M. CONTASSOT ? Dont nous nous interrogeons quotidiennement sur l?efficacité de son action parce que Paris est sale !

En nous proposant aujourd?hui d?adopter ce projet de délibération pour le nettoiement de certains espaces verts les weekends et jours fériés, vous nous demandez de cautionner des décisions hasardeuses prises par votre adjoint.

En effet, nous pouvons, à juste titre, nous interroger : pourquoi ce projet de délibération nous est proposé aujourd?hui ?

Est-ce parce que votre adjoint est incapable de discuter, voire de négocier avec les agents qui relèvent de ses délégations ? Est-ce que parce que M. CONTASSOT sacrifie des sites prestigieux, comme le Jardin du Trocadéro, le Champ de Mars à des pseudo-expérimentations menées en dépit du bon sens ?

Pourquoi ce projet de délibération a pris plus de six mois de retard ? Pourquoi les services des Parcs et Jardins ont perdu une saison entière qui les a obligés à des solutions de fortune pour essayer de maintenir un certain niveau de propreté sur ces espaces verts prestigieux qui accueillent chaque année des millions de touristes et de visiteurs ? Quelle évaluation est prévue des prestations fournies par la société privée qui sera désignée et pourquoi la Ville ne peut pas travailler en régie ?

Quel a été le coût pour la Ville de cette absence de décision ?

Vous avez dû, depuis le mois de janvier, et cela durera au mieux jusqu?en novembre, faire appel en urgence aux agents de la D.P.E. pour changer les sacs poubelles, au personnel venant notamment des deux bois, avec la mise en place d?une permanence générale pour venir suppléer les agents du Champ de Mars, avec en réalité du service uniquement vers 9 heures 30 le matin au lieu de 9 heures.

Quel coût cela a-t-il été pour la collectivité parisienne en heures supplémentaires ? Sans oublier que ces agents sont aux 35 heures et que vous les faites travailler les samedis et dimanches.

Alors que, dans le même temps, vous diminuez les effectifs, où sont les mille embauches que vous aviez promises avec la mise en place des 35 heures ? Aujourd?hui, elles sont sept. Sept uniquement !

Quel est le coût de tous ces atermoiements ? Au moins

 

330.000 euros. Alors que cette convention, si on l?avait passé au bon moment, nous aurait coûté 167.000 euros.

Hier matin, ?Le Parisien? titrait ?Champ de Mars ou champ d?ordures? et vous indiquiez fièrement, Monsieur CONTASSOT, la mise en place - je vous cite - ?d?un programme destiné à multiplier les poubelles et surtout les toilettes publiques?. Intéressant mais totalement insuffisant.

Comment voulez-vous motiver les personnels des Parcs et Jardins et de la Propreté de Paris lorsque vous les traitez par le mépris et lorsqu?ils en arrivent, comme la C.G.T. - et j?ai le tract à votre disposition -, à diffuser des tracts dénonçant vos méthodes

- je cite - ?casse des services, plus fort que RAFFARIN? ?dérive répressive, plus fort que SARKOZY?. Et c?est de vous dont on parle !

En méprisant les syndicats, vous faites le lit de l?extrême gauche - et cela n?est pas pour vous déplaire - et vous renforcez Sud - vos amis socialistes et communistes apprécieront.

Vos personnels attendent de l?écoute et du respect. Vous leur proposez opacité et arrogance et en plus vous leur interdisez d?avoir des contacts avec la population lorsqu?ils ont des contacts sur le terrain.

Si vous n?êtes pas capable de gérer vos personnels, mettez en place une véritable décentralisation qui ne serait pas que des mots. Mais une décentralisation qui permette aux élus de terrain que nous sommes de porter les actions nécessaires, là où nos concitoyens en éprouvent le besoin. Depuis plusieurs mois, vous vantez notre Capitale dans le monde entier dans le cadre de Paris 2012, mais quelle image donnons-nous lorsqu?on découvre le Champ de Mars dévasté ?

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Une minute.

M. Christian LE ROUX. - Avec Hélène RIMBERT, Michel DUMONT et Yves POZZO di BORGO, nous avons alerté régulièrement sur les dérives que provoquent l?organisation de manifestations répétitives sur le Champ de Mars. Déjà le concert commercial organisé par NRJ, le 5 juin dernier a laissé le Champ de Mars rempli de détritus, de canettes de bière, de tessons de bouteilles qui sont restés plusieurs jours sur le site, avec tous les dangers que cela représente pour les milliers d?enfants qui fréquentent ce jardin.

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Trente secondes, Monsieur LE ROUX.

M. Christian LE ROUX. - Je ne parlerai pas des arbres, des parterres de fleurs, qui ont été abîmés ni des grilles qu?il a fallu remplacer.

Nous venons d?atteindre un degré supplémentaire avec le pique-nique sauvage géant, qui a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi. Cinq tonnes de détritus ont été abandonnées sur le Champ de Mars. Nous nous sommes rendus sur place avec l?ensemble des élus du 7e pour constater ce désastre et l?impuissance de vos services, malgré une première alerte, lors du bac de l?année 2004, pour remettre en état cet espace vert.

Vous n?étiez pas là, vous n?avez pas pris la peine de venir constater par vous-mêmes les dégâts. Tous les médias ont relayé ces images de désolation.

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. Concluez les cinq minutes sont écoulées.

M. Christian LE ROUX. - Je conclus.

Le Champ de Mars est un lieu unique qui mérite respect et préservation, vous avez refusé d?en inscrire la rénovation complète dans le P.L.U. Il est facile de déclarer quand cela vous arrange que l?ordre public n?est pas de votre responsabilité. Mais depuis quelques années, cet espace vert accessible à tous de jour comme de nuit, subit d?énormes dégradations liées aux manifestations de grande envergure que vous organisez et que nous découvrons dans la presse , car vos services ne nous informent pas.

Nous vous interrogeons sur la clôture de ce Champ de Mars comme cela est le cas pour les Tuileries ou le Luxembourg et cela mériterait une réflexion.

Vous revendiquez d?être l?unique décideur en matière d?utilisation du Champ de Mars, nous demandons avec l?appui des riverains, qui méritent toute votre considération en tant que contribuables parisiens, la stricte application de la réglementation d?utilisation des parcs jardins et espaces verts.

Avec l?ensemble des élus du 7e nous avons l?intention de vous déposer un document sous forme de charte qui établirait les règles d?utilisation du Champ de Mars.

Nous voulons que soient abordés le rôle de cet espace qui doit être en priorité dédié aux utilisations individuelles et gratuites indispensables à l?équilibre de la vie urbaine, le rôle structurant du Champ de Mars au c?ur de Paris et notamment l?accueil de plusieurs millions de touristes chaque année, la nécessité de garantir à ce jardin sa vocation d?espace vert et de promenade familiale.

Enfin, élaborer les moyens de limiter la détérioration du site en conciliant sa vocation naturelle à sa fonction de prestige.

Je souhaite, Monsieur le Maire, que vous organisiez une réunion avec l?ensemble des partenaires et des directeurs concernés de la Ville, de la Préfecture, en présence du Maire du 7e, dans les meilleurs délais.

Melle Sandrine MAZETIER,adjointe, présidente. Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Devant une telle avalanche de mensonges, d?erreurs, d?approximations, je ne sais que dire. Je ne sais que dire. Vous avez fait allusion à la presse mais vous avez oublié de dire que le Maire de Paris - et il l?a annoncé hier - en accord avec moi même, a décidé d?interdire définitivement, toutes les grandes manifestations, notamment de type concerts, grandes fêtes et autres, sur le Champ de Mars.

Cela vous l?avez oublié, mais vous avez une oreille très sélective. De la même manière que vous n?avez sans doute pas entendu que la police est venue sur place mais a refusé d?intervenir.

M. Christian LE ROUX. -15.000 personnes !

M. Yves CONTASSOT, adjoint, rapporteur. - Ha ! Avec

15.000 personnes ce sont les agents des parcs et jardins qui auraient dû faire le travail ? Belle considération pour le personnel ! Que de mépris pour le personnel !

 

Je note que vous vous faites le relais de quelques personnes qui au sein de la Direction des Parcs et Jardins, cherchent à déstabiliser le personnel, à le manipuler politiquement, comme les syndicats le dénoncent, toutes organisations syndicales confondues.

Nous sommes en discussion avec l?ensemble des personnels pour faire en sorte d?améliorer le service rendu aux Parisiens. Ce n?est pas en instrumentalisant le personnel, comme vous tentez de le faire que nous progresserons en la matière, j?ai le regret de vous le dire.

Je préfère, quant au reste ne pas répondre sur un certain nombre d?assertions vraiment très tendancieuses que vous faites vis-à-vis de ces personnels.

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPJEV 79.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DPJEV 79).