Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DU 107 - Attribution de la dénomination “passage Nafissa Sid Cara” à une voie publique située dans le 19e arrondissement de Paris située dans la Z.A.C. “Porte des Lilas”.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2005


 

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous en venons donc au projet de délibération DU 107 relatif à l?attribution de la dénomination ?passage Nafissa Sid Cara? à une voie publique située dans le 19e arrondissement de Paris.

Monsieur GOUJON, vous avez la parole.

M. Philippe GOUJON. - Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Vous me permettrez d?exprimer tout d?abord la satisfaction des élus du groupe U.M.P. - c?est assez rare pour être souligné de voir que le v?u que j?ai déposé en leur nom au Conseil de Paris du 2 mai 2004 et qui fut d?ailleurs adopté à l?unanimité soit, un an plus tard, suivi d?effet.

 

J?y vois d?ailleurs un symbole supplémentaire de l?apport qui est celui de la communauté algérienne dans ce qu?elle peut offrir de plus positif à notre pays, notamment après l?élection récente d?Assia DJEBAR à l?Académie française, à la fois hommage à la francophonie, couronnement d?une ?uvre littéraire et reconnaissance d?une lutte pour l?émancipation des femmes algériennes.

Vous savez d?ailleurs que, contrainte de quitter Normale Supérieure, c?est le Général de Gaulle lui-même qui demanda sa réintégration en 1959, en raison de son talent littéraire.

Nafissa Sid Cara est de cette même veine. Son parcours fut bien celui d?une femme émancipée, émancipation qu?elle s?est préoccupée d?apporter aux femmes musulmanes. C?est, comme le souligne aussi ce projet de délibération, le Général de Gaulle et son Premier Ministre Michel Debré qui ont nommé, pour la première fois, une femme musulmane dans un Gouvernement de la République française.

Il était donc plus que légitime, compte tenu de son action exemplaire et de son parcours remarquable à beaucoup d?égard, que Nafissa Sid Cara soit honorée par la Ville de Paris. Nous avons souhaité qu?une artère de la Capitale porte son nom et qu?elle fut nommée en dérogation à la règle des cinq ans.

Votre projet retient la dérogation et cette dénomination interviendra pour, dans le 19e arrondissement, honorer la mémoire de cette femme de courage et de conviction élue députée d?Alger à l?Assemblée nationale le 30 novembre 1958, Secrétaire d?Etat auprès du Premier Ministre et décédée, hélas, en 2002.

Nafissa Sid Cara, parfait exemple d?intégration et d?adhésion aux valeurs de la République, méritait peut-être mieux qu?un simple passage, mais cette voie publique de Paris portera, comme nous le voulions, le nom désormais illustre, et ceci à l?unanimité de notre Conseil, d?une citoyenne engagée toute sa vie dans la promotion des femmes musulmanes et la promotion des droits des Français musulmans.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. CAFFET.

 

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Je n?ai pas grand-chose à ajouter à ce que vient de dire M. GOUJON. Il est vrai que nous avons dérogé à la règle des cinq ans. Le personnage le méritait et cela montre que lorsque le Conseil de Paris est unanime, nous pouvons trouver rapidement des solutions. Mais malheureusement nous n?avions pas de grande avenue à dénommer.

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci.

 

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 107.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DU 107).