Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif au Programme local de l’habitat (P.L.H.).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous avons encore un dernier v?u référencé n° 44 dans le fascicule déposé par le groupe U.M.P.

M. Jean-Louis ARAJOL a la parole.

 

M. Jean-Louis ARAJOL. - Monsieur le Maire, le Programme local de l?habitat est un document qui permet de proposer des outils pour répondre aux besoins en logement et favoriser la mixité sociale sur la Capitale.

Le P.L.H. est établi pour une durée de cinq ans et la Ville de Paris qui s?est dotée d?un premier programme, a décidé de le renouveler dès 2001. Ainsi le nouveau P.L.H. arrêté en octobre 2003, a été approuvé ici même, par le Conseil de Paris après examen par le Comité départemental sur l?habitat.

Sur ce document il apparaît que les 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissements totalisent 68 % du parc social avec

106.744 habitations et qu?il apparaît, dans ce document, la ferme intention de la Mairie de Paris d?organiser une meilleure répartition des logements sociaux.

Cette volonté municipale est confirmée dans le nouveau Plan local d?urbanisme, actuellement en cours de révision. La mairie du 20e arrondissement, hélas, en seulement deux mois a fait adopter plusieurs délibérations contraires à la logique, pourtant exprimée par la Ville de Paris. Ces délibérations tendant, au lieu de récupérer les espaces libérés par la destruction d?immeubles pour en faire des espaces verts, à reconstruire systématiquement des logements sociaux.

Ainsi, récemment, lors d?une réunion publique organisée rue Vitruve, la municipalité du 20e arrondissement a pris la décision de s?approprier un espace vert de 1.400 mètres carrés, pour construire non seulement un gymnase, ce qui peut paraître légitime, mais aussi et encore des logements sociaux.

Enfin, je rappelle que grâce à l?aide de l?Etat, la Ville va pouvoir réaliser 3.700 logements sociaux par an, et lorsque vous avez envoyé le fameux questionnaire aux Parisiens, ils vous ont répondu pour 94 % d?entre eux qu?ils souhaitaient plus d?espaces verts sur la Capitale.

Considérant que le 20e arrondissement est bien au-dessus du seuil des 20 % des logements sociaux imposés par la loi

                    S.R.U. du 13 décembre 2000, nous souhaitons que toute destruction nécessaire d?immeubles sur le 20e arrondissement soit mise à profit pour réaliser des espaces verts.

                    M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur MANO, vous avez la parole.

                    M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Bien évidemment j?ai lu avec intérêt le v?u déposé. Un petit rappel les 20 % S.R.U., ce n?est pas un plafond, c?est un plancher ! S?il y a une concentration relativement importante de logements sociaux dans les arrondissements de l?Est parisien, c?est le fruit d?une politique engagée depuis 25 ans par nos prédécesseurs qui y ont concentré un certain type de populations. Néanmoins, le 20e arrondissement comme le 19e arrondissement, ont chacun plus de

 

10.000 demandeurs de logements sociaux.

Ces personnes là vivent déjà dans le 19e et dans le 20e arrondissement. Et ils y vivent mal. Dans des immeubles que nous sommes obligés bien souvent, de restructurer parfois de démolir.

En tout état de cause chaque fois que nous traitons un immeuble insalubre où il y avait 10 appartements nous en faisons 5. Nous pensons utile et nécessaire de pouvoir offrir aux personnes qui vivent dans ce 20e arrondissement et qui souhaite y rester, un logement de qualité dans un environnement où ils ont leurs habitudes.

 

Nous ne voulons pas pour autant concentrer davantage les logements sociaux, c?est pourquoi, en fonction du quartier, nous finançons du logement intermédiaire.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame GÉGOUT, vous avez la parole.

Mme Catherine GÉGOUT. - Oui, Monsieur ARAJOL, j?aimerais vous dire, quand même : quand on pense à une ville, on ne pense pas à un petit morceau de la ville, on pense à toute la ville, c?est-à-dire, à l?espace public, à l?espace privé et à leurs articulations. Dans une ville, il y a des logements, il y a des gens qui habitent, qui se promènent et qui vont dans les espaces verts, qui utilisent les équipements publics, qui travaillent.

Tout cela c?est un ensemble extrêmement complexe et je suis tout à fait d?accord avec M. MANO, la Municipalité fait des efforts pour pouvoir travailler sur cet espace public et faire aussi de petites opérations. Il y a, effectivement du logement social dans le 20e, mais ce n?est pas vrai qu?il n?y a que du logement social. Il y a d?autres logements, des équipements publics et nous sommes très loin d?avoir exploité encore l?ensemble de l?articulation de ces espaces qu?il peut y avoir dans le 20e et ailleurs.

Franchement, de mettre cet espèce d?oukaze comme vous essayez de le faire, là je trouve que c?est vraiment nul, Monsieur ARAJOL. Des espaces verts il y en a dans le 20e il y en aura davantage. Il y a 30 hectares sur tout Paris qui vont être réalisés dans le cadre de la mandature. S?il vous plaît laissez les gens se loger, laissez les gens avoir des écoles, des équipements, des espaces verts et tout cela en même temps.

Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

 

Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est repoussé.