Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

65- QOC 98-277 Question de M. Jean-Marie LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet du quartier bordé par les avenues de Choisy, d'Ivry et le boulevard Masséna (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



M. Michel ROUSSIN, adjoint, président. - La question suivante de M. LE GUEN concerne le quartier bordé par les avenues de Choisy, d'Ivry et le boulevard Masséna, dans le 13.
Elle est ainsi libellée :
" Le quartier que bordent les avenues de Choisy et d'Ivry et le boulevard Masséna (13e) est d'une activité bouillonnante avec la présence de nombreux commerces, ouverts même le dimanche.
L'aspect touristique et commercial de ce quartier attire également de nombreux clients et touristes étrangers, avec son cortège de voitures et d'autocars.
Il en résulte des embouteillages dus à l'augmentation de la circulation, aux stationnements anarchiques, à l'absence d'un parking, et ce, tout particulièrement les samedis et dimanches.
Cette concentration de véhicules désirant stationner se traduit en pratique par un stationnement quasi permanent en double file, freinant encore plus la circulation et empiétant sur les accès de garages et passages pour piétons.
Ces embouteillages génèrent bien entendu d'autres nuisances, telles que le bruit et la pollution qui gênent considérablement les nombreux riverains.
Le Conseil du 13e arrondissement s'était prononcé unanimement, en juin 1996, pour demander l'interdiction de stationner aux autocars de touristes dans le quartier, pendant le week-end. Ce souhait est malheureusement resté un voeu pieux.
Afin d'améliorer l'environnement des résidants de ce quartier, serait-il possible que les services techniques de la Ville de Paris, en concertation avec les associations de riverains, réfléchissent à un meilleur aménagement de ces avenues ?
La Ville de Paris, par l'intermédiaire de la S.A.E.M.E.S., pourrait-elle également prévoir un parking rotatif dans l'ex-gare S.N.C.F., espace "Gobelins-nord" située sous la dalle des "Olympiades", ce qui pourrait réduire le stationnement en surface ? "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Bernard PLASAIT, adjoint.
Cette question appelle trois réponses.
S'agissant des autocars, seule la Préfecture de police est habilitée à interdire le stationnement des cars en fin de semaine dans le quartier délimité par les avenues de Choisy et d'Ivry. L'arrêté préfectoral n° 96.10909 du 17 juin 1996 dispose qu'en dehors de certaines zones précises, les autocars n'ont le droit de s'arrêter que le temps strictement nécessaire à la dépose et la reprise de leurs passagers dans la limite maximale de 15 minutes.
S'agissant des aménagements de ces avenues, ils se heurtent à la présence des arbres qui rend les modifications de calibrage de voies difficiles à envisager. Des modifications de sens de circulation, notamment de mise à double sens ont été étudiées. Mais celles-ci n'apportent pas d'amélioration puisque les principales difficultés naissent des stationnements en double file.
Seule une action répressive des services de police apparaît de nature à régler les problèmes du secteur. Un essai de neutralisation de places de stationnement a été entrepris depuis le 16 mai 1998 avenue d'Ivry , afin de rendre plus fluide la circulation en amont immédiat du carrefour avec la rue de la Pointe-d'Ivry.
En ce qui concerne l'aménagement d'un parc rotatif dans l'ex-gare S.N.C.F. espace " Gobelins Nord " située sous la dalle des Olympiades, j'attire votre attention sur le fait que cette emprise est située à plus de 400 mètres des principaux centres commerciaux à l'origine des besoins de stationnement. A cette distance, ce parc de stationnement ne serait plus suffisamment attractif. De plus, l'itinéraire à emprunter pour aller des commerces au parc (avenue d'Ivry, rue Regnault et descente de la rampe d'accès au parc) se révèle difficile surtout en poussant un chariot rempli de provisions. Enfin, la demande forte n'étant constatée qu'en fin de semaine, l'équilibre financier de son exploitation serait très improbable.
Un parc de stationnement d'une capacité d'environ 200 places existe sous un des centres commerciaux. Le propriétaire a, en 1993, déposé une demande de permis de construire visant à doubler la capacité en créant un plancher intermédiaire. Malgré l'obtention du permis de construire, aucune suite n'a été donnée.
Enfin, il existe aussi un parc de stationnement lié à un autre commerce, accessible depuis la rue du Disque et actuellement sous-utilisé.