Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71- 3 - Questions orales du groupe du Mouvement des citoyens.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



QOC 98-240 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris au sujet de l'opération d'urbanisme " Paris-Rive gauche " (13e).
M. Michel ROUSSIN, adjoint, président. - Nous passons aux questions orales du groupe du Mouvement des citoyens.
La première d'entre elles est ainsi libellée :
" M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens attirent l'attention de M. le Maire de Paris sur les conséquences négatives de l'opération d'urbanisme "Paris-Rive gauche" (13e) conduite par la Société d'économie mixte d'aménagement de Paris (S.E.M.A.P.A.) qui dépend de la Ville de Paris.
Le Plan d'aménagement de zone de cette Z.A.C., approuvé le 7 juillet 1997 par la majorité du Conseil de Paris, prévoit d'assurer la continuité de la liaison entre les 13e et 12e arrondissements, empruntant le pont Charles-de-Gaulle, par une voie devant contourner en principe la halle de la gare d'Austerlitz par le sud-est. Celle-ci vise à permettre le développement du réseau viaire prévu entre la future avenue de France - artère qui paraît surdimensionnée devant traverser cette Z.A.C. d'est en ouest - et le boulevard du périphérique.
Ce projet devrait profondément bouleverser ce secteur de la gare d'Austerlitz par un aménagement routier dont l'utilité paraît d'autant plus discutable que l'équilibre financier prévisionnel de l'opération "Paris-Rive gauche" est extrêmement fragile. Cet équilibre repose en effet à plus de 70 % sur la commercialisation espérée de surfaces destinées à accueillir 900.000 mètres carrés de bureaux, alors que l'on compte près de 4 millions de mètres carrés de bureaux vides dans l'agglomération parisienne.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent par conséquent à M. le Maire de Paris que leur soient communiqués tous les éléments justifiant l'aménagement de cette voie de contournement par le sud-est de la gare d'Austerlitz et ressortant des études préalables à la définition du Plan d'aménagement de zone de cette Z.A.C. (concernant notamment la circulation prévue).
Ils demandent à M. le Maire de Paris, compte tenu du fait que cet aménagement de voirie va provoquer un accroissement de la circulation, donc de la pollution dans ce secteur proche d'un des plus grands hôpitaux d'Europe, de prendre dans les meilleurs délais des dispositions pour que soit revu complètement le programme, dont le P.A.Z. de cette opération dans le secteur de la gare d'Austerlitz.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens insistent pour que cette voie de contournement par le sud-est ne soit pas aménagée, à l'exemple de l'abandon précédent du principe du percement d'une voie à travers la verrière de la gare d'Austerlitz.
Ils demandent, par ailleurs, à M. le Maire de Paris un bilan actuel et prévisionnel des commercialisations réalisées jusqu'ici dans la Z.A.C., d'une façon générale et plus particulièrement dans le secteur Austerlitz, ainsi que le coût de ces aménagements de voirie prévus, notamment pour ce secteur.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent enfin que M. le Maire de Paris engage une concertation avec les institutions concernées par cet aménagement. Il serait regrettable que cette Z.A.C., entachée de nombreuses incertitudes, ait pour conséquence la démolition de locaux appartenant à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris et la réduction d'emprises de l'hôpital Pitié-Salpêtrière. Au moment où la majorité des Parisiens rejette la priorité donnée à l'automobile, il est choquant de voir la Ville de Paris persévérer dans la logique dépassée du "tout-automobile". "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint.
M. SARRE et les élus du groupe du Mouvement des citoyens s'interrogent sur l'impact en termes de circulation automobile et de pollution de la création de la voie de contournement de la gare d'Austerlitz, prévue par le Plan d'aménagement de zone de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ", approuvé par délibération du Conseil de Paris le 7 juillet 1997.
Le Maire de Paris rappelle qu'il a fixé, en particulier lors de sa communication sur les déplacements, un objectif de diminution de la circulation de 5 à 10 %. Il souhaite également vivement que soient engagées des actions visant à diminuer la pollution. Il réclame dans ce but une réelle concertation avec les représentants de l'Etat sur ces questions importantes qui ne pourront être traitées dans le seul cadre parisien.
Par ailleurs, la Ville participe activement à l'élaboration du Plan de déplacement urbain d'Ile-de-France, qui devrait permettre de définir les grandes orientations régionales sur le sujet.
En ce qui concerne spécifiquement la voirie de contournement de la gare d'Austerlitz, un groupe de travail a été créé dans le cadre de la concertation sur " Paris-Rive gauche ", et la réflexion se poursuit. Le moment venu, il conviendra de concilier les différents impératifs en présence, tant sur le plan de la circulation que de la qualité de la vie.
En ce qui concerne les commercialisations réalisées dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ", vous savez (la presse s'en est fait largement l'écho) que la conjoncture immobilière s'est redressée. Actuellement, " Paris-Rive gauche " intéresse de nombreux promoteurs pour la construction de bureaux, ce qui démontre que cette opération répond à une véritable nécessité pour les entreprises à Paris.
Ainsi, plusieurs ventes importantes ont été réalisées dans les mois qui se sont écoulés : dans le secteur Austerlitz : 21.000 mètres carrés de bureaux pour la Caisse des dépôts et consignations, qui souhaite acquérir à côté un deuxième lot de 22.000 mètres carrés.
Dans le secteur Tolbiac, le siège social de " SANOFI " est en cours d'emménagement. Deux immeubles de bureaux totalisant 20.000 mètres carrés ont été achetés par une caisse de retraite. Par ailleurs, cinq promoteurs bénéficient d'options sur des droits à construire des bureaux, pour un total de 75.000 mètres carrés.
Enfin, dans le secteur Masséna, la S.E.M.A.P.A. a récemment signé une promesse de vente pour un immeuble de bureaux de 23.000 mètres carrés.