Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'inscription de la langue des signes dans la Constitution française.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 97 relatif à l?inscription de la langue des signes dans la Constitution française.

Madame CARRÈRE-GÉE, vous avez la parole.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Un v?u qui fait suite à la demande de nombreuses associations de personnes sourdes et à la prise de position de la Maire de Paris pour lui demander, comme elle s?y est engagée, de saisir le Gouvernement afin que la langue des signes soit inscrite dans la Constitution française, puisqu?il s?agit d?une langue française orale qui fait partie du patrimoine français et représente le moyen de communiquer de beaucoup de personnes en France. Merci.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci, Madame la Présidente.

Monsieur NORDMAN, vous avez la parole.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint. - Bien évidemment, j?émettrai un avis favorable à ce v?u, d?autant que, vous l?avez rappelé, la Maire de Paris, à l?occasion du congrès mondial des sourds qui s?est déroulé à Paris au mois de juillet, a exprimé cette position de reconnaissance dans la Constitution française de la langue des signes. D?ailleurs, j?ai eu l?occasion de rappeler cette position lors d?un grand rassemblement qui s?est déroulé samedi dernier, à l?occasion de la "Journée mondiale des sourds". Cette position a été et est très favorablement accueillie, même revendiquée par un certain nombre d?associations de personnes sourdes.

Au-delà de cette position de principe, je souhaite profiter de l?occasion qui m?est donnée pour rappeler quelques actions très concrètes réalisées par la Ville de Paris, de promotion de la langue des signes française. Par exemple, comme cela avait été l?objet d?un v?u adopté en séance de Conseil de Paris l?année dernière, nous allons proposer des cours de langue des signes française au catalogue des cours municipaux pour adultes. C?est une nouveauté. La semaine dernière, j?ai eu l?occasion de visiter l?école Turenne, qui - je ne sais pas si vous le savez - est la seule école parisienne qui assure un enseignement en langue des signes pour les enfants de maternelle et de primaire.

Nous allons nous mobiliser afin que cet enseignement soit poursuivi puisque, malheureusement à Paris - pour cela, nous allons saisir l?Education nationale - il n?y a pas la possibilité de poursuivre cet enseignement au collège et au lycée. C?est donc, là aussi, un sujet très important qui nécessite notre mobilisation. J?indique également, pour le rappeler, qu?il existe à Paris des pôles sourds, avec des accueils en langue des signes française pour les personnes. Ces lieux sont très utiles et très visités.

Je souhaite insister sur un point important. Nous soutenons évidemment les initiatives qui permettent de valoriser la langue des signes française. Il n'en demeure pas moins que les personnes qui n?utilisent pas la langue des signes comptent aussi. Je pense à celles ayant perdu l?audition et qui n'ont pas appris à signer, à celles qui ont fait le choix de coder et donc d'utiliser le langage parlé complété, ou encore à celles qui ont des implants cochléaires. Il faut que, dans les actions que nous menons à la Ville de Paris, nous puissions nous adresser à toutes des personnes sourdes, dans leur diversité.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 388).

2019 DASES 240 - Participation (222.016 euros) - Convention mise à disposition à titre gracieux de matériels par l'Association La Vie Active au profit de la Ville de Paris, destinés aux consommateurs de drogues en errance.