Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DEVE 141 - Subventions (19.100 euros) à 10 associations et un établissement d'enseignement supérieur dans le cadre de l'appel à projets "Animaux en ville" dont 10.500 euros budget participatif.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DEVE 141 avec un amendement n° 48 : subventions à dix associations et à un établissement d?enseignement supérieur dans le cadre de l?appel à projets "Animaux en ville". Madame SIMONNET est la première intervenante.

Mme Danielle SIMONNET. - C?est un projet de délibération important mais je trouve assez décevant. Nous allons accorder 19.100 euros de subvention à dix associations et à un établissement d?enseignement supérieur dans le cadre de l?appel à projets "Animaux en ville" et, parmi cette somme, 10.500 euros relèvent du budget participatif.

Je rappelle le point de départ, qui a pu occuper beaucoup nos débats ici dans cette Assemblée, sur la question de la condition animale et le rapport êtres humains et animaux en ville. C?était notamment le débat et le refus des cirques avec des animaux et je regrette qu?il ne soit toujours pas prévu de prise de décision de la part de la Ville, de manière beaucoup plus fonte forte et ferme, sur ce sujet.

Dans ce projet de délibération, on peut constater d?abord une grande diversité des associations. Il s?agit, par exemple, d?associations qui s?occupent d?élever et d?éduquer des chiens guides d?aveugles. Il s?agit aussi d?associations pour de futurs dispensaires vétérinaires pour les animaux de compagnie de personnes en grande précarité. Une association ?uvre sur la réhabilitation des animaux issus de laboratoires. On a aussi - ce qui est original - un atelier de philosophie destiné aux enfants sur le rapport homme et animal. J?en passe.

Il y a également des associations qui gèrent des abris pour chats errants ou libres. Là-dessus, je tiens à signaler - je présente un v?u tout comme le groupe Ecologiste de Paris - que je regrette que la Ville mette insuffisamment de moyens suite au débat que nous avons eu en juillet sur la question des chats errants et des chats libres. Il faut mettre beaucoup plus de moyens, notamment pour prendre en compte toute la problématique à la fois de la stérilisation, de l?accompagnement et du soin des chats errants et libres.

Je vois, par ailleurs, deux autres soucis dans ce projet de délibération. Le premier est que vous subventionnez une association de pêcheurs. Certes, c'est pour des actions au service de la reproduction des poissons et de la nidification d?oiseaux, mais faut-il rappeler que consommer ou vendre du poisson à Paris est interdit à cause de la pollution ? Dès lors, pourquoi la pêche est-elle autorisée ? Je continue sur cette question : les poissons sont-ils considérés uniquement sous l?angle des loisirs pour l?homme, réduits à des objets, que l?on peut faire souffrir à coups d?hameçons dans la tronche et que l?on rejette dans la Seine, quand bien même la grande proportion de poissons que l?on va rejeter ne va pas survivre ? Est-ce le rapport que l?on engage avec les animaux, dont les poissons ?

Vous êtes, comme moi, régulièrement sollicités et informés par des photos qui montrent que, dans les associations de pêcheurs, si certains pêcheurs sont très attachés au respect de l?environnement et ont pu être, par exemple, des lanceurs d?alerte - je pense notamment du côté de Nanterre quand nous avions appris que l?entreprise Vinci avait pollué pendant plus d?un an la Seine en rejetant du béton à même le fleuve -, on a aussi beaucoup de soucis de pêcheurs qui abandonnent leur matériel de pêche, avec des conséquences terribles de pollution mais aussi sur les animaux - je pense notamment aux canards. Des associations travaillent sur ce sujet et cela me semble important.

Par ailleurs, je regrette que les projets retenus dans ce projet de délibération concernent uniquement des espèces animales aimées, comme les chats, les chiens, les oiseaux, les renards, les amphibiens, alors que l?appel à projets portait normalement sur tous les animaux en ville. Il y a d?autres catégories d?animaux, comme les animaux liminaires, qui nécessiteraient de faire un travail sur les représentations sociales. Je pense notamment à la question des rats, des souris, pour avoir un autre rapport à ces sujets. Hélas, aucun projet n?a été retenu.

Pour terminer mon intervention, je souhaiterais en profiter pour savoir où en est-on de la stèle des animaux de guerre ? Hélas, Mme VIEU-CHARIER n?est pas en séance, mais souvenez-vous, à l?occasion de l?anniversaire du centenaire de l?Armistice de la Première guerre mondiale, l?association "Paris Animaux Zoopolis" avait demandé la création d?un monument à Paris en mémoire des animaux de guerre morts pendant la Grande guerre, avec le soutien notamment du "Souvenir français" et d?une trentaine d?associations de protection animale. Des v?ux avaient été adoptés qui prévoyaient un groupe de travail sur la stèle et je voudrais savoir s?il y avait eu des réunions.

A ma connaissance, il n?y a pas eu une seule réunion depuis le 25 septembre 2018, mais il se peut que je sois mal informée. Or, il faut bien travailler à la forme de la stèle, au libellé du texte et au choix du lieu. Et est-il vrai que, du fait du retard sur ce monument, tous les autres projets adoptés en arrondissement ont été bloqués par la Mairie de Paris ? J?aimerais avoir plus de précisions à ce sujet. Je vous remercie. (Mme Colombe BROSSEL, adjointe, remplace M. Christophe GIRARD au fauteuil de la présidence).

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Joëlle MOREL ou Jacques BOUTAULT ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Je crois que c?est moi qui me dévoue !

Madame la Maire, chers collègues, je me réjouis de voir traduites en termes budgétaires les questions soulevées par la mission "Animaux en ville", animée par Pénélope KOMITÈS, et à laquelle les écologistes ont assidûment participé, que ce soit Joëlle MOREL, David BELLIARD ou moi-même. Cependant ce projet de délibération nous pose quelques questions.

Nous avons déposé un amendement demandant que la question animale fasse l?objet d?une ligne budgétaire pérenne et spécifique. En effet, le budget participatif me semble ici détourné de sa vocation première, puisqu?il sert à financer des projets initiés directement par les Parisiennes et les Parisiens et non pas à financer des initiatives suscitées et initiées par la Municipalité. Les écologistes demandent donc une ligne budgétaire spécifique consacrée à la condition animale. En raison du caractère transversal de ce sujet, qui touche à la fois la nature en ville, la propreté, l?urbanisme, l?alimentation et l?éducation, la prise en compte des animaux comme des êtres sensibles doit s?inscrire dans notre budget.

J?émets aussi quelques doutes sur les fonds attribués à une association parmi les dix qui nous sont proposées. En effet, je ne pense pas que l?association des pêcheurs concourt à lutter contre la souffrance animale, et en particulier celle des poissons. Je pense donc qu?elle n?a rien à faire sur cette ligne budgétaire, même s?il est proclamé que cette association va travailler au maintien de la biodiversité.

Nous souhaitons que les associations, qui travaillent sur les chats errants, soient suffisamment dotées, puisque les moyens qui leur sont attribués vont essentiellement être consacrés à la construction des abris pour ces chats et à l?éducation du public, ce dont je me réjouis avec le groupe Ecologiste, mais ces projets ne traitent pas d?une politique plus globale ; ils ne tiennent pas compte notamment des coûts générés par la stérilisation nécessaire de ces animaux, afin qu?ils ne prolifèrent pas, et de leur capture. C?est la raison pour laquelle nous aurions souhaité que ces associations soient mieux dotées.

Par ailleurs, les écologistes souhaiteraient - je pense que c?est prévu mais je voudrais insister un peu - qu?un suivi et un retour devant le Conseil de Paris soient faits concernant le travail réalisé par ces associations lauréates de l?appel d?offres dont le projet de délibération est l?objet. Je vous remercie pour votre attention et je remercie par avance Pénélope KOMITÈS pour les réponses à toutes ces questions.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur BOUTAULT. Pour répondre à toutes ces questions, la parole est à Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Madame la Maire. Merci aux intervenants.

Je vais rapidement répondre à votre question sur votre amendement, Monsieur BOUTAULT, puisque c?est un amendement budgétaire. Nous sommes au Conseil de Paris de septembre et on ne peut donc pas créer une ligne budgétaire aujourd?hui. C?est pourquoi je vous proposerais de retirer votre amendement et d?avoir effectivement cette discussion au moment du Conseil de Paris consacré aux questions budgétaires.

Nous avions déjà parlé, quand j?avais présenté la mission Animaux, d?avoir une ligne budgétaire dédiée à ce sujet, comme nous avons aujourd?hui à la Direction des Espaces verts une petite équipe qui s?occupe de ces sujets, de même que nous avons des correspondants dans toutes les directions.

Je voudrais vous dire également que c?était un appel à projets et non un appel d?offres ; ce sont les associations qui ont répondu, il y a eu effectivement une sélection mais nous avons quand même des projets divers. Je ne partage donc pas votre réflexion, mais j?ai déjà eu l?occasion de le dire à vous et à Mme SIMONNET sur la pêche. On n?y reviendra pas forcément.

Je voudrais vous dire - on parlera un peu plus tard de la population de chats errants - ce que nous avons décidé. Effectivement, des associations sont financées dans cet appel à projets pour la construction d?abris à chats pour le nourrissage, etc., puisque nous avons décidé effectivement de financer des associations pour ces actions.

Par contre, concernant la stérilisation, au regard du règlement sanitaire, la stérilisation relève aujourd?hui de la Préfecture de police et je ne vois pas pourquoi ce serait nous qui devrions payer à la place de la Préfecture pour ces actions. J?ai écrit à ce sujet au Préfet de police qui, par ailleurs, ne m?a pas répondu, de mémoire. Voilà sur ce sujet. Bien évidemment, les associations, qui n?ont pas répondu à cet appel à projets, peuvent continuer à nous écrire pour avoir des subventions notamment pour ces abris à chats et le nourrissage ; ce sera traité classiquement comme pour toutes les associations qui peuvent demander des subventions. Après, c?est pris sur le budget participatif. On est en fin d?année et j?entends votre demande sur une ligne budgétaire.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Monsieur BOUTAULT, le v?u est-il retiré ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Il s?agit d?un amendement.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Effectivement un amendement, pardon. Pénélope KOMITÈS l?avait dit en premier.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Il est retiré compte tenu du quasi-engagement que vient de prendre Pénélope KOMITÈS de dédier une ligne budgétaire sur la question animale au budget du mois de décembre, je crois, durant lequel nous aborderons les questions budgétaires.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Je vous en remercie.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 141.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DEVE 141).