Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DDCT 132 - Subventions (50.000 euros) à 2 associations pour l'accompagnement vers l'emploi de 50 femmes de 45 ans et plus dans les quartiers populaires parisiens des 14e et 18e arrondissements.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DDCT 132 : subventions de 50.000 euros. Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, bien entendu, sur le principe d?accompagner les femmes vers l?emploi nous ne pouvons que soutenir les efforts de la Ville, et nous le faisons. Mais ce projet de délibération nous interroge à partir de deux questions : l?action dans le 18e et le choix d?un critère "femme de plus de 45 ans".

Dans le 18e, il existe déjà depuis 2005, une structure financée par la Ville pour accompagner les personnes les plus éloignées de l?emploi ; il s?agit du P.L.I.E. A sa création, sous l?impulsion de l?adjoint de l?époque et de sa présidente, le P.L.I.E. s?est donné comme une de ses priorités les femmes en retour vers l?emploi après avoir élevé des enfants, et souvent sans grande qualification. C?était partir des freins réels et des situations concrètes et non pas que de statistiques ou d?une presse qui découvre un problème pour les femmes de plus de 45 ans.

Compte tenu de l?existence d?un P.L.I.E. dans le 18e, pourriez-vous nous expliquer la plus-value et les compétences de l?association "Force Femmes" qui, par rapport au P.L.I.E., ne fait pas tout à fait le même travail, me semble-t-il ?

Le P.L.I.E. a un référent professionnel qui accompagne et qui peut bénéficier aussi dans son accompagnement des entreprises partenaires de l?E.P.E.C. Pour l?association, là, c?est autre chose, il faut obligatoirement le demander en ligne sur son site, alors que nous savons que dans les quartiers populaires la fracture numérique reste une réalité. Et après examen de cette demande, la personne sera reçue par une bénévole pour mettre en place son parcours pour lequel elle sera suivie par une autre bénévole.

Dans le même temps, merci de nous apporter aussi un éclaircissement sur l?association "Force Femmes", pour laquelle dans les documents joints au projet de délibération apparaissent une date de déclaration à la Préfecture du 11 janvier 2019 et une seule subvention - je ne sais pas pourquoi - de la Ville qui date de 2013, il y a 7 ans. Entre cette délibération de 2013 et celle d?aujourd?hui, quelle a été, dans le 18e, l?action de l?association ?

Une dernière information que vous pourriez nous apporter concerne le plan de financement qui s?équilibre avec une subvention de 25.000 euros en complément de celle demandée à la Ville, sans que ne soit indiqué par l?association de quelle fondation il s?agit et si la demande a été vraiment déposée.

Au-delà de l?association dans le 18e, la question du critère d?âge, plus de 45 ans, pour bénéficier de l?accompagnement par les deux associations nous interroge. En général, les seuils d?âge sont réglementaires vis-à-vis de prestations ou de seuils de dispositifs, par exemple les Missions locales ou certains programmes européens. C?est la première fois que je vois un critère d?âge pour des personnes en difficulté à accompagner, fixé par une association. Dans l?aide aux personnes, on pense à des critères sociaux, à des situations qui fragilisent les personnes. En quoi à 44 ans et demi on ne pourrait pas trouver une aide auprès de ces associations ? Il y a certainement quelque chose qui m?échappe. Et pour le dire - vous l?avez sûrement perçu -, je n?accepte pas que ce seuil, au nom de la dignité des femmes, soit donné. J?espère que cette colère, peut-être partagée par les conseillers et donc les conseillères, refusera ce découpage des femmes en tranches d?âge pour les aider. Pour justifier une telle proposition, j?anticipe qu?on va nous parler de statistiques, de tendances, d?expériences de terrain, souvent d?ailleurs sans base sérieuse, mais ce que je sais, c?est que la personne réelle en demande, dont je ne sais si elle a 40 ans ou 46 ans, seul un entretien, un bilan avec un professionnel construira avec elle l?accompagnement qui pourra l?aider. Alors, devant toutes ces interrogations et ce critère qui me semble très discriminant, nous nous abstiendrons, et c?est le minimum que nous pouvons faire.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame PREMEL. Pour vous répondre, Mme BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci, chère Danièle PREMEL.

Merci, parce qu?au-delà de votre interpellation directe, je veux surtout retenir que nous continuons à travailler et à cheminer ensemble sur le chemin de l?accompagnement global vers l?emploi.

Je vais donc tenter non pas de vous rassurer - je ne ferai revenir ni vous-même ni votre groupe sur votre vote - mais de vous dire comment nous sommes arrivés à proposer ce projet de délibération et comment nous allons accompagner l?ensemble de ces étapes.

Quelques statistiques d'abord, vous ne m?en voudrez pas. Fonder de la politique publique sur des éléments rationnels est un bon point de départ.

L?évaluation à mi-parcours du contrat de ville a mis en lumière un certain nombre de phénomènes qui ne sont pas inconnus des acteurs de terrain. J'ai veillé jusqu?à présent à ne jamais rentrer dans de fausses oppositions et de ce point de vue, je vais continuer. La quantification, par quartier et par arrondissement, est un des éléments importants pour nous aider à travailler collectivement en matière de politiques publiques. De ce point de vue, l?augmentation des taux de chômage des plus de 45 ans a considérablement augmenté, atteignant près de 27 % dans les quartiers populaires.

Je reste persuadée - finalement c?est très en lien avec une partie des sujets évoqués lors du vote sur le projet de délibération précédent - que l?accompagnement global est ce qui permet de faire revenir sur le chemin de l?insertion et de l?accès à l?emploi un certain nombre de Parisiennes et de Parisiens qui n?y sont pas. Vous avez parlé d?une association, mais je me permettrai de citer la deuxième que nous connaissons bien, "Florimont" dans le 14e, qui accompagnera les habitants à peu près de la même façon que l?association que vous avez citée dans le 18e arrondissement et qui travaillera dans un environnement dans lequel il y aura nécessairement du travail en réseau. C?est une évidence dans le 14e comme dans le 18e, où par exemple les liens sont déjà pris avec l?association "A.D.A.G.E.", que nous connaissons et dont nous accompagnons le travail dans cet hémicycle.

Ce n?est que par cette intégration dans un réseau et par un accompagnement global, en s?appuyant sur ce réseau préexistant, que nous arriverons - c?est la volonté des uns et des autres - à lutter contre les inégalités dans les quartiers populaires ; avec des modalités de travail d?accompagnement individuel et d?accompagnement collectif bien connues.

Nous aurons un comité de lancement - je ne sais pas comment on peut appeler cela autrement - dès le début du mois d?octobre. Nous attendions d?avoir voté le projet de délibération avec chacune des deux associations et nous aurons évidemment un suivi fort avec elles, comme il en existe dans les autres arrondissements. Bien entendu, l?un des premiers objectifs pour ces deux associations, c?est évidemment de travailler en partenariat avec l?ensemble des acteurs de ce réseau de l?accompagnement vers l?emploi et je ne doute pas qu'elles le feront. Le P.L.I.E., l?un des acteurs fondamentaux, et l?ensemble des acteurs, qu?ils soient institutionnels ou associatifs, participeront aussi.

Vous pourrez en tout cas compter sur ma vigilance, sur le fait que la dynamique de l?accompagnement global soit bien celle qui guide l?ensemble des actions. Je suis évidemment prête à revenir devant le Conseil ou la 3e Commission pour vous présenter les résultats.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame BROSSEL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 132.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DDCT 132). Je vous remercie.