Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif au projet d'extension et de transformation de la Gare du Nord. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous reprenons donc nos travaux par l'examen des v?ux référencés nos 132 et 132 bis relatifs au projet d'extension de la transformation de la gare du Nord.

La parole est à Yves CONTASSOT, pour deux minutes.

M. Yves CONTASSOT. - Merci, Madame la Maire.

Ce n'est pas ma première intervention sur le projet d'extension de la gare du Nord et CEETRUS, et ce ne sera peut-être pas la dernière.

Les impacts négatifs sur le climat, la surconsommation, l'équilibre métropolitain et du quartier, la densification, les déplacements, l'écosystème des salles de spectacle à Paris, tout cela a déjà été maintes fois évoqué.

La nouveauté aujourd'hui, c'est qu'il s'avère que sur le plan architectural également, nous avons pu constater l'opposition quasi unanime d'architectes et urbanistes affirmant que ce projet est réellement inacceptable. Il dénature la composition d'une des gares les plus historiques de Paris, porte d'entrée de millions de visiteurs et d'usagers quotidiens d'Ile-de-France, en occultant la haute façade par une passerelle qui remplacera l'accès direct des voyageurs aux quais.

En effet, comment peut-on accepter un projet qui rallonge et complexifie les cheminements des voyageurs et voyageuses, alors même que l'objectif proclamé est précisément l'inverse ?

Comment peut-on accepter, surtout, que cela soit fait dans l'unique intention de les piéger dans un parcours commercial imposé à l'image des galeries d'aéroport ?

Contrairement aux aéroports, une gare est, encore heureusement, un lieu de passage populaire dont l'entrée n'y est pas réservée ou privatisée. La gare est un endroit de rencontres, de départs, de retrouvailles, un endroit de mélanges. Ce lieu, loin de devenir un centre dynamique et attractif pourrait devenir, si le projet était mis en ?uvre, repoussant et insupportable, y compris pour les riverains et les Parisiennes et Parisiens. Nous souhaitons que le Conseil de Paris réaffirme sa ferme opposition à ce projet en l'état et que la gare du Nord reste un bien commun des voyageurs qui l'empruntent et de ses riverains. Afin d'avancer sur ce projet, nous demandons également l'organisation d'une réunion publique pour que les usagers et riverains puissent s'exprimer et obtenir toutes les informations sur ce projet.

Je vous remercie.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à M. Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, je remercie les élus du groupe "Génération.s" et Yves CONTASSOT pour ce v?u, qui s'inscrit dans la suite de notre débat d'hier. Je rappelle que nous avons quatre questions d'actualité et que ce débat a été approfondi et détaillé, ce qui fait que je ne reviendrai pas sur les éléments évoqués. Je rappellerai simplement que les éléments soulignés dans ce v?u rejoignent les demandes que nous portons depuis le début dans notre dialogue avec la S.N.C.F., le fait de favoriser le confort des voyageurs, de dédensifier le projet, de diminuer les espaces de commerces et de bureaux, et d'améliorer l'intermodalité. On retrouve ces éléments dans les réserves émises par le Conseil de Paris de juillet, lors du vote où nous prenions acte de l'étude d'impact. Je rappelle que ces réserves n'ont toujours pas été levées. On retrouve également ces réserves énoncées de manière extrêmement forte par la CDAC lors de son avis négatif sur ce projet. Afin de reprendre ces éléments débattus hier, je vous propose un v?u de l'Exécutif qui indique que la Ville de Paris saisira le Gouvernement et la S.N.C.F. pour que l'intérêt général, celui des riverains et des voyageurs, soit remis au centre du projet de rénovation de la gare du Nord. Je vous remercie.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.

Je suis saisie de trois demandes d'explication de vote, de Mme Déborah PAWLIK, Éric AZIÈRE, puis Marie-Claire CARRÈRE-GÉE, pour une minute chacun.

Allez-y, Madame PAWLIK.

Mme Déborah PAWLIK. - Merci, Madame la Maire.

Le v?u qui nous est présenté aujourd'hui, le v?u bis de l'Exécutif, est avant tout un aveu de faiblesse de la Maire de Paris.

Monsieur MISSIKA, j'ai bien entendu vos explications et vos tentatives de retournement sur le fait que vous auriez émis des réserves, mais dans toutes les réunions publiques auxquelles j'ai participé, les échanges en Conseil d'arrondissement, en Conseil de Paris, jamais vous n'avez fait part d'une telle réserve sur le projet.

C'est un projet que vous avez, à la vérité, soutenu depuis cinq ans. Alors oui, ce v?u est un aveu de faiblesse, car tout le monde a bien compris que la volte-face de la Maire de Paris n'avait rien à voir avec la question des surfaces commerciales ou avec le financement du projet, la seule question qui est en jeu aujourd'hui, c'est de ne pas faire voler en éclat votre majorité. Aujourd'hui, la Maire de Paris ne tient tout simplement plus ses troupes et les revirements vont s'enchaîner dans les prochains mois au gré des mouvements d'humeur de vos alliés d'hier et de vos ennemis de demain. Nous découvrons les décisions, contre-décisions et autres rétropédalages dans la presse, mais ce n'est pas le pire. Le pire, c'est qu'évidemment, les grands oubliés?

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Il va falloir conclure, c'est une explication de vote, on ne va pas refaire les débats.

Mme Déborah PAWLIK. - C'est un projet d'importance, on n'a même pas eu de débat sur ce sujet. Je pense que vous pourriez a minima me laisser 30 secondes supplémentaires, ce ne serait pas du luxe.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - 20 secondes.

Mme Déborah PAWLIK. - On apprend tout cela par voie de presse, mais ce n'est pas le pire, le pire c'est que les grands oubliés de ce sujet, de vos revirements, Monsieur MISSIKA, ce sont les oubliés du quartier de la gare du Nord. J'aurais honte à votre place, demain, d'aller expliquer aux habitants du quartier de la gare du Nord de Paris qu'ils sont les grands oubliés dans cette affaire.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Monsieur Éric AZIÈRE ?

M. Éric AZIÈRE. - Je suis un peu surpris de ce v?u de l'Exécutif.

J'ai un peu l'impression, en lisant votre tribune d'hier, d'assister à une pièce de la Comédie française, cachez ces mètres carrés commerciaux que je ne saurais voir. Par de pareils projets, mes amis sont blessés.

En l'occurrence, c'est vrai que vous avez accompagné ce projet, vous ne le découvrez pas aujourd'hui, nous en avons parlé ensemble il y a deux mois et demi et je me souviens de ce que vous m'aviez dit sur vos réserves comme sur la nécessité d'aller jusqu'au bout.

Les yeux dans les yeux, Monsieur MISSIKA, pouvez-vous me dire que vous êtes véritablement contre ce projet ? Contrairement à ce que vous avez dit hier, vous savez très bien que ce projet va aboutir. Vous savez très bien qu'il va être mené à terme et vous savez très bien que dès le permis de construire qui lui sera accordé, les travaux commenceront au début de l'année prochaine, et il sera fini avant les Jeux Olympiques. Alors arrêtons ces postures et travaillons ensemble au sein du projet urbain partenarial pour essayer d'améliorer ce projet. C'est l'instance dans laquelle chacun peut apporter sa contribution afin qu'il devienne le projet de tous. Mais ne nous ridiculisons pas dans des postures. Votre v?u supplétif est un pansement sur la jambe de bois de l'Exécutif en réalité.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Président.

La parole est à Marie-Claire CARRÈRE-GÉE, pour une minute.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Votre v?u démontre, s'il en était besoin, le peu de crédit à accorder à votre parole, je vous renvoie à la délibération du mois de juillet.

Pardon Madame ? Si on peut décompter, oui !

Le projet de délibération DU 80 qui décrit un véritable Eden ferroviaire, avec tous les avantages pour les voyageurs : la revitalisation du quartier existant, l'urgence d'une mise en service pour les JO bien sûr, tout ce que cela va améliorer pour le quartier, la revitalisation du quartier, les circulations piétonnes, les bus, les vélos, les écostations, tous les "trucs" verts, les espaces de vente à l'économie sociale et solidaire, etc., bref, c'était difficile de rêver mieux. Aujourd'hui, on change complètement de pied, votre v?u démontre aussi le peu de crédit accordé à vos engagements, puisque dans cette tribune surréaliste vous dites que la Ville de Paris est prête à assumer sa part financièrement. Dans le v?u, évidemment on ne parle plus de sou, ni le principe ni le montant?

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Il va falloir conclure.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Et naturellement, ni la Région ni l'État n'ont été consultés, c'est assez facile de faire des annonces avec l'argent des autres.

Nous ne voterons pas ce v?u, nous vous laissons régler en interne ce qui apparaît comme étant votre principale préoccupation : acheter à la hausse les voix de vos potentiels alliés pour les municipales.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci. Je suis saisie de deux autres explications de vote. La parole est à Julien BARGETON.

M. Julien BARGETON. - J'ai posé les questions hier, on n'a eu aucune réponse. Quelles conséquences en termes de délai ? Quel projet alternatif ? Quel montant financier est-il prévu dans le budget ? Pourquoi ce revirement ? Nous n'avons eu aucune réponse sérieuse de la part de l'Exécutif.

Mais en fait on a eu la réponse dans la presse, comme d'habitude, sur ce projet, puisqu'on a d'abord appris le retournement par une tribune dans "Le Monde", et il fallait lire aussi "Le Monde" du lendemain où Mme Léa FILOCHE disait : "c'est un geste qui était attendu pour que nous soutenions Mme HIDALGO".

Voilà ! La réponse est là.

Ce n'est pas la peine d'avoir la réponse de Mme HIDALGO et de M. MISSIKA, on a la réponse de Mme FILOCHE qui hésite entre visiblement, se rallier aux Verts ou se rallier à Mme HIDALGO, et donc, il fallait cela pour pouvoir finalement sauver, rabibocher cette majorité brinquebalante. Ce n'est pas l'intérêt général, c'est la coalition que l'on essaie de sauver vainement, mais je trouve que c'est vraiment une façon absolument incompréhensible de mener l'action publique, c'est-à-dire de se retourner, de changer d'avis, uniquement pour des raisons politiciennes.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur BARGETON.

Dernière explication de vote? S'il vous plaît, on se calme ! Explication de vote de Jérôme GLEIZES.

M. Jérôme GLEIZES. - Pour les écologistes, il est sain que les gens changent d'avis. Vous avez changé d'avis, vous, beaucoup dans cette Assemblée, sur la question des voies sur berge. En 2001, vous y étiez tous opposés. On avait dû retarder d'une semaine Paris-Plages, parce qu'il y avait des manifestations. On a vu que le débat avançait. Le fait que M. MISSIKA ait changé de position, pas totalement parce qu'il ne reconnaît pas qu'il a changé de position, mais il a quand même changé de position, je suis d'accord avec l'opposition, mais l'important est de faire avancer le débat vers la question telle qu'elle est portée dans la tribune, et cela va dans le bon sens, sauf que ce que l'on veut, ce sont des actes. C'est pourquoi la mise en ?uvre du v?u nous paraît très importante pour commencer à montrer qu'un projet alternatif est possible. C'est pourquoi nous soutenons ce v?u-là.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci pour toutes ces interventions.

Nous allons donc passer au vote sur ces v?ux.

Le v?u n° 132 du groupe "Génération.s" est-il retiré au profit du v?u de l'Exécutif ? Rapidement, Monsieur CONTASSOT, s'il vous plaît.

M. Yves CONTASSOT. - Je voudrais juste rappeler à ces personnes que notre v?u a été déposé bien avant que la tribune ne soit publiée, mais cela, ils l'ont sans doute un peu oublié. Deuxième élément, nous n'avons jamais changé d'avis sur la question. Il n'y aurait pas de v?u de l'Exécutif si nous n'avions pas déposé notre v?u. Je regrette simplement que l'on n'ait pas amendé notre v?u par les propositions de l?Exécutif, cela aurait été mieux, mais dans un souci de compromis, nous acceptons le v?u de l'Exécutif.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - J'entends qu'il est retiré.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2019, V. 407).