Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DEVE 133 - Convention de partenariat pour le développement de la nature, de la biodiversité et de l’agriculture urbaine au sein du patrimoine de Paris Habitat.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 133 : convention de partenariat pour le développement de la nature, de la biodiversité et de l?agriculture urbaine au sein du patrimoine de Paris Habitat. Monsieur VESPERINI, vous avez la parole pour cinq minutes.

M. Alexandre VESPERINI. - Peut-être même moins de cinq minutes, Monsieur le Président. Merci à tous.

De quoi s?agit-il avec ce projet de délibération ? Il s?agit du partenariat que veut mettre en place la Ville de Paris avec l?office Paris Habitat, l?un des trois offices H.L.M. de la Ville, pour développer la nature en ville, l?agriculture urbaine et la biodiversité sur le patrimoine de ce bailleur. Il est très important, puisque c?est le principal bailleur, le premier, et il a dans son patrimoine - je l?ai lu dans le projet de délibération - 2.200 terrasses et 105 hectares exploitables.

Deux observations très courtes. Pour la première observation, voilà une initiative très salutaire et que l?on attendait, pour tout dire. La mission initiale des bailleurs sociaux n?est pas forcément de développer la végétalisation en ville. La mission essentielle d?un bailleur social est, comme chacun le sait, de loger les gens dans des conditions convenables et d?assurer l?équilibre financier de la trésorerie. Et on sait à quel point aujourd'hui les bailleurs sociaux doivent être particulièrement attentifs à ce deuxième élément.

Cela étant dit, il est important que les bailleurs sociaux soient beaucoup plus proactifs dans le domaine de la lutte contre le dérèglement climatique. Je pense, par exemple, à la rénovation énergétique des bâtiments et à la végétalisation, ce qui nous occupe aujourd?hui. Voilà donc une initiative tout à fait salutaire.

En deuxième observation cependant, je voudrais nuancer. C?est une initiative extrêmement tardive. Je voudrais vous relater, par exemple, un élément que je connais bien, puisque nous avons dans le 6e arrondissement un ensemble de Paris Habitat. J?avais écrit au tout début de ce mandat au directeur général - pas le directeur général actuel qui est très volontariste mais à son prédécesseur - afin que l?on puisse installer un toit végétal, même un potager sur le toit de l?ensemble de la rue Dupin qui serait animé par un restaurateur qui a toujours un établissement au pied de cet ensemble. Il m?avait été répondu à l?époque que ce n?était pas possible, que c?était très compliqué. En gros, "Monsieur le Conseiller de Paris, rentrez dans votre cour, vous être gentil". Voilà ! Je constate que Paris Habitat est visiblement beaucoup plus volontariste. C?est ce que je crois voir et je m?en félicite. Encore une fois, je pense que cette initiative est salutaire mais je la trouve un peu tardive. Je pense qu?il faudrait être particulièrement vigilant sur ces applications dans les prochains mois.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci, Monsieur VESPERINI.

Madame MOREL ?

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération était attendu depuis le début de la mandature et le groupe Ecologiste de Paris le salue. En effet, si notre majorité veut agir pour développer plus de vert dans notre ville, il est urgent d?y associer activement les grands bailleurs sociaux. Cette convention de partenariat est signée seulement à la fin de la mandature et le groupe Ecologiste de Paris déplore ce retard. Néanmoins, Paris Habitat est dorénavant moteur pour montrer l?exemple aux autres bailleurs et espérons qu?il va donc montrer l?exemple.

Composé de plus de 105 hectares et de 1 200 terrasses, le patrimoine végétal de Paris Habitat représente un potentiel important pour développer une gamme de végétaux variés et y développer la biodiversité. C?est bien évidemment en relation avec les locataires et toutes les amicales dans les différentes résidences que ce développement de la végétalisation devra être coconstruit, mis en ?uvre et pris en charge le plus souvent possible par les locataires eux-mêmes.

Ces initiatives permettront une réappropriation du patrimoine et une valorisation des initiatives des locataires, en favorisant par exemple la création et le fonctionnement des jardins partagés. Je pense tout particulièrement à la résidence rues Oberkampf et Timbaud qui a créé, depuis plusieurs années à travers son amicale de locataires, le jardin Obervert. Cette initiative doit être soutenue et valorisée afin de recréer de la confiance et un meilleur vivre ensemble dans cette cité. Je pense aussi au jardin partagé au 125, rue du Chemin-Vert qui est dans une situation similaire.

L?inscription des 80 jardins partagés sur le patrimoine de Paris Habitat dans le dispositif de la charte Main verte favorisera, je l?espère, le travail en réseau des jardins partagés au sein d?un même arrondissement. Développer et accompagner la pratique du compostage au sein des résidences est également une action forte. Je pense aussi au compostage du 125, rue du Chemin-Vert qui reste très fragile car un gros travail d?accompagnement des locataires doit être engagé et soutenu.

Afin que chaque arrondissement puisse suivre et aider le développement de la végétalisation dans les résidences, il est nécessaire de rendre visible par une cartographie les sites ciblés par Paris Habitat et par la Ville, et de connaître la programmation des différents types d?intervention sur les cinq prochaines années, comme il est indiqué dans le projet de délibération. Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci.

Je vais donc donner la parole à Mme KOMITÈS pour vous répondre.

Je salue l?assiduité très grande des femmes en plus grand nombre que nous, les hommes, ce matin, puisque vous êtes 11 femmes pour 6 hommes. C?est un constat : les femmes sont là ! Madame KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci, Monsieur VESPERINI et Madame MOREL. Pour être très claire, ce n?est pas parce que nous passons ce projet de délibération ce matin que nous n?avons pas commencé à travailler avec "Paris Habitat" depuis plus de cinq ans, puisque nous avons engagé de nombreuses actions avec "Paris Habitat". Même si j?entends, Monsieur VESPERINI, votre demande sur le 6e arrondissement, je dirai que c?est aujourd?hui le bailleur social avec lequel nous avons installé le plus de toits dans le cadre des opérations "Parisculteurs" et c?est toujours avec beaucoup d?enthousiasme que le directeur général me répond.

Ce projet de délibération correspond à une demande sur laquelle je m?étais engagée, il y a un an à peu près, de mémoire, pour effectivement passer des conventions avec les bailleurs sociaux afin de végétaliser, créer des jardins partagés, vérifier les toitures de ces bailleurs sociaux pour que nous puissions avancer. C?est donc bien un partenariat pour aller plus loin et ce n?est pas une nouveauté.

Avec ce partenariat, nous allons continuer à travailler pour localiser les jardins partagés. Nous nous engageons à former les agents de Paris Habitat sur la végétalisation participative, notamment à la Maison du jardinage. "Paris Habitat" s?est engagé aussi dans ses résidences à développer le permis de végétaliser et de créer des mini-pépinières. Là aussi, nous allons leur apporter notre expertise. C?est donc un partenariat, comme nous allons en passer d?autres avec les bailleurs sociaux. Quant à votre projet, Monsieur VESPERINI, si vous voulez bien me redonner l?adresse, je vais regarder.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 133.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2019, DEVE 133).

Je vous remercie.