Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif au gymnase Roquépine.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen des v?ux non rattachés, avec un premier v?u, le v?u référencé n° 142 relatif au gymnase Roquépine, et c'est Catherine LECUYER qui va le présenter.

Mme Catherine LECUYER. - Chers collègues, je suis intervenue ici même plusieurs fois pour déplorer l'occupation illégale du gymnase Roquépine dans le 8e arrondissement, à deux pas de l'Elysée, tout au long du premier semestre 2019.

Ma pétition lancée en mai dernier et réunissant plus de 600 signatures exprimait à l'époque clairement l'urgence d'agir.

Après sept longs mois d'occupation, l'équipement sportif a enfin été libéré fin août. Je souhaite insister aujourd'hui sur les très lourdes conséquences de cette occupation. Des associations se retrouvent en effet extrêmement fragilisées financièrement, certaines même ne s'en remettent pas et ne s'en remettront pas tout court. Le plus vieux club de sabre de Paris, le "Paris Escrime" est en liquidation judiciaire après 30 ans d'existence. Rappelons que depuis quatre ans, le gymnase Roquépine et ses usagers ont dû faire face à une réquisition dans le cadre du Plan grand froid, puis à deux occupations illégales. Une en novembre 2017 et l'autre dont nous sortons à peine depuis janvier 2019, sans parler des samedis marqués par les Gilets jaunes, tout cela décourageant les adhérents les plus motivés de reprendre leur cotisation. Pour revenir au "Paris Escrime", ce club magnifique a perdu au fil de l'eau la moitié de ses adhérents, pour terminer à une poignée ne permettant plus la pérennité financière de ce club. D'autres associations essaient difficilement de retrouver la confiance des adhérents malgré l'angoisse d'une nouvelle occupation l'hiver prochain. Monsieur le Maire, les associations contribuent à la vitalité de nos quartiers. Elles participent au lien social, elles sont pourvoyeuses d'emplois, nous devons les aider. C'est l'objet de ce v?u par lequel je sollicite un accompagnement financier de ces associations par la Ville. J'en profite pour évoquer rapidement la sécurisation du gymnase Roquépine, qui mérite une grande attention. Je suis passée voir la remise en état du gymnase jeudi dernier, bien que celui-ci ait rouvert ses portes depuis quelques jours, aucune sécurité supplémentaire n'a été mise en place pour le moment. Il est urgent de s'en occuper très rapidement, les associations ne se remettraient pas d'un nouvel arrêt de leurs activités. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Madame LECUYER.

Monsieur Jean-François MARTINS ?

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Madame LECUYER.

Vous avez raison, la situation qu'a traversée le gymnase Roquépine mais surtout ses usagers et les clubs sportifs du 8e arrondissement est absolument terrible.

On a tous payé une situation absurde liée à la proximité géographique de ce gymnase avec l'Elysée.

Parce que, dans sa grande sagacité, D.A.L., qui a occupé le gymnase, a considéré que parce que c'était le gymnase le plus proche de l'Elysée, alors Emmanuel MACRON allait l'entendre sur des revendications sur le logement.

On s'est bien rendu compte assez rapidement que la revendication à l'égard du Gouvernement était un leurre et que le D.A.L., dans cette histoire, poursuivait des objectifs bien moins avouables comme celui ouvertement de demander des coupe-files sur le logement social, ce qui était évidemment inacceptable.

Danielle, est-ce que tu veux dire que tu assumes le fait que le D.A.L. accepte de dire, il faut que des familles aient un coupe-file par rapport à celles qui ont demandé légitimement et attendu la procédure, parce que c'était la revendication du DAL ?

Mme Danielle SIMONNET. - (Intervention hors micro).

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - N'interrompez pas Jean-François MARTINS, qui n'a que deux minutes.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Ce que demandait le D.A.L., c'était une rupture de l'égalité dans l'attribution des logements sociaux, ce qui est inacceptable.

En revanche, c'est tout aussi inacceptable, en plein mois de décembre, de remettre à la rue ces familles, bien entendu. C'était donc le premier des bons sens, malheureusement, d'une certaine manière, de maintenir cette occupation pour ne pas remettre des personnes à la rue et demander l'intervention de la force publique.

Evidemment, cela a eu des conséquences importantes sur les clubs, on va les traiter et l'on a commencé à faire un rendez-vous individuel avec chacun des clubs qui ont été concernés. On travaille en collaboration avec la mairie du 8e arrondissement. La bonne nouvelle, c'est que le gymnase a été nettoyé, remis en état. Le système de sécurité incendie a été remis en ?uvre depuis le 13 septembre et 50 nouveaux tatamis ont été installés, ainsi qu?un certain nombre de dalles de faux plafonds qui ont été changées, parce que le gymnase était dans un état malheureusement assez dégradé. On va revoir chacune des associations. Je propose un amendement parce que je ne veux pas donner une jurisprudence qui dirait, il y a un droit aux chèques en blanc de la Ville de Paris pour compenser toutes les pertes. On doit analyser chaque situation. C'est pourquoi je vous propose un v?u qui permet de procéder, au terme de la saison sportive, à un bilan individualisé de chaque association touchée par cette indisponibilité, afin d'évaluer son impact et la manière dont la Ville peut l'accompagner.

Mme Catherine LECUYER. - J'accepte cet amendement. Pour revenir sur la sécurisation des lieux, j'y suis passée, il n'y a aucune nouvelle sécurisation de la porte d'accès au gymnase. Donc, sincèrement, il y a une grande prise de risque à laisser le gymnase en l'état.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2019, V. 416).

V?u déposé par Mme SIMONNET