Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DEVE 143 - Lancement d’un A.M.I. pour la fourniture d’abris à chauves-souris aux copropriétés, aux bailleurs sociaux et aux jardins partagés. - Budget participatif 2016 "+ de nature en ville".

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous passons donc au projet de délibération DEVE 143 qui est le lancement d?un A.M.I., forcément, pour la fourniture d?abris à chauves-souris aux copropriétés, bailleurs sociaux et jardins partagés. La parole pour cet A.M.I. des chauves-souris est à Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - Merci. Après les pigeons, les chauves-souris !

En Ile-de-France, vingt espèces de chauves-souris ont été recensées. A Paris, si mes sources sont bonnes, il reste neuf espèces et nous connaissons surtout les pipistrelles qui sont les plus communes.

Les populations de chiroptères sont en déclin à Paris, en raison des pollutions lumineuses, du manque de nourriture, en particulier les insectes, de la rénovation massive des bâtis, du ravalement des façades, du manque des anfractuosités dans les murs, mais aussi le manque d?arbres et de haies, l?assèchement des zones humides et enfin le retrait des arbres morts dans les surfaces boisées. Ce sont ces raisons avant tout qui expliquent le déclin. C?est donc sur ces éléments que la Ville de Paris doit agir fortement dans l?objectif de retrouver les vingt espèces sur son territoire.

Néanmoins, le groupe Ecologiste se réjouit de ce premier pas en proposant aux bailleurs sociaux et jardins partagés de s?engager en faveur du maintien et du retour des chauves-souris dans nos villes. Nous pensons qu?il faut aussi proposer aux copropriétés privées qui disposent d?espaces verts et aux grandes entreprises ayant des parcs suffisants de s?engager dans la préservation des chauves-souris.

Le projet de délibération se concentre sur les pipistrelles et il faut aussi encourager le retour des autres espèces. Par exemple, le petit rhinolophe, de la taille d?un gros pouce, qui avait disparu depuis cinquante ans, a fait son retour depuis 2017 au bois de Vincennes. C?est une excellente nouvelle et c?est donc possible si on s?en donne les moyens.

Lors de la mandature, j?ai pu organiser en 2016, 2017 et 2018, à trois reprises, des ateliers au coucher du soleil dans le 11e arrondissement destinés aux riverains dans les jardins Gardette, Titon et sur le T.E.P. Ménilmontant pour observer les pipistrelles du 11e. Accompagnés par un spécialiste, ce fut à chaque fois une joie partagée et spontanée des familles d?entendre le vol de deux pipistrelles et parfois de les voir virevolter au-dessus de nos têtes pour chercher leurs abris dans le creux des murs ou les localiser dans le clocher d?une église. La chauve-souris n?est pas un animal casanier qui rentrerait au même endroit chaque soir, elle ne niche pas. Il s?agit d?un animal hautement sociable, qui vit en colonies réparties en plusieurs endroits et qui a donc besoin de plusieurs abris. Selon la disponibilité en nourriture, le climat et ses humeurs, en particulier pendant la reproduction, la chauve-souris peut avoir jusqu?à dix gîtes dans la même saison. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite donc à venir nous rejoindre dans le 11e pour une nouvelle observation lors du prochain Jour de la Nuit, le samedi 12 octobre. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci à vous. Pour vous répondre, la parole est à Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Madame la Maire. Merci, Madame MOREL, de me permettre de parler de cette initiative en faveur de la biodiversité. C?est effectivement un départ, une première action en faveur des chauves-souris, pas uniquement les pipistrelles mais bien de la totalité des espèces de chauve-souris. Je crois que vous avez pointé un aspect qui est intéressant et que nous avons commencé à travailler notamment dans les bois, à savoir ce que vous appelez le respect des arbres morts. Effectivement, c?est le fait de pouvoir laisser des arbres morts dans des espaces boisés pour que les différents animaux puissent y vivre et y rester. Je note votre proposition sur les copropriétés et les grandes entreprises. Nous le ferons dans un second temps, mais c?est une excellente initiative. Merci.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 143.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DEVE 143).

V?u déposé par le GEP