Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DASES 259 - Subventions (50.000 euros) et conventions avec 3 associations pour leurs actions de distribution de paniers solidaires en direction de personnes en situation de précarité (14e et 10e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DASES 259 relatif à l'attribution de subventions et de conventions avec trois associations pour des actions de distribution de paniers solidaires.

La parole est à Didier LE RESTE, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

M. Didier LE RESTE. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération nous permet de rappeler que le surpoids des jeunes affecte 24 % des enfants d'ouvriers, contre 12 % des enfants de cadres. Ces chiffres, publiés il y a quelques semaines par la Direction de la Recherche, des études de l'évaluation et des statistiques sont sans appel. Ils viennent nous rappeler, s?il était besoin, que les inégalités socioéconomiques ont des conséquences dans tous les champs de la vie, en l'occurrence, pour le sujet qui nous occupe actuellement, en matière d'alimentation. De fait, les plus démunis, les classes populaires doivent avoir le droit à une alimentation de qualité, au même titre que les classes sociales les plus favorisées.

Les actions de solidarité alimentaire doivent intégrer la question d'une nourriture saine et de saison. Dans cet esprit, nous avions proposé la création de paniers solidaires en lien avec les halles alimentaires. C'est l'idée que ces produits frais de saison, issus d'une agriculture responsable, puissent être accessibles aux plus modestes. Il est important de ne pas leur proposer systématiquement, par commodité, des produits déjà transformés.

Ainsi, nous sommes très heureux de pouvoir voter ce projet de délibération qui fait suite à une proposition des élus communistes lors des débats budgétaires sur le budget supplémentaire, en juillet 2018.

En effet, le développement des halles alimentaires à Paris est un projet qui a été impulsé puis fortement soutenu par les élus communistes depuis le début de ce mandat. Nous souhaitons que ce projet puisse se développer, s'inscrire dans la durée et bénéficier à un maximum de Parisiennes et de Parisiens.

Dans cette optique, les halles alimentaires doivent être ouvertes aux familles les plus précaires. Pour cela, un accompagnement spécifique est nécessaire. Il s'agit avec ces paniers de mettre en ?uvre une double solidarité vis-à-vis d'agriculteurs et agricultrices qui peuvent bénéficier d'un juste prix de vente pour leur production d'une part, vis-à-vis des Parisiennes et des Parisiens les plus précaires pour leur permettre de bénéficier de produits de qualité d'autre part.

Ainsi, dans le 10e arrondissement, le centre Emmaüs de la rue de Nancy a intégré, dans son projet social, un travail sur l'alimentation. Le partenariat avec la halle alimentaire du 10e permettra donc aux familles de pouvoir cuisiner des produits frais de saison et de qualité, l'occasion pour les résidentes et les résidents qui, le plus souvent, bénéficient de plateaux-repas, de pouvoir retrouver le plaisir de cuisiner en famille. L?éducation au goût et le plaisir de l?échange culturel autour d'un repas sont constitutifs d'une alimentation de qualité.

Dans le 14e arrondissement, le développement d'un partenariat entre l'épicerie sociale, le marché solidaire et la halle alimentaire, "La Panaméenne", permettra de faire bénéficier de produits de meilleure qualité les bénéficiaires de l'aide alimentaire parisienne. Nous nous réjouissons de la mise en place de ces partenariats qui vont permettre de créer des ponts entre les acteurs locaux et des publics autour de l'objectif partagé de démocratisation de l'accès à une alimentation de qualité.

Je remercie Dominique VERSINI et ses équipes qui ont travaillé pour que ces projets voient le jour. Si la restauration scolaire fait régulièrement l'objet de débats au sein de ce Conseil, nous parlons moins souvent de la restauration collective parisienne pour les plus modestes, comme des restaurants solidaires ou de la qualité des produits proposés dans le cadre de l'aide alimentaire pour les plus modestes. Cette première subvention sera, nous l?espérons, le début d'une expérimentation qui a vocation à être dupliquée si les résultats sont probants, ce dont nous ne doutons pas.

Je vous remercie.

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, Monsieur le Conseiller, cher Didier LE RESTE, merci d'intervenir sur ce projet de délibération qui illustre une très belle expérimentation que nous lançons dans les 10e et 14e arrondissements, sur proposition de votre groupe, grâce à la mobilisation des associations partenaires, des services de la Ville et des mairies d'arrondissement.

Effectivement, cette expérimentation s'inscrit pleinement dans le Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, parce que, comme vous l'avez dit, l'alimentation est quelque chose de très important, auquel tout le monde a droit, ou devrait avoir droit. Malheureusement, toutes les statistiques, comme vous l'avez montré, démontrent que, dans les familles les plus pauvres, c'est sur l'alimentation que les familles se privent, et privent ainsi les enfants qui ont besoin d'une alimentation équilibrée et qui, de ce fait, développent des obésités, que l'on voit particulièrement dans ces familles où c'est un marqueur. C'est vraiment le comble de l'injustice sociale.

C'est pourquoi je suis vraiment très heureuse que l'on puisse porter cette expérimentation sur les paniers solidaires, grâce à la mobilisation de halles alimentaires. J'en profite pour remercier Olivia POLSKI qui s'est impliquée aussi sur le projet.

Dans le 10e arrondissement, cher à mon c?ur puisque j'y habite, je connais bien la halle "Kelbongoo". Je sais la qualité des paniers alimentaires qui vont pouvoir être commandés par le centre d'hébergement d?Emmaüs de la rue de Nancy. Les familles seront comme tous les consommateurs, elles auront juste à présenter une carte de fidélité qui leur permettra de ne pas payer les produits. C'est vraiment très précieux. C'est du direct circuit court, producteurs consommateurs. C'est super.

En plus, dans le centre d'hébergement, les familles vont pouvoir cuisiner. On sait que pour les personnes en situation de grande exclusion qui sont dans nos centres d'hébergement, ce qui est extrêmement important, c'est de pouvoir cuisiner un plat pour leurs enfants, c'est fondamental.

Dans le 14e arrondissement, les familles accompagnées par l'épicerie solidaire, le marché solidaire, iront dans une halle alimentaire, "La Panaméenne", et selon le même fonctionnement, dans ce cas, elles ne paieront que 50 % du prix total.

Un beau projet de délibération, que j'espère l'on pourra développer à l'infini, parce que c'est la sagesse, et c'est l'équilibre et la bonne santé des enfants. Merci.

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 259.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DASES 259).

2019 DASES 273 - Prolongation de la mise à disposition de la Ville de Paris d?un bâtiment dénommé le "Dock des Alcools" et avenant à la convention de sous-occupation au bénéfice de la Fondation de l?Armée du Salut.