Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe PCF-FG relatif au projet "Hercule" menaçant le service public de l'énergie.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous passons à l?examen de v?ux non rattachés. Le v?u n° 33 est relatif au projet "Hercule" menaçant le service public de l?énergie. La parole est à Didier LE RESTE.

M. Didier LE RESTE. - Merci, Monsieur le Maire.

Plus fort que Jupiter, c?est Hercule. Hercule, singulier nom pour un projet qui veut imposer en force la casse du service public de l?énergie, Hercule qui voudrait aussi séparer E.D.F. en deux : d?une part, "E.D.F. bleu" regroupant la production d?électricité nucléaire, hydraulique et le transport de l?électricité, détenus à 100 % par l?Etat, d?autre part, "E.D.F. vert" avec Enedis, E.D.F. renouvelable, Dalkia, introduit en bourse à hauteur de 35 %.

La man?uvre revient à découper l?opérateur public pour privatiser les activités les plus rentables et laisser à la puissance publique, donc aux contribuables, les activités les plus coûteuses. Privatisation des profits et nationalisation des pertes, logique propre aux économies libérales, nous reconnaissons bien là la signature de La République en marche.

Injuste socialement, dangereux écologiquement, ce projet s?inscrit dans la droite ligne de la dérégulation du marché de l?électricité. Nous voyons bien que ces logiques de marché, basées sur la rentabilité à court terme, sont incompatibles avec le nécessaire développement à long terme d?un système de production décarboné de l?électricité et de l?énergie. Hausse des tarifs aux consommateurs, remise en cause de la péréquation tarifaire, insuffisance de l?investissement industriel dans de nouvelles productions non carbonées, menaces sur le statut national des électriciens et gaziers, recours accru à la sous-traitance et donc à une dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, voilà ce que nous promet Hercule.

Notre collectivité, propriétaire des réseaux de distribution d?énergie, est concernée au premier plan par le projet du Gouvernement. Notre collectivité, qui s?est dotée d?un Plan Climat, vise une production locale d?énergie en 2050 de l?ordre de 20 % et doit s?engager pour le service public de l?énergie.

Ainsi, nous demandons à la Ville de Paris d?interpeller le Gouvernement pour qu?il renonce à ce projet de démantèlement du service public de l?énergie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, Célia BLAUEL.

Mme Célia BLAUEL, adjointe. - Là encore, je crains que deux minutes ne me suffiront pas pour aborder l?entièreté de la complexité de ce sujet, mais merci pour ce v?u qui met en lumière ce projet Hercule piloté par l?Etat, projet qui à mon sens est extrêmement révélateur du débat qui traverse actuellement notre société dans le monde de l?énergie et particulièrement de l?électricité. Nous faisons face à une équation ardue aux multiples facteurs, d?une part comment finalement faire évoluer un modèle qui se révèle à bout de souffle, hérité des années 1970, basé sur une politique centralisée de l?énergie et basé sur le choix d?un seul outil industriel, le nucléaire, et d?autre part comment prendre en considération la nécessité de garantir un droit effectif pour tous à l?énergie, d?engager la transition énergétique et de prendre en considération, vous l?avez dit, la montée en puissance des territoires qui sont désormais des acteurs incontournables de la transition énergétique. C?est l?équation à résoudre pour faire émerger, comme vous l?avez dit, un réel service public de l?énergie et de l?électricité demain. A titre personnel, je vous rejoins totalement sur le fait que le projet tel qu?évoqué aujourd?hui ne répond en rien à la promesse exprimée par E.D.F. de s?adapter à l?évolution du paysage énergétique. Je dirais même que c?est une vision excessivement court-termiste qui nous est présentée là. Il nous reste cependant énormément d?inconnues et il est, à ce stade, terriblement délicat pour notre collectivité de prendre part à ce débat et à cette politique pilotée à l?échelle nationale et européenne. Cela ne nous empêchera pas de suivre les évolutions de cette question, de poursuivre par ailleurs notre travail qui est celui de faire entendre la voix particulière et spécifique des collectivités, notamment par ce travail que nous faisons depuis de nombreuses années au sein des réseaux français et européens de collectivités sur la question de l?énergie. Je vous propose donc que de retirer votre v?u pour que nous puissions voir comment les choses évolueront sur cette question. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Le v?u est-il maintenu ? Oui.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 33 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u n° 33 est rejeté.