Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAE 214 relatif à l'attribution de subventions et de conventions avec deux structures en faveur de l?économie de plateformes coopératives.

La parole est à M. Didier LE RESTE, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

M. Didier LE RESTE. - Merci, Monsieur le Maire.

"Au secours, mon patron est un algorithme" : c?est le titre de l?émission "Cash Investigation" qui, la semaine dernière, a mis au jour ce que nous dénoncions depuis longtemps : les ravages de l?économie de plateformes. Notre groupe avait fait adopter un v?u en septembre 2017 pour soutenir les plateformes numériques vertueuses qui pourraient voir le jour, afin de leur offrir du soutien et de la visibilité pour contester l?hégémonie des plateformes hautement financiarisées et à but lucratif, plateformes qui exploitent toujours plus durement leurs travailleurs en les contraignant à un travail à la tâche toujours moins bien rémunéré.

Cet été, nous l?avons vu, les livreurs à vélos parisiens ont exprimé à plusieurs reprises leur mécontentement concernant leurs conditions de travail, notamment via des rassemblements place de la République à Paris. Cela faisait suite à des modifications tarifaires de "Deliveroo", notamment sur les modifications tarifaires des courses courtes qui prévalent à Paris. A la fin du mois, c?est une baisse de revenu de 20 % à 30 % pour les livreurs. L?auto-entreprenariat, qui prévaut dans le domaine de la livraison à vélo, soumet donc les cyclistes à ce type de mesure. Aussi, je souhaite notamment pointer l?intérêt du projet "Olvo", société de livreurs à vélo, basée dans le 10e arrondissement, que nous avons eu le plaisir de rencontrer. Car, mis à part le vélo, il n?y a rien de commun entre "Olvo" et "Uber" ou "Deliveroo". Et encore, "Olvo" a fait le choix de vélos cargos fabriqués en Bourgogne, faisant ainsi travailler l?économie locale. La majorité des livreurs qui travaillent pour "Olvo" en sont sociétaires. Le modèle choisi est celui du salariat et de la démocratie en entreprise, où les travailleurs sont impliqués dans la gouvernance de la structure. C?est un modèle respectueux du droit des travailleurs mis en pratique par cette entreprise, que nous devons encourager.

Nous dénonçons souvent l?"ubérisation" de la société et ses travers. Avec le soutien à ces coopératives, nous montrons qu?un autre modèle est possible. Tout dépend du choix de société que nous voulons voir à l??uvre. Les deux projets que vous nous proposez de soutenir en sont l?exemple. L?aide de notre collectivité à ces structures est un premier pas qui doit en appeler d?autres, car la situation de ces travailleurs "ubérisés" est tout bonnement inacceptable. Fabien GAY et Pascal SAVOLDELLI, sénateurs communistes, ont participé en 2019 au tour de France dénommé "Pédale et tais-toi", avec un collectif composé de coursiers, de syndicalistes, de militants de mouvements de jeunesse, pour rencontrer ces travailleurs précaires payés à la tâche. Ils présentent au Sénat une proposition de loi relative aux statuts des travailleurs des plateformes numériques. Fruit de ces rencontres et des échanges, elle vise à faire entrer ces travailleurs dans le droit social commun et à réparer l?insuffisance de la loi d?orientation sur les mobilités, en passe d?être adoptée par la majorité "En Marche !"

Nous engageons les élus parisiens qui siègent au Parlement à soutenir ce projet, car, dans notre ville, ces travailleurs précaires sont bien trop nombreux. Nous apportons un soutien convaincu à ce projet de délibération qui montre qu?une organisation du travail, alternative à celle de l?exploitation extrême des plateformes numériques, est possible. Je vous remercie.

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Antoinette GUHL.

Mme Antoinette GUHL, adjointe. - Chers collègues, Monsieur le Maire, merci au groupe Communiste - Front de Gauche, qui, avec une grande constance, apporte son soutien aux coopératives et à l?innovation sociale. Ici, de quoi s?agit-il ? Vous l?avez très clairement exprimé : c?est de soutenir un modèle alternatif à cette nouvelle économie collaborative, qui est prédatrice de richesses et d?acquis sociaux. Devant cette nouvelle économie, en réalité, nous, élus, nous avons trois possibilités.

Nous avons une première possibilité, celle d?interdire. Il en a été question. Peut-être qu?à un moment donné, il sera utile de le faire. La deuxième possibilité, celle de réguler. Il y a eu un certain nombre de régulations, que ce soit pour Airbnb, Uber, etc., mais encore insuffisantes pour l?instant. La troisième possibilité, celle d?innover et d?inventer un modèle alternatif. Ce projet de délibération s?inscrit dans cette troisième voie, celle de permettre l?innovation. Nous allons soutenir "Olvo". C?est une coopérative de livreurs qui commence à connaître un développement intéressant et prometteur. Ils ont notamment décroché un marché important, celui d?Ikea à la Madeleine.

Ils ont choisi un format dont tous les visionnaires actuels vous diront qu?il est dépassé, complètement révolu : celui du salariat. Mais bien plus que celui du sociétariat, c?est celui du sociétariat, où chacun a le droit de gouverner son entreprise. Oui, dans cette coopérative, les livreurs ont quelque chose de tout à fait particulier, c?est un contrat de travail et une protection sociale. C?est tout de même fou qu?aujourd?hui, on en soit à dire qu?un modèle qui défend un contrat de travail et une protection sociale soit une avancée. Oui, dans ce monde "ubérisé", aujourd?hui, c?est une avancée. Il nous faut défendre ces initiatives. C?est tout l?esprit des projets d?économie sociale et solidaire que nous défendons ici, dans cet hémicycle, et que je défends avec acharnement sur le terrain. C?est également le cas du projet "CoopCycle", que je vous présenterai et proposerai de soutenir au prochain Conseil de Paris.

Ce projet de délibération porte également sur le soutien à la "Coop des Communs" qui regroupe et structure différentes initiatives sur les communs, un sujet qui, je crois, génère un intérêt croissant dans cet hémicycle. Je vous invite donc, si ce sujet vous intéresse, à participer au forum organisé par la "Coop des Communs". Ce sera le 11 octobre à la Bourse du travail. C?est l?objet de la deuxième structure qui est soutenue dans ce projet de délibération. Je vous invite, bien sûr, à voter "pour".

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 214.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DAE 214).