Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2019


 

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Nous passons à la 6e Commission. J'ai à excuser Mme Annick OLIVIER, qui est retenue. Et nous rentrons dans le vif du sujet avec l'examen du projet de délibération DAE 80.

La parole est à Jean-Noël AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Mes chers collègues, je voudrais revenir sur le dispositif Emergence(s), qui est l'objet de ce projet de délibération. C'est un soutien à la recherche, qui est bien appréciable depuis quelques années, mais particulièrement en ce moment.

Rappelons le contexte par rapport à un certain nombre de contrevérités qui ont pu être dites hier ou avant-hier sur le budget de la recherche, parce qu?effectivement, LREM est coutumier des "fake news", cela devient un marronnier, mais Mme VIDAL a prétendu dans sa communication que le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche était en augmentation sans, dans sa conférence de presse, nous donner de chiffres exacts.

Quand on obtient le bleu budgétaire, on se rend compte que le budget couvre juste l'augmentation liée à l'inflation, donc c'est un budget constant pour l'enseignement supérieur et la recherche, alors même que nous avons 25.000 étudiants supplémentaires à accueillir sur l'ensemble des universités françaises.

Donc, nous sommes bel et bien dans un contexte budgétaire d'austérité qui est manifeste et incontestable. C'est une vision essentiellement comptable. Une vision de court terme, et qui oblitère évidemment notre potentiel de développement de recherche.

A l'heure où par ailleurs nous avons de nombreuses urgences climatiques, urgences en matière énergétique, urgences à comprendre les évolutions de nos sociétés, cette vision de la recherche très comptable est non seulement myope sur l'avenir, mais aussi complètement irresponsable.

J'entends certains des candidats parler de sciences pour gouverner la ville de demain. C'est piquant de voir qu'ils soutiennent à l'Assemblée nationale l'austérité pour la recherche, et c'est piquant de constater que notre majorité de gauche à la Ville de Paris mène une politique contraire, peut-être avec moins de communication, mais un soutien qui est bien réel et constant.

Dans l'ensemble des projets, beaucoup de projets intéressants vont être soutenus par ce projet de délibération : la recherche sur les cellules souches neuronales, le stockage du carbone dans les sols, les circuits quantiques supraconducteurs, l'analyse des biens symboliques, celle de la ville informelle, etc. Il y a beaucoup de sujets passionnants que nous allons soutenir, qui méritent pleinement notre soutien, un soutien inconditionnel qui permet la création, la liberté de recherche et permet bien évidemment l'avancée du front des connaissances. Nous saluons donc ce projet de délibération.

Permettez-moi de redire en ces lieux un sujet sur lequel nous avons un point de vigilance. Comme je le disais, nous sommes dans un contexte austéritaire. Nous sommes aussi dans un contexte de pilotage de la recherche, un pilotage à courte vue. Un pilotage lié à une recherche sur contrat, un contexte où les fonds récurrents ne cessent de baisser au profit de projets, et ce dispositif participe, certes dans une modeste mesure, mais participe de ce financement sur projets.

Et donc, nous continuons à exprimer notre volonté d'encadrer l'attribution de ces contrats Emergence(s) sur des laboratoires qui auraient recours à du financement non récurrent, un recours relativement limité. Nous savons que nous avons une convergence d'idées sur ce point-là, mais nous ne voyons rien venir, en tout cas quand j'épluche les différents laboratoires qui ont été bénéficiaires de ces contrats Emergence(s).

A l'avenir, ce sera une piste à creuser : qu'on arrive à limiter l'attribution de ces contrats Emergence(s) sur des laboratoires qui sont, on va dire, les moins bien dotés en matière de financement récurrent.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme LEMARDELEY.

Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe. - Chers collègues, cher Jean-Noël AQUA, merci pour votre intervention sur ce projet de délibération qui vise à ajuster le montant des subventions pour les équipes de recherche lauréates comme nous le faisons régulièrement.

C'est également et surtout pour moi l'occasion de revenir sur le programme Emergence(s), qui depuis 2009 apporte un soutien financier à des équipes de recherche pour une durée de quatre ans.

Vous le savez, vous l'avez rappelé, cet appel à projets va au-delà des compétences municipales, est unique en France, et notre objectif est de soutenir la recherche dans tous les champs disciplinaires avec pour critère l'originalité, la qualité du projet, et le fait que les chercheurs aient soutenu leur thèse depuis moins de 10 ans.

Mercredi dernier, le 18 septembre 2019, avait lieu la cérémonie de distinction des 15 lauréats 2018 de ce dispositif Emergence(s), marquant les 10 ans de ce beau programme de financement des jeunes équipes de recherche.

Le rapport du Conseil scientifique de la Ville de Paris qui a été commandé par la Maire Anne HIDALGO à l'occasion de cet anniversaire des 10 ans souligne, je cite, "la pleine réussite à porter au crédit de la Ville de Paris du dispositif Emergence(s)".

Le programme est plébiscité par les lauréats, les comités scientifiques et les responsables des institutions de l'enseignement supérieur et de la recherche. Ainsi, Emergence(s) a permis de financer les travaux de 140 jeunes chercheurs lauréats du dispositif, reconnus aujourd'hui comme particulièrement prometteurs ou déjà incontournables dans leur champ disciplinaire. Au total, ce sont 32 millions d'euros qui auront été mobilisés au profit de la recherche fondamentale dans tous les champs disciplinaires. Concernant l'interrogation quant au taux de financement récurrent dans les dossiers de candidature déposés, je vous rappelle, comme je vous l'ai déjà indiqué en novembre 2018, que ce point est renseigné par les équipes lors de leur dépôt de dossier. Nous avons communiqué ces taux, et je me tiens à votre disposition pour échanger sur ce point. Néanmoins, la question de la récurrence du taux de financement de la recherche publique vient, et nous pouvons le regretter, souvent avec le temps et l'ancienneté des équipes de recherche et précisément l'objectif de cet appel à projets est d'amener les jeunes équipes à grandir, à se lancer. Ce taux n'est donc pas retenu comme critère. Même si nous le demandons, nous ne le retenons pas comme critère pour le soutien de la Ville de Paris dans son appel à projets.

Je vous invite donc à voter ce projet de délibération.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 80.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DAE 80).

Je vous remercie.

V?u déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche