Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

64- QOC 98-276 Question de M. François DAGNAUD et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur la place de la Bataille-de-Stalingrad (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



M. Michel ROUSSIN, adjoint, président. - La question suivante de M. François DAGNAUD concerne la place de la Bataille-de-Stalingrad, dans le 19e.
En voici le texte :
" Située à l'ouverture du bassin de la Villette et au pied de la rotonde de Ledoux, la place de la Bataille-de-Stalingrad (19e) bénéficie d'une localisation exceptionnelle. Elle draine un public de plus en plus nombreux, venu se promener le long des berges, allant au cinéma tout proche ou venant profiter des nombreuses animations organisées sur les rives du bassin.
L'installation d'un écran géant pour la retransmission des matchs de la Coupe du monde de football va jeter un coup de projecteur supplémentaire sur cette place.
L'état permanent de malpropreté caractérisant cette place est donc d'autant plus insupportable : bassins latéraux du quai de la Seine jonchés de détritus, passages voûtés dégageant de fortes odeurs d'urine, pelouses recouvertes de déchets.
Cette situation suscite la consternation légitime des riverains et des visiteurs.
Aux défauts de conception de la place (par exemple, les bassins latéraux n'ayant pas été dotés à l'origine de système d'évacuation se sont vite avérés inutilisables), s'ajoute un enchevêtrement courtelinesque d'intervenants chargés d'assurer la propreté du site : D.P.E., D.V.D., S.L.A., P.J.E.V., Service des Canaux, S.E.M.A.V.I.P. Cette confusion constitue, de toute évidence, un obstacle majeur au bon entretien de la place.
M. François DAGNAUD et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris que la responsabilité de l'entretien de la place soit plus simple et plus rationnelle et que les moyens nécessaires soient donnés aux services désignés pour assurer un entretien décent de la place de la Bataille-de-Stalingrad. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint.
La propreté du site constitué par la place de la Bataille-de-Stalingrad est assurée pour la plus grande partie par la Direction de la Protection de l'Environnement. Le service local de l'architecture a la charge de l'entretien de la Rotonde de Ledoux et de son péristyle, ainsi que celui des miroirs d'eau et du grand bassin qui sont d'ailleurs souvent asséchés. La Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts assure le nettoyage des pelouses en talus et des parterres surélevés qui entourent la place. Le service des canaux chargé de l'entretien des quais voisins de Seine et de la Loire n'intervient pas sur la place, pas plus que la S.E.M.A.V.I.P. ou la D.V.D. La répartition des interventions des services apparaît tout à fait conforme à leurs responsabilités propres.
Les opérations de nettoiement sont effectuées avec tout le soin et la régularité qui s'imposent : balayage quotidien, lavage hebdomadaire des secteurs pavés, collecte également quotidienne des corbeilles et des dépôts de vrac et de détritus, lavage approfondi des passages voûtés et des escaliers des arcades qui sont utilisés comme cabinets d'aisance par des personnes marginales et désinfection des lieux.
Les services de la Propreté de Paris interviennent en outre, lorsque le besoin s'en fait sentir sur les espaces relevant de la compétence de la D.P.J.E.V. ou de la Direction de l'Architecture.
Il faut par ailleurs considérer les difficultés d'entretien dues aux irrégularités du sol, à la nature des revêtements et à la formation de vastes flaques d'eau.
Il faut enfin reconnaître que face à l'incivisme d'un certain nombre de nos concitoyens, le volume des moyens mis en oeuvre dont le coût est supporté par le contribuable ne peut indéfiniment être augmenté. Il serait donc non fondé d'imputer à une mauvaise utilisation des moyens disponibles, une situation qui trouve fondamentalement sa cause dans une dégradation de l'esprit de responsabilité.