Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Socialiste et Apparentés relatif au futur campus Paul Valéry dédié à l'intelligence artificielle.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le v?u référencé n° 117 relatif au futur campus Paul Valéry dédié à l?intelligence artificielle.

La parole est à la maire du 12e arrondissement, Mme BARATTI-ELBAZ.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Merci beaucoup.

Monsieur le Maire, je suis désolée de faire venir ce sujet dans l?actualité de cette instance, j?aurais préféré réussir à travailler avec la Région Ile-de-France et à faire avancer ce projet, parce qu?à l?heure d?aujourd?hui nous devrions inaugurer un nouveau lycée Paul Valéry. Chère Colombe BROSSEL, vous vous en souvenez, cela ne nous rajeunit pas ! Sauf que voilà, la Région Ile-de-France a purement et simplement annulé ce projet initial pour soi-disant en imaginer un nouveau qui traîne à arriver.

J?avais trouvé intelligente l?idée de créer un campus lié à l?intelligence artificielle. Dans un premier élan de générosité, j?avais fait un premier v?u plutôt positif, en expliquant que la Ville de Paris voulait travailler avec la Région Ile-de-France, dans l?intérêt de la communauté éducative et notamment des futurs élèves de ces deux établissements scolaires. Je sais que les parents ont besoin d?être rassurés sur les conditions d?études de leurs enfants et l?avenir de ces établissements.

Sauf que je suis simplement choquée sur le plan démocratique de voir que les élus d?opposition du 12e arrondissement, opposition municipale, utilisent ce projet de la majorité régionale dans une campagne municipale. Je suis profondément choquée de l?instrumentalisation politique de ce projet.

Oui, oui, oui, je le dis ! Je dénonce donc aujourd?hui la manière dont ce projet est conduit et je dénonce le fond de ce projet.

Aujourd?hui, je vois un projet qui consiste en fait à utiliser un terrain voué à un objectif scolaire, à une vocation éducative, pour construire un bâtiment très haut, beaucoup plus haut que celui que nous avions imaginé, et privatisé. On est donc là sur un projet d?optimisation foncière, de privatisation des espaces publics, de densification, d?abattage des arbres, d?imperméabilisation des espaces verts, etc.

Par ce v?u, nous demandons qu?enfin la Région Ile-de-France accepte de négocier avec la Ville de Paris pour une meilleure coordination urbaine de la reconstruction de ce lycée et du collège qui devra suivre, et une meilleure participation des partenaires locaux à ce projet. Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame BARATTI-ELBAZ. Pour vous répondre, la parole est à Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Madame la Maire, chère Catherine, je vous remercie de nous alerter sur ce projet de densification de la parcelle du lycée Paul Valéry engagée par Mme Valérie PÉCRESSE.

Ce projet mérite quand même d?être regardé un peu de près avec une densification de plus de 15.000 mètres carrés, des surélévations du bâtiment principal et surtout la construction d?un nouveau bâtiment qui fera entre 10.000 et 15.000 mètres carrés. Cette densification entraînera une imperméabilisation de la parcelle et un abattage massif d?arbres qui se trouvent au croisement de la coulée verte du 12e arrondissement et de la ceinture verte.

Le projet de Mme PÉCRESSE ne répond pas aux O.A.P. du P.L.U. En outre, nous sommes sur un terrain dédié à l?enseignement et il faudra un déclassement pour lui donner une autre destination.

Quand je regarde le projet que nous avons reçu, je comprends, malgré le peu d?éléments fournis notamment sur la programmation de ce bâtiment, qu?il s?agit, comme vous l?avez laissé entendre, d?une pure et simple opération de spéculation immobilière. Cachée derrière les termes alléchants de "Cité de l?intelligence artificielle", nous voyons surtout la construction de mètres carrés de bureaux à visée financière, bien loin des besoins de l?enseignement.

Les enseignants, les parents d?élèves, les élèves, les riverains et la Ville méritent mieux que ce projet stupéfiant qui combine abattage massif d?arbres, bétonisation, hyperdensification, transformation d?un établissement scolaire en immeubles de bureaux et spéculation immobilière.

Je souhaite avec vous, Madame la Maire, l?abandon de ce projet inacceptable qui dénaturerait la coulée verte et la ceinture verte du 12e arrondissement. Nous proposons à la Région de revenir vers la Ville de Paris pour échanger sur les orientations que nous devons partager, tant sur les enjeux architecturaux et urbains que sur la programmation des futurs usages, en ayant à l?esprit l?intérêt des élèves et des habitants du 12e arrondissement.

Comme vous l?aurez compris, j?émets un avis favorable à ce v?u.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - J?ai deux demandes d?explication de vote.

Madame CARRÈRE-GÉE, vous avez la parole, pour le groupe LRI.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Merci, Monsieur le Maire.

Je m?exprime au nom de Mme Valérie MONTANDON, qui malheureusement est absente car elle inaugure le lycée rénové Arago, dans le 12e arrondissement.

Dans l'hémicycle. - Pendant le Conseil de Paris ?

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Pardon ? Pendant le Conseil de Paris ? Oui.

Hier, on a discuté, je crois, d?une communication de la Maire de Paris sur le bilan de la concertation sur l?avenir du périphérique avec une réunion qui avait lieu le 12. Voilà ! Je ne sais pas si c?est Mme Valérie MONTANDON qui décide des dates d?inauguration du lycée rénové Arago. Je suis sûre que Mme HIDALGO a son mot à dire sur l?ordre du jour des Ateliers du périphérique.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Continuez, Madame CARRÈRE-GÉE, sur le sujet du campus Paul Valéry.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Oui, mais c?est difficile.

Mme Valérie MONTANDON m?a chargée de dire qu?elle estime que ce v?u est un concentré de mauvaise foi et de contrevérités, que la Région a répondu aux questions que vous posez, Madame, en réunion publique, que les services de la Région et de la Ville se sont vus à quatre reprises ce trimestre et qu?elle a proposé une réunion d?échanges sur Paul Valéry à la maire du 12e arrondissement et que celle-ci l?a déclinée.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame CARRÈRE-GÉE.

Je donne la parole à M. Jérôme GLEIZES, pour une explication de vote.

M. Jérôme GLEIZES. - Merci, Monsieur le Maire.

Les écologistes sont contents que le "camp des conservateurs" s?élargisse. Les arguments défendus par Mme Catherine BARATTI-ELBAZ et M. MISSIKA, les écologistes auraient pu le faire. Franchement, on voit en très peu de temps qu?il peut y avoir des réversions de situations tout à fait surprenantes.

Bien sûr, nous voterons ce v?u parce qu?il va tout à fait dans le sens de ce que les écologistes défendent depuis longtemps. C?est dommage que la droite parfois fasse la même chose sur d?autres projets contre les socialistes. Là, c?est l?inverse. Nous, nous avons toujours la même position et nous sommes contre ce type de projet. Qu?ils soient menés par des socialistes ou par la droite, nous voterons toujours contre ce type de projets.

Nous voterons ce v?u. Merci, Madame.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Parfait.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Socialiste et Apparentés, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le groupe LRI, vous nous direz.

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 529).

Nous examinons le projet?

Pardon, Madame la Présidente ? On n?a pas compris votre vote. Personne n?a levé la main et je me demandais. Est-ce un vote contre ? Oui.

Merci.