Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants relatif aux professionnels du tourisme parisiens face à la concurrence d'"Airbnb".

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant toujours aux v?ux non rattachés. Le v?u référencé n° 133 est relatif aux professionnels du tourisme parisiens face à la concurrence d'"Airbnb".

La parole est à Laurence GOLDGRAB.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Il s'agit d'un v?u de soutien aux acteurs du tourisme, en particulier aux hôteliers.

Le récent partenariat signé entre le C.I.O. et "Airbnb" pour les prochains Jeux olympiques et paralympiques à Paris a été un signal négatif envoyé aux acteurs du tourisme à Paris.

Et donc, il est intolérable que cet opérateur, qui ne règle pas ses impôts en France, puisse exercer une concurrence déloyale face aux hôteliers parisiens.

J'en profite pour envoyer un signal de plus, puisque ce n'est pas la première fois que dans de nombreux pays la régulation est effectuée non pas par l'Etat, mais au niveau des collectivités locales. Nous regrettons que le Gouvernement en France s'y oppose. La Ville devrait pouvoir fixer elle-même le nombre de nuitées possible.

Par conséquent, nous demandons, par ce v?u, que la Ville de Paris rappelle son soutien aux professionnels du tourisme à Paris, et notamment aux hôteliers qui représentent une part importante de notre économie. N'oublions jamais que le tourisme est un secteur porteur et non délocalisable. Nous demandons à la maire d'interpeller une fois de plus le Gouvernement pour que soit transférée la compétence de régulation des meublés touristiques aux villes lors de l'examen du futur projet de loi "Décentralisation, différenciation et déconcentration". Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Laurence GOLDGRAB.

La parole est à Jean-François MARTINS, pour vous répondre.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, merci, Madame la Présidente.

C'est évidemment un excellent v?u qui rappelle les positions largement prises par le Conseil de Paris en rappelant que sur le sujet de la location meublée touristique à Paris, il y avait un double enjeu : préserver le logement des Parisiens et ne pas laisser du logement accessible pour celles et ceux qui veulent vivre et travailler à Paris, sortir du parc résidentiel.

Mon collègue Ian BROSSAT défend celles et ceux qui veulent habiter à Paris contre la spéculation d'"Airbnb" avec beaucoup de talent, mais il ne faut pas oublier également la concurrence absolument prédatrice et déloyale que mène "Airbnb" au secteur hôtelier, dont évidemment on peut louer ici l'implication, la robustesse et l'importance dans l'économie parisienne, mais par ailleurs sur lequel on peut disserter de l'impact économique réel entre un hôtel qui va investir, créer des emplois de femmes de chambre, d'accueil, de conciergerie, de restaurant, et un appartement "Airbnb" qui n'en crée aucun.

On pourrait là encore signaler que les hôteliers qui s'acquittent d'impôts sur les sociétés, de cotisations sociales, sont des entreprises, pour la plupart en tout cas, extrêmement civiques et citoyennes, qui contribuent à la richesse nationale, quand "Airbnb", comme vous le savez, ne paie que 150.000 euros d'impôts. Evidemment, il faut absolument voter ce v?u, en rappelant que le centralisme jacobin de l'Etat sur cette question est absolument hallucinant, et nous conduit à avoir à Saint-Jean-de-Luz et à Paris la même règle pour les meublés touristiques, ce qui n'a absolument aucun sens. Je crois avoir entendu le Président de la République, mais je vois que ses soutiens sont visiblement trop peu nombreux dans cette Assemblée, ils doivent être en train d'essayer de faire autre chose, et donc, rappeler que le Président de la République, au Congrès des maires de France, a annoncé qu'il voulait un nouveau choc de décentralisation vers les maires. La première mesure pourrait être l'encadrement des meublés touristiques, confié aux communes. C'est un très bon v?u.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Jean-François MARTINS.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 540).