Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Ecologiste de Paris relatif à l'éducation populaire à l'environnement et au développement durable.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous passons à l'examen de v?ux non rattachés.

Nous passons au v?u référencé n° 123 relatif à l'éducation populaire, à l'environnement et au développement durable.

La parole est à Fatoumata KONÉ.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci. Ce v?u que nous déposons part d'un constat de recul de notre collectivité en matière d'éducation à l'environnement et au développement durable. Trop de structures permettant aux jeunes Parisiens de s'initier à la nature en ville ont disparu au cours de cette mandature : le centre de ressources et d'éducation à l'environnement dans le 13e, mais aussi le centre du jardin nature, la maison des oiseaux ou le bus pédagogique du parc floral. Quel gâchis pour les enfants et le personnel pédagogique qui y étaient formés. Alors que la demande n'a jamais été aussi forte, notre Ville supprime des structures remarquables en nombre déjà insuffisant. Dans le même ordre d'idée, les classes de découverte sont une des rares occasions pour les élèves parisiens de découvrir à moindre coût la nature. Or, elles aussi sont menacées par une réforme de leur marché qui s'est faite sans concertation avec les acteurs concernés. Le dernier appel d'offres pour ces classes transfère ainsi au centre d'accueil le recrutement et le défraiement des animateurs, ainsi que le transport des classes concernées. Cela représente des sommes considérables dont les plus petits centres ne disposent pas. Sachant que ces classes de découverte constituent une part importante de leurs revenus, c'est donc leur existence même que la réforme met en danger. Enfin, l'opacité dans laquelle cette réforme est menée laisse également les animateurs dans la plus grande incertitude quant à leur avenir, alors que leur statut est déjà précaire. Nous regrettons cette façon de procéder envers des personnels dévoués à l'éducation de nos enfants depuis des années. C'est pourquoi nous demandons, dans ce v?u, à la fois un bilan des actions menées par la Ville en matière d'éducation à l'environnement, et une suspension de la réforme des classes de découverte tant qu?une véritable concertation avec les équipes pédagogiques et d'accueil n'aura pas été menée. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - J'ai trouvé ce v?u bien injuste, avec des critiques que je trouve totalement infondées.

D'abord, sur la refonte des centres de ressources, car cette réorganisation était nécessaire. Les dispositifs éducatifs doivent s'adapter aux enjeux du moment et c'est la raison pour laquelle nous avons regroupé 7 centres de ressources sur 10 au sein d'un pôle Enjeux éducatifs contemporains.

J'assume totalement cette réforme qui était nécessaire, je pense que vous y êtes sensibles, Fatoumata KONÉ ainsi que les membres de votre groupe, pour mieux s'adresser aux enfants, notamment sur les enjeux d'éducation à l'environnement. De même, sur les classes de découverte nous avions un marché qui expirait en décembre 2019, nous avons fusionné le périmètre avec celui des vacances "Arc en ciel", car un certain nombre de prestataires étaient communs à ces deux offres de séjour. D'un point de vue de l'offre, nous avons été amenés à ce que les classes de découverte soient ouvertes évidemment aux enfants de tous les cycles élémentaires, mais aussi aux enfants des maternelles, et pour les vacances "Arc en ciel", il a été demandé d'offrir des séjours à l'étranger en plus grand nombre. Du point de vue du fonctionnement, il a été demandé aux prestataires d'inclure la prestation transport, également d'assurer de meilleure façon l'encadrement des classes de découverte. Vous vous souciez légitimement de l'avenir des 180 vacataires et nous n'avons pas attendu ce v?u pour prendre en charge cette dimension humaine. Nous ne pouvons pas suspendre le marché en cours, cela se ferait à la fois au détriment des enfants et des prestataires. De ce fait, dans un esprit constructif, qui j'espère me caractérise, j'ai souhaité amender votre v?u. Si vous acceptez ces amendements, je pourrai émettre un avis favorable.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci. C'est donc un avis favorable avec amendement. L'amendement est-il accepté ?

Mme Fatoumata KONÉ. - Notre objectif est d'avancer sur le sujet, et du coup de permettre la discussion avec les personnels concernés, donc dans un esprit constructif, on accepte les amendements.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Ecologiste de Paris, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2019, V. 531).