Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Nous examinons le projet de délibération DU 252 : opération d?aménagement de la porte de Montreuil. La parole est tout d?abord à Raphaëlle PRIMET.

Mme Raphaëlle PRIMET.- Mes chers collègues, enfin nous pouvons examiner aujourd?hui l?approbation du traité de concession d?aménagement de la porte de Montreuil.

Il s?agit d?un investissement attendu depuis 2001 quand la porte de Montreuil a été inscrite dans le grand projet de renouvellement urbain. Il était urgent de réaménager cet anneau autoroutier, source de lourdes nuisances pour les habitants et les salariés de Paris, de Montreuil et de Bagnolet.

Par rapport à d?autres sites comme la porte des Lilas, la porte de Montreuil a souffert de multiples difficultés techniques. Les réseaux qui passent sous la place constituent un enchevêtrement particulièrement complexe et le lancement d?un projet urbain a été d?autant plus difficile à finaliser. Mais heureusement, aujourd?hui, nous avons enfin résolu ce casse-tête technique et nous pouvons adopter ce projet de délibération historique pour tout l?Est parisien.

Cet anneau autoroutier sera une place du Grand Paris végétalisée, animée, qui fera un lien agréable entre Paris, Montreuil et Bagnolet et où les circulations douces seront à l?honneur.

Le projet répond aussi aux problématiques concrètes des habitants. La Ville avec "Paris Habitat" propose un programme pour améliorer le cadre de vie et réorganiser l?espace public dans le secteur Félix-Terrier avec l?aménagement des rues intérieures Félix-Terrier et Eugène-Reisz, qui se transformeront en lieux plus vivants et pacifiés. Des espaces végétalisés y seront créés et les locaux en bas des immeubles de "Paris Habitat" activés pour des associations et un centre de santé, et surtout avec moins de voitures.

Tout cela est construit en bonne concertation avec les habitants. Le Plan Climat des H.B.M. de "Paris Habitat" est programmé et les c?urs d?îlot seront réaménagés pour les rendre accessibles. Les travaux devront commencer d?ici quelques mois.

Nous tenons donc à saluer l?engagement financier très conséquent de la Ville de Paris. En effet, par ce projet de délibération, c?est 40 millions d?euros que nous investissons et nous savons que, par la suite, l?aménagement des Puces nous amènera à engager à nouveau d?autres investissements.

Je tiens à remercier tous les membres de l?Exécutif mobilisés autour de ce projet. Vous nous présentez aujourd?hui un grand et beau projet de renouvellement urbain très attendu par les habitants.

J?en profite pour rendre hommage à tous les élus qui par le passé se sont mobilisés sur ce projet, bien sûr la Maire de Paris, mais aussi Jean-Pierre CAFFET, Pierre MANSAT, Hélène VICQ, Virginie DASPET et Fabienne GIBOUDEAUX. Toutes et tous se sont battus pour faire émerger ce projet complexe. Merci infiniment. Nous tenons à remercier aussi tous les acteurs de ce projet, les habitants, les associations, la communauté scolaire des groupes Jean-Perrin et Eugène-Reisz, le conseil de quartier, les équipes de développement local et de la Direction de l?Urbanisme. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Merci à vous. Je donne la parole à Nathalie MAQUOI.

Mme Nathalie MAQUOI.- Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, la porte de Montreuil est un quartier populaire du 20e, la situation au bord du périphérique le rend aujourd?hui inhospitalier et pollué pour les piétons, les vélos et les habitants. Sa traversée est dangereuse et les espaces publics ne sont pas ce qu?ils devraient être : un lieu de vie en commun, un lieu de partage, de rencontres.

Le projet de réaménagement de la porte de Montreuil, et je m?associe à tout ce que vient de dire Raphaëlle PRIMET avant moi, est donc une avancée très attendue.

Notre groupe souhaite saluer et souligner cet investissement pour le 20e arrondissement et pour Montreuil, d?abord pour les espaces publics avec la création de la place en retravaillant la circulation, en reliant Montreuil et le 20e arrondissement, en donnant une place centrale aux piétons, en sécurisant les cyclistes. Les nuisances du périphérique, dont nous avons longuement parlé ce matin, seront aussi atténuées et cela permettra de réduire l?exposition au bruit et à la pollution. Une végétalisation massive, des centaines d?arbres plantés pour donner une place à la nature dans ce quartier et apporter de la fraîcheur. Par ailleurs, et c?est le sens aussi de ce projet de délibération, le concours international "Reinventing Cities", porté par le C40, marque l?ambition de la Ville de faire de la porte de Montreuil un quartier exemplaire en termes climatiques et écologiques. Le projet lauréat met en ?uvre les technologies les plus avancées et performantes en termes de construction bas carbone, de bioclimatisme, d?intégration de la biodiversité dans le bâti, de protection contre les pollutions, sans oublier la réversibilité. Ainsi, la porte de Montreuil sera connue et citée comme un exemple inédit et innovant d?écoconstruction, et peut-être qu?on préfigurera un peu la ville de demain. Parmi toutes ces nouvelles opportunités, le groupe "Génération.s" sera particulièrement attentif à la place accordée aux puciers qui sont des acteurs historiques du quartier et à l?accompagnement qui va leur être offert pour leur rôle central dans l?économie circulaire et le réemploi. Nous serons également attentifs à la poursuite de l?implication des habitants et des habitantes, à tous les aspects concrets du projet. De l?exemplarité écologique, nous aimerions aussi que ce projet soit l?exemplarité démocratique. Nous pouvons imaginer une réflexion par exemple sur la place des femmes dans l?espace public dans cette reconfiguration. Nous pouvons aussi soumettre l?idée d?interventions artistiques, qu?elles soient pérennes ou temporaires. Aujourd?hui, le 20e arrondissement est autant relié au 11e qu?à Montreuil. Ce futur quartier a donc pour ambition d?effacer les frontières au profit des habitants des deux côtés du périphérique. Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est à Jérôme GLEIZES.

M. Jérôme GLEIZES.- Merci, Madame la Maire.

Ce projet de délibération est historique, mais peut-être un peu moins que celui sur la Z.A.C. "Python-Duvernois" qui, lui, est encore plus important, notamment avec le montant du financement qu?on a pu obtenir par le N.P.N.R.U.

Concernant ce projet de délibération, je suis déjà intervenu sur l?aménagement, notamment quand on a eu le débat en juin ou juillet, je ne me rappelle plus exactement. J?avais en particulier souligné l?importance de l?étude d?impact environnemental qui avait eu lieu et qui soulignait que, sur cette zone, à notre grande surprise, on avait 10 espèces d?oiseaux protégées et 2 espèces de chauves-souris protégées, que nous avions beaucoup d?arbres présents - 340 et quelques de mémoire - et qu?il y avait un énorme projet de revégétalisation. Je disais alors qu?il faudrait faire un aménagement qui tienne compte de l?existant et qui ne soit pas uniquement une carte sur laquelle on veut autant d?arbres en coupant tous les arbres pour en replanter.

Cela peut être emblématique si on a vraiment une nouvelle manière d?aménager. Je ne sais pas si la société d?aménagement qui va le faire prendra en compte cette nouvelle vision, mais en tout cas c?était quelque chose qu?on avait mis en avant. Notamment, on va avoir toute une assurance sur le suivi ornithologique de cet aménagement. Ainsi, qu?on ne fasse pas comme ailleurs, comme s?il n?y avait pas déjà des habitants, en sachant que les habitants qui sont là sont aussi des oiseaux.

Nous avons quand même un problème avec ce projet de délibération. Quand j?étais intervenu, je crois que nous l?avions voté à cette époque. J?avais émis des réserves mais nous l?avions voté. Mais, depuis, nous avons le projet "Reinventing Cities", et l?essentiel de ce projet de délibération porte sur "Reinventing Cities" puisqu?il permet à la SEMAPA de récupérer pour, après, le recéder au vainqueur du marché - enfin, ce n?est pas un marché et, justement, c?est ce qui est assez problématique -, de l?appel "Reinventing Cities", car c?est le C40 qui a fait cela.

Ainsi, depuis le début, nous faisons part de nos réserves sur le choix du gagnant, notamment sur la question de la construction qui va avoir lieu sur le périphérique. Nous avons également émis des réserves sur la question de savoir comment les puciers seront dans ces nouveaux locaux et notamment sur le fait qu?il y a quand même une opposition de leur part. On sait que des discussions sont en cours et qu?elles n?ont pas encore abouti, notamment sur les réserves qui ont été posées.

Dans cette situation, nous sommes très attentifs car nous ne savons pas ce que sera le projet définitif. Nous sommes encore en discussion, le gagnant est en train de modifier son projet. Nous sommes donc dans l?expectative. C?est pour cela que nous ne sommes ni pour ni contre. Nous attendons de voir ce qui va arriver et que ce projet de délibération concernant ce lieu revienne au Conseil de Paris. Nous nous abstiendrons en attendant de voir ce qu?il y aura finalement.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET.- Oui, c?est un projet extrêmement conséquent. J?ai moi aussi encore beaucoup d?interrogations et je m?abstiendrai sur ce projet de délibération.

Il faut réaménager cette porte de Montreuil, c?est attendu depuis très longtemps. Il y a des attentes extrêmement fortes, tant des habitants que des puciers. On a un budget à la clé très important, assumé, ce qui est une bonne chose. Des moyens conséquents vont pouvoir être mis dans le réaménagement complet du quartier.

On passe un traité de concession avec la SEMAPA pour certaines missions seulement. En effet, la SEMAPA se voit confier la réalisation de travaux financés par la Ville, une mission de coordination tout à fait nécessaire avec les opérateurs des projets voisins, une mission de conduite de la concertation et de gestion de l?urbanisme transitoire, mais aussi l?achat pour 37,5 millions d?euros de foncier municipal brut qui va être revendu et aménagé pour 66 millions d?euros de lots à bâtir pour le lauréat de "Reinventing Cities", le promoteur "Nexity".

J?ai une première question. Pourquoi la Ville ne vend-elle pas son foncier directement à "Nexity", une fois celui-ci aménagé ? Je ne dis pas que c?est souhaitable, mais j?aimerais comprendre la logique. Plutôt que de faire un "job" à l?aménageur avec les frais de mutation doublés inutilement, deux transactions au lieu d?une, des frais divers payés à la SEMAPA qui se rémunère sur ses prestations au passage, peut-être même sur un pourcentage du chiffre d?affaires. Je ne sais pas exactement, je ne comprends comment tout cela est monté. Il s?agit quand même de plusieurs millions d?euros évaporés qui vont être ni dans la poche de la Ville ni dans celle de "Nexity". Que se passe-t-il exactement ? Vous comprenez qu?il y a un flou important.

Deuxième question, est-ce qu?il y a une raison valable à vendre le foncier à l?aménageur ? Pourquoi ne pas le faire, à ce moment-là, pour tout le foncier à céder ? Est-ce qu?il reste des lots que la Ville a prévu de vendre directement ? Et pourquoi ce traitement différent ?

Surtout, il y a aussi un problème de montage. Avec "Reinventing Cities", on est dans un dispositif qui n?est pas un marché, un appel d?offres, et cela pose des questions.

D?un point de vue environnemental, que se passe-t-il sur les talus du périphérique ? Il faut absolument préserver les espaces verts du talus du périphérique, ils jouent un rôle de corridor de biodiversité. Or, là, est-ce que c?est moi qui ai du mal à lire l?ensemble du dossier, j?ai l?impression qu?on construit sur les talus du périphérique, ce qui pose un vrai problème. Je vous demande de me répondre à cette question car j?ai un doute sur ma propre interprétation. Ainsi, tant mieux, Monsieur MISSIKA, si vous allez infirmer et confirmer qu?on ne touche pas aux talus du périphérique.

Les puciers, quant à eux, ne sont pas tous totalement convaincus par le projet. Je pense qu?il y a encore beaucoup d?interrogations et j?attends les explications de l?Exécutif.

Pour l?instant, je m?abstiens sur ce projet de délibération.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est à Marinette BACHE.

Mme Marinette BACHE.- Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, la transformation de l?emblématique porte de Montreuil au-dessus du périphérique, dans le 20e, promet d?être spectaculaire. D?ici 2024, ce sont 7 bâtiments dont un immeuble-pont qui s?élèveront autour d?une grande place rectangulaire dont la superficie rivalisera avec la place de la République. Elle sera piétonne et accueillera 3.000 mètres carrés plantés et végétalisés. Elle est conçue pour devenir un nouveau lieu de destination pour les Parisiens comme pour les Montreuillois.

Beaucoup de difficultés ont dû être surmontées pour cela, notamment les différents niveaux de réseau. Ces contraintes semblaient tellement fortes que beaucoup d?habitants et même de politiques avaient du mal à croire qu?un tel projet puisse être réalisable il y a encore à peine 10 ans. Ce projet répond aux besoins et aux souhaits des habitants du quartier, à commencer par ceux du boulevard des Maréchaux et de la rue d?Avron. Aujourd?hui, la porte de Montreuil est un immense rond-point d?accès au périphérique, bétonnisé, qui isole Paris de Montreuil, où des conducteurs pressés croisent dangereusement les riverains, les clients des puces, les vendeurs à la sauvette, les syndicalistes de la C.G.T. toute proche et les usagers des deux stades de cette porte, dont de nombreux enfants en bas âge et souvent non accompagnés. Ainsi, le n?ud gordien minéral de transports surplombant le périphérique qu?elle est aujourd?hui va être transformé en une des places principales et une des plus belles du Grand Paris. Son excellente desserte en transports en commun, métro, tramway, nombreuses lignes de bus, va devenir son principal atout. Cette porte, cette place va devenir un lien entre les deux villes, une continuité urbaine et paysagère entre Paris et les communes limitrophes. Mais surtout, elle permettra aux habitants des nombreux H.L.M. du quartier de ne plus être isolés, marginalisés et de se sentir enfin valorisés d?être des Parisiens, des citoyens parisiens à part entière. On peut trouver qu?on aurait pu faire un montage financier différent, qu?on aurait pu faire encore mieux, que tel ou tel élément est de trop ou qu?il n?est pas assez, on peut aimer ou ne pas aimer l?architecture choisie, mais nous n?en sommes plus là. Les riverains, les commerçants et leurs clients, les 200.000 visiteurs qui chaque week-end fréquentent les puces ainsi que les usagers des stades attendent de nous qu?on fasse tout, absolument tout pour faire aboutir ce qui est le grand projet de l?Est parisien afin de transformer leur cadre de vie et améliorer leur sécurité. Après Raphaëlle PRIMET, je voudrais moi aussi simplement remercier l?adjoint, le conseiller délégué et tous ceux qui depuis 2001 se sont investis dans ce beau projet. Chers collègues, je vous invite à participer par votre vote à donner un nouveau visage et un nouvel élan à ce quartier qui en a bien besoin et qui porte en lui les germes d?une grande place métropolitaine où cohabiteront les puces traditionnelles, l?excellence environnementale et le Paris populaire qui nous est si cher au c?ur. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Merci à vous. Pour vous répondre, la parole est à Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint.- Merci à tous les orateurs et, malgré l?heure tardive, je crois que cela vaut la peine qu?on s?arrête un peu sur cette opération d?aménagement de la porte de Montreuil, tout simplement parce que c?est un des grands projets de la mandature. C?est un projet, comme je l?ai dit ce matin lors du débat sur le périphérique, absolument emblématique de cette ambition que nous portons depuis 6 ans avec Anne HIDALGO de transformer les portes de Paris en places du Grand Paris.

Ce secteur fait partie, avec Python-Duvernois dont Jacques BAUDRIER parlera vraisemblablement demain matin - je ne crois pas qu?on aura fini les projets de délibération ce soir -, du projet de renouvellement urbain des portes du 20e arrondissement qui a été sélectionné comme secteur dit d?intérêt national par l?A.N.R.U.

L?objectif de la Ville de Paris, cela a été dit par plusieurs orateurs, est de mener de façon concomitante la transformation de ces deux zones d?aménagement et ainsi d?améliorer le cadre de vie des habitants : circulation apaisée, création d?espaces verts, d?équipements et de services de proximité, rétablir les liens avec les villes voisines, Montreuil et Bagnolet - j?aurais l?occasion d?y revenir -, requalifier cette porte d?entrée métropolitaine pour en faire une place, une vraie place, renforcer son attractivité en proposant de nouvelles fonctions urbaines et en favorisant le rééquilibrage de l?emploi et du développement économique dans l?Est parisien. Il ne faut pas oublier que nous avons également cet objectif à porter, un objectif de création d?emplois dans ce territoire.

Pour répondre à cette ambition, nous avons 3 niveaux d?intervention.

Un programme d?intervention en cours sur l?espace public, permettant d?améliorer le fonctionnement quotidien du quartier, notamment aux abords du groupe scolaire Eugène-Reisz et du collège Jean-Perrin. Cela passe par une pacification des rues internes au quartier via leur végétalisation et la création d?une rue aux enfants, ainsi que la rénovation des logements de "Paris Habitat", du groupe scolaire Eugène-Reisz et du collège Jean-Perrin.

Un deuxième niveau d?intervention sur un périmètre d?action d?échelle métropolitaine, consistant à créer une grande place végétalisée et animée par de nouvelles programmations à la place du rond-point actuel. On a pu voir les images spectaculaires de cette transformation urbaine.

Et puis un troisième niveau. En parallèle de l?aménagement de la place, un programme d?activités d?ampleur a fait l?objet du concours "Reinventing Cities" que vous avez cité et qui porte sur trois lots constructibles situés sur le pourtour de la porte, en limite des villes de Montreuil et de Bagnolet. Je crois que c?est vraiment important de souligner que nous avons besoin d?une couture urbaine pour pouvoir justement relier le 20e arrondissement de Paris à Montreuil et à Bagnolet.

"Reinventing Cities", c?est une compétition internationale pilotée par le C40, le réseau des villes engagées pour le climat, et inspirée du modèle de "Réinventer Paris", qui vise à encourager des projets de renouvellement urbain particulièrement innovants et ambitieux sur le plan environnemental. Le projet qui a été désigné lauréat propose une intégration méticuleuse dans le quartier environnant, une mixité des usages et surtout des engagements environnementaux extrêmement ambitieux qui ont d?ailleurs été salués par le C40.

Quelques chiffres traduisent largement cela. Le projet développe sur 57.000 mètres carrés de plancher le premier quartier "zéro carbone" de Paris et vise à réduire de 85 % sa consommation totale de CO2. Il prévoit la végétalisation d?une surface en toiture et en pleine terre de 7.000 mètres carrés avec 228 arbres plantés et 4 oasis de fraîcheur, et en ce qui concerne la matérialité du projet, 80 % de la superstructure sera en pierre et en bois, et 80 % des matériaux de construction viennent de la région parisienne, donc dans le cadre d?un circuit court. Le projet encourage également la mobilité à faibles émissions de carbone avec la création d?un relais de mobilité et 1.208 places vélo.

Les enjeux environnementaux sont également au centre des préoccupations de l?aménagement de la place. Cette place de 4,5 hectares, principalement dédiée aux mobilités douces, accueillera 3.000 mètres carrés plantés et végétalisés.

La réalisation de ce projet urbain, générateur d?une nouvelle attractivité économique, chère Danielle SIMONNET, permettra de créer un lieu de destination métropolitain et de créer des continuités urbaines et une animation qui font actuellement défaut.

Le marché aux puces sera pérennisé et rénové, et nous travaillons très bien avec les puciers, qui sont favorables à ce projet, qui le soutiennent, qui sont exigeants dans leurs demandes et dans leurs questions mais c?est tout à fait normal. Je crois que les puciers ont parfaitement compris que nous allons leur offrir de meilleures conditions d?accueil, à eux, pour les commerces et aux clients. La recyclerie "Emmaüs, coup de main", sera modernisée et l?offre de services et de commerces de proximité pour les habitants sera renforcée.

Il s?agit donc d?un très grand et très beau projet. Je suis d?accord avec ce qu?ont dit nombre d?orateurs. Au regard de tous ces éléments, je vous propose d?approuver ce projet de délibération qui marque une étape décisive dans la mise en ?uvre de cette opération d?aménagement.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Très bien.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 252.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DU 252).

2019 DU 248 - Opération d?aménagement gare des Mines-Fillettes Secteur PNE (18e). - Dossier de création et de réalisation de la Z.A.C. - Programme des équipements publics. - Avenant au contrat de concession d?aménagement. Voeu déposé par le GEP relatif à la présence d'espaces verts. Voeu déposé par le GEP relatif à la programmation bâtie. Voeu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à l'habitat inclusif pour personnes autistes ou handicapées.