Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DU 253 - Opération Bédier Oudiné (13e) - Déclaration de Projet emportant mise en Compatibilité du PLU - Dossiers de création et de réalisation de la ZAC Bédier Oudiné - Avenant au traité de concession.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DU 253 concernant l?opération Bédier-Oudiné dans le 13e arrondissement, sur lequel les amendements techniques n° 218 et n° 225, ainsi que l?amendement n° 119 du groupe Ecologiste de Paris ont été déposés.

La parole est à M. Jean-Noël AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, les élus de mon groupe saluent l?importance de ce projet de délibération, qui va amplifier le renouvellement urbain de ce quartier du 13e arrondissement, porté notamment par Francis COMBROUZE sur le 13e arrondissement.

Avec ce projet de délibération, nous contribuons tant à l?amélioration de la qualité de vie qu?à la dynamisation des activités économiques dans deux quartiers "politique de la ville", de part et d?autre du boulevard Masséna, avec des investissements importants pour de nouveaux services publics de proximité.

Premièrement, ce projet projette l?extension du périmètre de la Z.A.C. "Bédier" au quartier Oudiné, avec une programmation variée en logements et en équipements publics : crèches, l?école Patay, un centre d?animation tout public, un centre de santé, un centre sportif.

Il vise également au renouvellement de l?espace public, comprenant une large part de végétalisation pour améliorer le cadre de vie pour les habitants et les habitantes de ces quartiers populaires et pour contribuer bien évidemment concrètement à notre engagement pour l?environnement.

En continuité avec les aménagements de l?opération voisine de Paris Rive Gauche, la concertation, qui a été menée ces deux dernières années avec des habitants en mode d?ateliers, en réunions publiques et avec un vote des locataires, a abouti à un programme ambitieux à la hauteur des besoins. Sans attendre, les rénovations du Plan Climat et le confort des logements de l?ensemble Chevaleret et d?Elogie sont en cours.

Deuxièmement, le projet de délibération comprend aussi l?adaptation du programme de la Z.A.C. "Bédier" dans ce territoire limitrophe de nos voisins d?Ivry, avec un bilan des réalisations déjà acquises comportant notamment des nouveaux logements pour étudiants, des immeubles d?activité et des emplois, la livraison de la Maison internationale de séjour, l?amélioration du stade Boutroux, le jardin public Clara Zetkin et des jardins partagés, la nouvelle Maison partagée des personnes âgées de la place Yersin. Bref, il y a beaucoup de choses intéressantes. Le programme est d?ampleur pour un quartier qui le mérite bien.

La réorientation urbaine proposée, après des ateliers de conception avec les habitants, conduit par exemple à renoncer à une nouvelle voirie le long du périphérique et à désenclaver le quartier par une relocalisation de l?école existante Franc Nohain, dont le bâti est à bout de souffle. Elle propose aussi de végétaliser les pieds d?immeuble et de nouveaux espaces publics, à améliorer l?offre de sport de proximité, à détruire la barre de "Paris Habitat" dite "BCDE" et à programmer de nouveaux logements diversifiés.

Pour ce quartier, outre les logements sociaux existants et améliorés, la nouvelle programmation prévoit en particulier du locatif en prix intermédiaire pour 75 logements et une offre de 135 logements de l?Office foncier solidaire, permettant de concrétiser l?acquisition pour des locataires ou de nouveaux habitants à des prix bien inférieurs à ceux du marché.

Nous saluons donc, vous l?aurez compris, l?importance du programme de nouveaux équipements publics et l?amélioration urbaine permise par cette extension de la Z.A.C., avec un plan à 179 millions d?euros pour ce quartier "politique de la ville". Elle est la marque d?une réelle politique de gauche, contribuant à des quartiers où il fait bon vivre pour toutes et tous, avec des logements de qualité, un cadre de vie et un environnement sains et agréable et des activités économiques diversifiées.

Là où certains construisent ou veulent construire des ghettos de riches, des zones de ségrégation où le vivre ensemble est sacrifié sur l?autel de l?entre-soi, notre majorité a investi et met les moyens là où les besoins sont les plus forts. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-Noël AQUA.

Je donne la parole à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Déjà !

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je suis désolé.

Mme Danielle SIMONNET. - Je serai très rapide. En fait, j?ai des questions.

Pourquoi y a-t-il si peu d?arbres supplémentaires dans le secteur après opération ? Est-ce qu?on ne peut pas faire mieux ? Je constate qu?il y a 44 arbres prévus, ce qui fait simplement 10 %.

Deuxièmement, en quoi le règlement applicable dans les quartiers "politique de la ville" oblige à réaliser la moitié des surfaces de logement en accession libre ? On peut imaginer que tout le logement privé passe par l?O.F.S., c?est souhaitable et ce serait une très bonne orientation pour la suite, mais cela ne doit pas se faire au détriment du logement social et public. On pourrait donc aussi prévoir une augmentation de la part du logement social et public.

Ensuite, la commissaire enquêtrice émet des réserves et elle nous incite notamment à être vigilants sur le maintien d?une crèche associative dans le secteur. Est-ce que la Ville aurait l?intention de se passer de cette crèche associative, ce qui serait fort regrettable ? Est-ce que vous avez plus d?informations sur ce sujet ?

Je crois savoir qu?il y avait une réunion d?information en octobre. Qu?est-ce qu?ont dit les riverains sur l?ensemble du projet et sur ces réserves que j?émets sur le nombre d?arbres, cette crèche associative ou la part du logement social par rapport au logement via l?O.F.S. ? Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Danielle SIMONNET.

Jérôme GLEIZES a la parole et il présentera l?amendement n° 119 de fait.

M. Jérôme GLEIZES. - Merci, Monsieur le Maire.

Les Z.A.C. se suivent mais ne se ressemblent pas. Nous avons plusieurs inquiétudes sur cette Z.A.C. La première porte sur la programmation en termes de logements. Rapidement, l?amendement sur l?O.F.S. est le même que sur les autres Z.A.C. et la partie vendue aux promoteurs privés sera donc récupérée pour la mettre dans l?O.F.S. Ce n?est pas une inquiétude mais très peu de logements sociaux sont prévus sur cet ensemble. Je ne sais pas comment va se faire le relogement de ceux qui habitent déjà sur place ou si c?est vraiment une création nette.

Je rappellerai que les Parisiens ont besoin de logements abordables, que 80 % des demandes de logement sont en P.L.A.-I. Il y a du logement étudiant, c?est une bonne chose mais ce n?est pas suffisant. C?est un secteur qui reste fragile avec de nombreuses personnes en situation de vulnérabilité. Sur ce sujet, j?aimerais bien avoir des précisions et être rassuré sur ce point.

C?est sur les autres aspects du dossier que nous avons beaucoup d?inquiétudes. On construit à côté du périphérique des équipements sensibles : c?est la reconstruction de deux crèches, du centre "Paris Anim?" Oudiné, d?une école et de locaux de la DJS notamment. Cela pose toujours problème puisqu?aujourd?hui aucun projet clair n?est prévu et aucun horizon temporaire n?est encore garanti. Cela signifie que durant tant d?années, le temps de la fin du périphérique, ces publics sensibles continueront à être exposés à des niveaux trop préoccupants de pollutions de l?air et sonore.

L?ensemble des interventions de végétalisation permettra d?augmenter le nombre d?arbres de 44 au sein du périmètre passant ainsi de 496 à 540. C?est positif mais peut-on avoir le nombre d?arbres abattus et replantés ? Tout cela reste assez insuffisant à ce stade.

L?enjeu est de désenclaver le quartier, d?y ramener de la qualité de vie. Nous le défendons bien sûr, même si c?est difficile et nécessaire, nous en convenons.

Par-delà les éléments précis de cette Z.A.C., plus généralement pour les emprises, il aurait fallu définir un projet précis pour le périphérique avant de bétonner ses alentours. Nous aurons mieux fait de décréter un moratoire sur la constructibilité, ce que j?ai déjà dit.

Par ailleurs, les Z.A.C. sont nos derniers grands espaces libres et nous devons absolument les utiliser pour créer des réserves de nature dont Paris manque cruellement. Dans la Z.A.C. précédente de Python-Duvernois, je n?en ai pas parlé mais il est vrai que le grand parc au milieu est une grande avancée. Nous n?avons pas un parc de cette même nature dans le 13e arrondissement.

Nous considérons donc de manière générale que ces objectifs ne sont pas atteints sur la programmation des Z.A.C. qui nous ont été présentées durant la mandature et vraiment nous le regrettons. Nous aurions voulu qu?elles soient plus ambitieuses sur la place qu?elles font à la pleine terre et plus respectueuses de l?existant, notamment des arbres. Nous aurions aussi voulu des quartiers à taille humaine avec des constructions en matériaux biosourcés. Bref, ces Z.A.C., sauf celle de Python-Duvernois, auraient dû être des quartiers pilotes en termes de prise en compte des besoins des habitants mais aussi de notre planète.

Une rénovation de ce quartier est impérative mais nous pensons qu?il faut le faire autrement. Si notre amendement est bien pris en compte, nous ne voterons pas contre mais nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération à cause des autres éléments que j?ai développés. Je vous remercie de votre attention.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jérôme GLEIZES.

Je donne la parole à Jacques BAUDRIER, pour répondre aux intervenants.

M. Jacques BAUDRIER. - Merci pour vos trois interventions, l?une plus positive de Jean-Noël AQUA et les deux autres plus modérées de Jérôme GLEIZES et de Danielle SIMONNET.

Vous êtes précédemment intervenus sur la Z.A.C. du 20e arrondissement, un secteur que vous connaissez bien mais, ce qui est logique, peut-être êtes-vous moins ancrés sur ce territoire du 13e arrondissement.

Pour avoir participé à toutes les réunions de concertation, je puis vous dire que ce projet rassemble un aussi grand assentiment de la part des populations de ce secteur - nous avons été autant applaudis à Bédier-Oudiné qu?à Python-Duvernois - et c?est un engagement très fort auprès de la population de Francis COMBROUZE, l?adjoint à l?urbanisme, et de Jérôme COUMET, maire du 13e présent systématiquement. Ce projet a d?ailleurs été très bien mené par la Direction de l?urbanisme et je tiens à saluer Christine BAUÉ.

C?est un très grand et beau projet aussi qui était attendu dans ce quartier populaire. Bédier et Oudiné sont deux quartiers rassemblés qui souffrent de dysfonctionnement et notamment d?un équipement scolaire très particulier puisque c?est le seul de Paris dont les enseignants ont demandé et exigé sa démolition, ce qui prouve bien le dysfonctionnement majeur dans sa conception. Puis c?est une barre de 80 logements dite "BCDE" qui est démolie et qui était vraiment très mal située. Le quartier Oudiné est lui aussi un florilège des dysfonctionnements urbains des années 1970 et 1980. Il y a donc une attente très forte des habitants de l?ensemble de ces deux quartiers pour qu?ils soient réaménagés et nous avons répondu à toutes leurs attentes.

Cela va permettre de répondre à toutes les problématiques d?enclavement, avec un schéma urbain qui propose le percement de nouvelles voies afin de faciliter les traversées des îlots Franc Nohain et Oudiné, grâce aux démolitions de plusieurs bâtiments de logements, 150 en tout.

L?opération répondra aux problématiques de mixité sociale en diversifiant l?offre de logements. Je rassure Danielle SIMONNET, le nombre de logements reconstruits sera suffisant pour reloger tout le monde, d?autant plus que nous sommes dans un quartier d?habitat social avec plusieurs milliers de logements et il n?y a aucune espèce d?inquiétude pour cela, et les habitants l?ont bien entendu exigé.

Comme Jérôme GLEIZES l?a souligné avec l?amendement, nous avons la possibilité de passer la programmation des logements prévus initialement en logement libre à 100 % de logements en accession, ce qui correspond à un très grand nombre de logements en O.F.S., près de 300 sur ce secteur, soit 60 % de la programmation de logements.

L?opération répondra aussi au problème de mixité d?usages avec la création de bâtiments qui accueilleront du tertiaire et notamment des services de la Ville à la porte d?Ivry. Un pôle public s?est constitué avec la DCPA et la DFA dans des bâtiments exemplaires en termes de bâtiment bas carbone. Nous entendons bien continuer dans cette veine, à Bédier-Oudiné comme dans l?ensemble des Z.A.C. de la Ville, avec des bâtiments qui s?engagent dans les matériaux biosourcés. Cela fait maintenant partie intégrante des choix systématiques de la Ville dans toutes ses constructions et ses prescriptions de construction.

Pour ce qui est des équipements publics, il y a la reconstruction de la crèche Oudiné et, je rassure Mme SIMONNET, la construction d?un nouvel équipement dans le secteur de Bédier. L?école Franc Nohain et le centre d?animation Oudiné, qui étaient les deux équipements publics dysfonctionnant, sont reconstruits. Les terrains sportifs de Boutroux seront rénovés et les écoles Patay et Franc Nohain bénéficieront de cours Oasis.

Les enjeux environnementaux sont aussi au centre des préoccupations puisque les espaces publics seront fortement végétalisés. Le secteur Bédier-Oudiné a beaucoup d?espaces publics larges, pas comme à Python-Duvernois où on avait l?opportunité de reconfigurer des voies entièrement. Là, les voiries resteront et on en perce au sein des îlots, mais on pourra végétaliser assez largement les voiries existantes.

Cela comprend la plantation d?arbres. Il y en a déjà 44 en plus, mais je peux m?engager ici à ce qu?on recherche à augmenter ce nombre car c?est possible. En tout cas, il y a bien sûr de la végétalisation prévue et c?était d?ailleurs au c?ur des demandes des habitants. C?est tout à fait en phase avec la concertation. Ces nouveaux espaces seront de réels îlots de fraîcheur et il y en a besoin dans ce quartier en effet assez minéral.

Le mur protecteur du périphérique sera prolongé jusqu?à la porte de Vitry pour protéger les stades de Boutroux et les futurs logements étudiant.

C?est un investissement important de la Ville et des bailleurs avec plus de 68 millions d?euros pour améliorer le quotidien et le cadre de la vie de ce quartier populaire du 13e arrondissement. C?est une belle avancée qui a été saluée et c?est surtout un processus de concertation absolument exemplaire, y compris avec les enfants des écoles du secteur. Cela doit être la meilleure et la plus belle concertation qui m?a été donné d?animer durant cette mandature. Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Jacques BAUDRIER.

Je me tourne vers Jérôme GLEIZES, est-ce que l?amendement n° 119 est maintenu ?

M. Jérôme GLEIZES. - Toujours retiré comme les deux précédents.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Donc, l?amendement n° 119 est retiré.

Pour vous détendre, je mets aux voix, à main levée, le projet d'amendement n° 218 déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d'amendement n° 218 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet d'amendement n° 225 déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d'amendement n° 225 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 253 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2019, DU 253).

Inévitablement à une heure moins cinq, je vais suspendre la séance, puisque nous avons quatre inscrits sur le projet de délibération suivant plus la réponse de l?Exécutif, et nous déborderions de façon trop conséquente.

La séance est suspendue et elle reprendra à 14 heures 30.

Suspension et reprise de la séance.