Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DASES 305 - Financement (250.000 euros) du groupement de coopération sociale et médico-sociale en charge du service d’accompagnement des seniors parisiens "Paris en Compagnie".

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DASES 305 relatif au financement du groupement de coopération sociale et médico-sociale en charge du service d?accompagnement des seniors parisiens "Paris en compagnie".

La parole est à Mme Fatoumata KONÉ.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, l?isolement des seniors est un fléau qui touche tous les quartiers de notre ville et toutes les classes sociales. C?est aussi un sujet qui nous préoccupe toutes et tous dans cet hémicycle. Le paradoxe d?une ville aussi peuplée que Paris, c?est que beaucoup de Parisiennes et de Parisiens y expriment un sentiment de solitude. Par exemple, dans le 19e arrondissement, je peux constater la richesse des associations qui proposent des activités et des actions à destination des seniors : loisirs, sport, culture, accès au droit. L?offre est très riche.

J?en profite d?ailleurs pour saluer les actions du centre social et culturel Danube, qui, en juin dernier, a mis en place une navette solidaire "Bus Plus" gratuite qui accompagne les personnes âgées ayant des difficultés à se déplacer pour faire leurs courses dans le quartier. Malgré toutes ces activités en direction des personnes âgées, beaucoup ne sortent pas de chez eux et ignorent tout ce à quoi ils pourraient avoir accès.

D?ailleurs, les "Petits Frères des Pauvres" ont sorti un rapport cet automne qui étudie le lien entre sentiment de solitude et lieu de vie des seniors. Le rapport révèle que dans notre pays, 4,6 millions de Françaises et de Français de 60 ans et plus ressentent de la solitude. 3,2 millions d?entre eux sont même en risque d?isolement relationnel, c?est-à-dire qu?ils peuvent passer des journées entières sans parler à personne. Cette étude confirme également ce que nous ressentons toutes et tous intuitivement : nos aînés ont du mal à se retrouver, en particulier dans les grandes villes, et Paris n?y fait évidemment pas exception.

Certains publics cumulent les fragilités comme facteurs d?isolement : les femmes plus que les hommes, les personnes très âgées du fait des ruptures de vie et des décès des proches. Les quartiers "politique de la ville" sont d?ailleurs particulièrement touchés. Nous sommes collectivement devant un enjeu majeur : comment créer du lien au sein de chaque quartier ? Comment atteindre ces seniors isolés ? Comment rendre la ville vivable et même agréable pour les plus fragiles d?entre nous ? Nous savons que, dans le même temps, les Parisiennes et les Parisiens ont une soif d?engagement pour développer des solidarités, en particulier entre les générations. La mobilité et le fait de sortir de chez soi est une condition essentielle pour la préservation de l?autonomie des personnes âgées. C?est la clef du maintien ou de la création d?un réseau social, la base pour participer à la plupart des activités proposées, la liberté de continuer à faire ses courses de manière autonome, mais aussi la garantie d?un suivi médical de proximité.

Partant de ce constat, la Ville de Paris a lancé "Paris en compagnie", un service d?accompagnement des seniors pour lutter contre l?isolement, notamment en partenariat avec les "Petits Frères des Pauvres". Après cette première année de service, pouvez-vous nous présenter un bilan de l?action de "Paris en compagnie" et les perspectives de ce dispositif de solidarité intergénérationnelle ? Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Fatoumata KONÉ.

Je donne la parole à Mme Galla BRIDIER, pour vous répondre.

Mme Galla BRIDIER, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, d?abord, je voudrais vous dire, Fatoumata KONÉ, qu?effectivement vous avez raison de rappeler qu?il y a beaucoup de structures et notamment d?associations qui ?uvrent en matière de lutte contre l?isolement des seniors, mais je vous remercie de souligner principalement, à l?occasion de ce projet de délibération, l?action de "Paris en compagnie" qui est un dispositif, comme vous le savez, qui me tient très à c?ur. Bien sûr, je vous rejoins sur le constat que vous avez évoqué à l?instant sur l?isolement des seniors de notre ville et également sur le fait que les seniors isolés sont, par définition, très difficiles à identifier. C?est la raison pour laquelle nous avons collectivement décidé de faire confiance à ces trois acteurs de terrain que sont "Lulu dans ma rue", la "Maison des aînés et des aidants Paris centre" et les "Petits Frères des Pauvres" en décembre dernier, quand nous avons lancé officiellement "Paris en compagnie".

Les "Lulu dans ma rue", vous les connaissez, sont reconnus dans notre ville comme des acteurs dynamiques et innovants. Ils nous aident au sein de "Paris en compagnie" essentiellement pour les contacts et les relations entre les citoyens engagés et les aînés. Ce sont eux également qui ont créé l?application. Ils sont au contact du public des seniors à travers, les "Lulus" notamment, qui se rendent chez eux pour des petits services. Quant aux "Maisons des aînés et des aidants", nous en avons développé six sur cette mandature. Ce sont des structures qui ont vocation à être des lieux ressources pour les seniors, en matière de renseignement, d?orientation et également d?accompagnement. Quant aux "Petits Frères des Pauvres", je ne les présente plus. Leur expertise dans la lutte contre l?isolement des seniors, et en particulier les plus isolés, est incontestable.

Quant à "Paris en compagnie" en elle-même, je vous donnerai quelques chiffres. Depuis un an et sa mise en fonctionnement, ce sont près de 2.000 accompagnements qui ont été réalisés, avec 707 aînés inscrits dans le dispositif et 1.000 citoyens actifs qui ont été formés et réalisent ces accompagnements au quotidien. L?action de "Paris en compagnie" a déjà permis de toucher un grand nombre de seniors, qui en redemandent. En leur permettant de sortir de chez eux, nous agissons sur deux terrains : le lien social, l?interaction avec des Parisiennes et des Parisiens engagés pour la solidarité. Mais il s?agit aussi de préserver l?autonomie de ces seniors en leur permettant de continuer à se promener, à se rendre chez les commerçants de leur quartier, par exemple, ou de participer à des activités. Les demandes en ce moment sont principalement de se déplacer à un marché de Noël, d?aller faire quelques cadeaux pour ses proches.

Nous constatons que, dans un tiers des cas, les seniors sont souvent dirigés vers "Paris en compagnie" par des professionnels de santé ou même des services d?aide à domicile, qui jouent le rôle de prescripteur et font découvrir aux personnes âgées ce dispositif. Ce sont principalement des femmes qui en bénéficient, pour 84 % d?entre elles, et qui ont en moyenne 83 ans. Je tiens, d?ailleurs, à saluer le dynamisme de l?ensemble des équipes de "Paris en compagnie" qui organisent des activités spécifiques pour les duos senior et accompagnant des "apéros" pour fédérer les bénévoles, et même un déjeuner, le 24 décembre prochain, pour les membres qui souhaiteraient partager un moment festif en cette période de fête.

"Paris en compagnie" réalise un gros travail pour se faire connaître, à travers de nombreux outils de communication. Une réflexion est engagée également pour améliorer les outils de l?engagement des seniors et notamment en ce qui concerne le développement de l?application. Les bénévoles sont très largement des femmes, pour 79 % d?entre eux, pour lesquelles il s?agit aussi d?un premier engagement. Leur moyenne d?âge est de 37 ans.

Nous devons continuer avec "Paris en compagnie" à recruter toujours plus de Parisiens et de Parisiennes pour donner le bras à ces seniors isolés, qui souhaitent découvrir encore et encore et surtout bénéficier de ce que peut leur offrir notre ville. Il s?agit d?un travail de dentelle auquel nous toutes et tous, élus, pouvons prendre notre part. Je vous invite d?ailleurs, chers collègues, à télécharger l?application sur votre téléphone. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Galla BRIDIER.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 305.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2019, DASES 305).