Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Nous examinons le projet de délibération DLH 353 : réalisation de la Z.A.C. "Austerlitz Paris Rive Gauche" - lot A8B d'un programme de construction de 34 logements sociaux, 107 logements intermédiaires et d'une résidence étudiante de 81 logements PLUS par "Elogie-SIEMP". Je donne la parole à Didier LE RESTE.

M. Didier LE RESTE.- Merci, Monsieur le Maire.

Je rappelle que ce projet de délibération assure la programmation de bâtiments de logements par "Elogie-SIEMP" à proximité de la gare d'Austerlitz, selon une typologie variée avec une résidence étudiante de 81 logements PLUS, 107 logements locatifs intermédiaires et 34 logements familiaux : 10 P.L.A.-I., 14 PLUS et 10 P.L.S.

Ceci s'inscrit dans la composition urbaine souhaitée pour le quartier de la gare d'Austerlitz, avec plusieurs éléments que je me dois de souligner.

Premièrement : la réhabilitation du patrimoine ferroviaire de la grande halle, qui a été délaissé pendant des années et obstrué par des rampes automobiles et un parking.

Deuxièmement : l'amélioration considérable de l'intermodalité avec de nouvelles liaisons directes entre le R.E.R. C, les grandes lignes, les deux lignes de métro 5 et 10, les nombreuses stations de bus, de nouvelles stations Vélib' et des garages à vélo, une dépose-minute et des taxis, au bénéfice de tous les usagers qui ont tant pâti d'absence d'escalators, de ruptures de niveaux entre ces différents modes de transport.

Les services d'exploitation des trains et de la gare prennent place au plus près des quais, et un nouveau parking en souterrain de 500 places devra également offrir une solution aux locataires des nouveaux logements familiaux.

Troisièmement : de nouveaux espaces publics avec la cour Seine et la création de la cour Muséum donnant à voir la grande halle restaurée, le jardin des Plantes et les galeries du muséum. Le jardin public Marie Curie sera considérablement agrandi.

Quatrièmement : un ensemble de nouveaux immeubles contemporains avec un travail coordonné en ateliers d'architectes, qui accueillent plusieurs composantes : un hôtel, des bureaux, différents types de commerce, et les typologies de logements mentionnées plus haut.

Ces immeubles seront dressés, d'un côté, sur la cour Muséum et, de l'autre, sur le nouveau jardin public Marie Curie. Ils viennent en équerre vis-à-vis de la grande perspective des bâtiments historiques entourant la chapelle de l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière. La présentation en a été faite aux riverains et habitants, avec deux réunions publiques tenues récemment dans le 5e et dans le 13e arrondissement.

Loin des caricatures d'articles de presse qui ont voulu assimiler les projets gare du Nord et gare d'Austerlitz, pour bien connaître le projet de la gare du Nord, je peux vous dire que cela n'a rien à voir.

Nous devons assumer cette réhabilitation indispensable du patrimoine et son dialogue avec des immeubles contemporains aux normes environnementales, n'empiétant aucunement sur les activités ferroviaires. Le nouvel immeuble du groupe "Le Monde", en cours de finition, situé sur l?avenue Pierre Mendès-France, à proximité de la grande halle des voyageurs, et conçu par l'agence norvégienne d'architecture "Snohetta", en donne une bonne idée. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci beaucoup, Didier LE RESTE. Yves CONTASSOT a la parole.

M. Yves CONTASSOT.- Merci, Monsieur le Maire.

Lors d?une précédente séance du Conseil de Paris, les élus du groupe "Génération.s" ont voté contre le projet global d?aménagement de la gare d'Austerlitz, compte tenu de la densification envisagée et de l'imperméabilisation qui en découlera.

Le projet de délibération qui nous est proposé aujourd'hui met en ?uvre une partie du programme envisagé. Il s'agit, pour l'essentiel, de créer des logements et une résidence étudiante.

Or nous constatons que l'essentiel des logements appartiendront à la catégorie des P.L.I., 107 logements, contre seulement 34 logements sociaux dont seulement 10 P.L.A.-I. 10 P.L.A.-I. sur 140 logements !

Ce choix semble reposer sur de simples considérations financières, mais pas sur les besoins des Parisiennes et des Parisiens, car sinon nous aurions eu une proposition inverse : beaucoup plus de logements P.L.A.-I. et beaucoup moins de logements intermédiaires.

J'ajoute que la lecture détaillée du programme nous a, pour le moins, interpellés. Pourquoi les logements sociaux sont-ils plus petits que les logements intermédiaires pour le même nombre de pièces ? Est-ce une façon de souligner que les plus pauvres ont besoin de moins de place pour se loger que les autres ? Vous comprendrez que nous ne pouvons cautionner un tel projet, et nous nous abstiendrons car nous ne voulons pas bloquer la construction de quelques logements sociaux et d?une résidence étudiante, même si nous contestons le programme dans ses composantes. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci, Yves CONTASSOT. Je donne la parole à Jérôme GLEIZES.

M. Jérôme GLEIZES.- Merci, Monsieur le Maire. En effet, ce programme en termes de logements - 10 P.L.A.-I., 10 PLUS et 10 P.L.S. et 107 P.L.I. - est totalement déséquilibré.

Je ne reprendrai pas les arguments de M. CONTASSOT sur le fait que 10 logements très sociaux dans un quartier cossu, à proximité immédiate de deux bâtiments historiques tels que la gare d'Austerlitz et l?hôpital de la Pitié-Salpêtrière, on ne comprend pas cette programmation.

On n'est pas non plus satisfait des matériaux utilisés. Je cite ce qui est écrit dans ce projet de délibération : "Ces bâtiments seront en structure béton, seront isolés par l'intérieur et disposeront partiellement d?une vêture en bois au droit des balcons et terrasses. Les menuiseries seront en bois afin de donner un aspect plus domestique aux façades et de trancher par rapport aux immeubles d'activité mitoyens".

Il est temps de sortir du béton et d'arrêter d'utiliser le bois comme apparat. La structure bois, cela existe, on sait faire, franchement ce n'est pas à la hauteur, et je crois que M. MISSIKA défendait les structures entièrement bois.

Par ailleurs, alors que l?on n?arrête pas de le demander, nous ne voyons toujours pas, dans le projet de délibération et ses annexes, les surfaces en pleine terre imperméabilisées par l?opération, la pleine terre qui existera après et le coefficient de biotope. Les enjeux environnementaux me semblent inexistants dans ce projet, et c'est un vrai problème.

Par ailleurs, les images que l'on a des bâtiments montrent des surfaces vitrées sur tout le bâtiment. Avec qui s'amuse-t-on ? En termes de renforcement d?îlots de chaleur urbains, c?est parfait. En termes de résistance, beaucoup moins.

On comprend mieux pourquoi le volet développement durable du projet est aussi vide. Franchement, ce n'est pas sérieux vu les enjeux actuels. C'est un projet de 2015, il faut le faire évoluer.

Nous demandons le retrait de ce projet de délibération, sinon nous voterons contre. Pour quelles raisons ? C?est qu?en fait, le démarrage des travaux est prévu pour 2023. Nous avons donc largement le temps de revoir ce projet, et il est temps de le revoir. C?est pourquoi s'il n'est pas retiré, nous voterons contre ce projet de délibération.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci, Jérôme GLEIZES. Je donne la parole à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET.- Moi aussi, je voterai contre ce projet.

Evidemment, comme le dit Didier LE RESTE, il ne s'agit pas d'assimiler le projet de la gare d'Austerlitz au projet de la gare du Nord, ce n'est pas la même chose : gare du Nord, on est carrément dans une liquidation de la gare pour un centre commercial de luxe privé pour le groupe Auchan. On est donc dans la pire des caricatures de la financiarisation de la ville et de la marchandisation de la gare.

Néanmoins, toutes nos gares sont-elles condamnées à être considérées comme des lieux où doivent se concentrer, d'abord et avant tout, des bureaux, des commerces, des hôtels, donc des secteurs de marchandisation qui profitent des flux créés par la gare, mais sans chercher une quelconque humanité pour les habitants ?

Premièrement : pour ce projet de la gare d'Austerlitz, excusez-moi, quand vous faites la proportion et le ratio, on se retrouve avec 49.500 mètres carrés de bureaux, 26.000 mètres carrés de commerces et 6.350 mètres carrés d'hôtel, pour seulement 11.500 mètres carrés de logements. Le ratio est quand même clair, il parle de lui-même.

Deuxièmement : franchement, a-t-on besoin toujours de cette architecture standardisée, mondialisée comme à Singapour, à Londres, avec bien souvent un environnement sans âme, notamment en ce qui concerne l'axe piéton ?

Troisièmement : et c'est le plus grave, le ratio sur les logements sociaux. Je ne redis pas mon intervention de tout à l'heure. On est là sur Austerlitz, dans un quartier particulièrement gentryfié de Paris. Et quel est le ratio ? On se retrouve avec un tiers de logements sociaux pour deux-tiers de logements intermédiaires, et tout cela pour seulement 10 logements très sociaux. Mais écoutez, ce n'est pas acceptable ! Avec en plus, les logements les plus petits pour les logements sociaux.

Pour finir, on nous parle de nouveaux espaces paysagers. Mais le résultat global du projet, c'est une densification, une bétonisation, et absolument pas une aération et une reconquête de pleine terre dans la ville.

Je voterai contre ce projet qui, finalement dans la continuité de la Z.A.C. "Paris Rive Gauche", poursuit cette logique de densification-bétonisation. Ce n'est pas une bonne copie, c'est une copie qui date déjà d'au moins une dizaine d?années dans sa conception.

Je ne reviens pas sur ce qu'a pu dire Jérôme GLEIZES sur le recours aux matériaux. Je suis intervenue à plus d'une reprise sur le fait qu?il fallait maintenant que la ville arrive à se passer du béton, que le béton est totalement anti-écologique, à la fois parce qu'il a recours à du sable, une donnée dont la logique extractiviste pose de réels problèmes pour le littoral, par exemple, mais aussi parce que le béton nécessite du "clean care" et donc d'être chauffé à plus de 300 degrés et que bien souvent, sous prétexte d'économie circulaire, on brûle des pneus, des farines animales, des produits toxiques. Pour toutes ces raisons, il faut absolument penser l'écoconstruction et se passer du béton.

Pour toutes ces raisons, je voterai contre ce projet de délibération. La copie doit être revue. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci beaucoup. Je donne la parole à Ian BROSSAT pour répondre aux intervenante et intervenants.

M. Ian BROSSAT, adjoint.- Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, le projet de délibération en question doit permettre à "Elogie-SIEMP" d'acquérir un lot auprès de l'aménageur S.E.M.A.P.A., en vue d?y réaliser un programme de logements sociaux et intermédiaires.

J'y insiste, parce qu'on a beaucoup parlé du projet global, mais le projet de délibération dont on parle, c'est un projet de délibération qui doit permettre de produire du logement social.

Couvrant une superficie de 130 hectares, "Paris Rive gauche" est une opération emblématique de la transformation de notre ville. Elle mêle la modernisation de la gare d'Austerlitz - Didier LE RESTE en a très bien parlé - et la construction d'un ensemble immobilier comprenant commerces, locaux d'activité, bureaux, logements et jardins.

L'opération prévoit au total la création de 8.400 logements, dont 5.000 logements sociaux, soit 60 % de la programmation. Près de 2.500 logements sociaux ont déjà été livrés.

Sur le lot concerné par le projet de délibération, ce sont 115 logements sociaux qui seront construits. Dans le détail, seront livrés 34 logements sociaux familiaux et 81 logements sociaux à destination d'étudiants, en partenariat évidemment avec le C.R.O.U.S. et à destination d'étudiants boursiers, comme pour toutes les résidences étudiantes sociales.

Dans une logique de mixité sociale, il est également prévu la construction de 107 logements intermédiaires pour les ménages de la classe moyenne, ce qui montre bien que nous n'avons rien contre le logement intermédiaire, à la condition évidemment qu'il ne se fasse pas au détriment du logement social dont nous avons aussi impérieusement besoin. Un vaste espace planté d?environ 2.000 mètres carrés permettra de réunir ces deux programmes.

Dès lors, je me félicite de l'avancement d'une telle opération d'envergure, sociale, mixte et utile aux Parisiennes et aux Parisiens. Il me semble donc qu'il devrait y avoir, au moins du côté de la majorité, unanimité sur le vote en faveur de ce projet de délibération qui permettra la production de 115 logements sociaux.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci, Ian BROSSAT.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 353.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DLH 353).

2019 DLH 368 - Contribution financière à la Foncière de la Ville de Paris, organisme de foncier solidaire. Voeu déposé par le groupe PCF-FG relatif à la part de logements O.F.S. dans la programmation des Z.A.C.