Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DAC 540 - Apposition d'une plaque commémorative en hommage à Guy Hocquenghem 45, rue de Plaisance (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Nous allons examiner le projet de délibération DAC 540 relatif à l'apposition d?une plaque commémorative en hommage à Guy Hocquenghem, 45, rue de plaisance, dans le 14e arrondissement. Je donne la parole à Mme Raphaëlle PRIMET.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Mes chers collègues.

Il y a beaucoup de personnalités célèbres ayant vécu rue de Plaisance, dans le 14e arrondissement. Missak Manouchian a déjà une plaque au n° 11, et nous sommes heureux de voter l'apposition d'une plaque au n° 15, pour Guy Hocquenghem.

Le 28 août 1988, Guy Hocquenghem mourait du Sida. Il laissait une ?uvre d?une dizaine de livres, d?essais : "Le désir homosexuel", "L?Après-mai des faunes" préfacé par Gilles Deleuze, "L'âme atomique" écrit avec René SCHÉRER, des pamphlets, "Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary", "La Beauté du métis", des romans, des recueils, des nouvelles, "Les Petits garçons", "L?Amour en relief", "Oiseau de nuit", "Eve", "Frère Angelo", "L?Amphithéâtre des morts".

Un temps proche du P.C.F., responsable de l?U.N.E.F., puis dirigeant d?une organisation trotskiste, Hocquenghem participe aux événements de Mai 68 et pourra observer de près la profonde homophobie de l'ensemble de la société.

C'est pourquoi, en 1971, il rejoint le Front homosexuel d?action révolutionnaire, le F.H.A.R., où l'on retrouve son professeur et ami René SCHÉRER, l?anarchiste fouriériste Daniel Guérin, Monique Wittig, Laurent DISPOT, dont il deviendra, avec Françoise d?Eaubonne, l'un des leaders.

Le F.H.A.R. et Hocquenghem revendiquent l?inscription de la cause homosexuelle dans la perspective de la lutte des classes et de la solidarité avec toutes les minorités opprimées. La plupart des tracts et des articles du F.H.A.R. seront repris dans le "Rapport contre la normalité", publiée aux éditions Champ libre, la même année.

Hocquenghem sera, en outre, le premier à faire son coming out en France avec un long article dans "Le Nouvel observateur", qui publiera également la réponse de sa mère.

Devenu professeur de philosophie à l'université de Vincennes, il travaille alors au journal "Libération", et publie plusieurs ouvrages, dont un pamphlet qui se veut le bilan de 68 et dénonce les trahisons d'anciens trotskistes ayant rejoint les socialistes. Ce pamphlet, c?est "Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary", publié en 1986. Cinq ans avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem y fait une critique à ceux qui furent ses amis avant de renier leurs idéaux de jeunesse pour rejoindre les sphères du pouvoir de François Mitterrand, alors Président de la République. A partir des années 80, il se consacrera essentiellement à une écriture romanesque, dans lequel se lit, comme en filigrane, la maladie qui l'emportera. Malgré le caractère toujours neuf de sa pensée, vingt ans après sa mort, Hocquenghem semble s?être éloigné. Peu cité, peu étudié, pas assez en tout cas, la plupart de ses ouvrages ne sont pas réédités.

C?est pourquoi nous saluons la mise en place de cette place et nous voterons bien évidemment pour ce projet de délibération. Je vous remercie.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Merci beaucoup, chère Raphaëlle PRIMET.

Votre intervention me donne évidemment beaucoup de nostalgie, à titre personnel. Je réalise, en effet, que je ne suis plus un perdreau de l'année, puisque j?ai connu aussi bien Guy Hocquenghem que Jean-Louis Bory, dans ma grande jeunesse. Alors merci pour cette intervention car, en effet, cela nous permet de faire la lumière sur l'?uvre de Guy Hocquenghem, auteur farouchement engagé, essentiel à l?avancée de la cause homosexuelle dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Brillant normalien, il plongea dans l'effervescence politique de la fin des années 60. Il adhéra très jeune au Parti communiste français, le P.C.F., avant de rejoindre les Jeunesses communistes. Mû par un esprit de contestation infatigable, il s'engagea à corps perdu dans tous les combats politiques et culturels importants des années 60. Il manifesta devant le théâtre de l'Odéon, pour permettre les représentations de "Paravents" de Jean Genet, tint le haut du pavé en mai 68, et soutint le mouvement de la contre-culture américaine militante.

Théoricien, il participa, en 1971, à la création du F.H.A.R., le Front homosexuel d'action révolutionnaire, dont il rédigea, avec talent et anticonformisme assumé, les tracts et manifestes dont je tiens à votre disposition quelques exemplaires de ma collection personnelle, qui souvent étaient censurés pour outrages aux bonnes m?urs, ce qui évidemment faisait les délices d'un adolescent comme moi.

Son essai, "Le Désir homosexuel", publié en 1972, est considéré aujourd'hui comme un texte fondateur des études gays et lesbiennes, et de la théorie dite "queer".

C?est pour toutes ces raisons, mes chers collègues, que nous proposons que soit apposée une plaque commémorative sur l'immeuble où il vécut, 45, rue Plaisance, dans le 14e arrondissement, entre 1973 et 1977, 1973 étant l'année de mon bac.

Auteur prolifique et journaliste franc-tireur à "Libération", Guy Hocquenghem fut un veilleur infatigable de son époque, soucieux de dénoncer les injustices, comme le racisme dans "La Beauté du métis", un livre d?une beauté inouïe, ou les compromissions de la gauche - c?était à nous - dans sa "Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary".

Voilà, mes chers collègues. Je voulais juste dire un petit mot à ma collègue Catherine VIEU-CHARIER. Si je suis là après mars, les urnes en décideront, elle me manquera beaucoup. C'est vrai que l'on a fait un travail pour les dénominations et pour les appositions de plaques vraiment intense, subtil, complice. Je crois que c'est bien de laisser cette trace et ce travail, qui est un travail modeste et souvent dans l'ombre pour Paris. Donc un grand merci du fond du c?ur et d?amour à Catherine VIEU-CHARIER.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 540.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2019, DAC 540).