Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Nous examinons le projet de délibération DU 188 qui concerne le site Marseillaise dans le 19e arrondissement. La première intervenante est Léa FILOCHE.

Mme Léa FILOCHE.- Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, effectivement, le site dont nous allons parler se situe rue de la Marseillaise, au niveau de la porte de Pantin, un endroit qui se trouve derrière le périphérique mais qui appartient encore à Paris, en l?occurrence au 19e arrondissement. La rue de la Marseillaise est une rue assez enclavée où les habitants, nombreux à habiter là, se sentent un peu parisiens, beaucoup pantinois. En tout cas, ils font déjà la Métropole, et c?est un endroit qui n?est pas facile à aménager, parce que le secteur du périphérique prend beaucoup d?espace, parce qu?il y a beaucoup de voitures encore aujourd?hui. Ce n?est pas simple pour les habitants de pouvoir se sentir parisiens facilement.

On sait aussi que ce site, ce lieu est une ancienne station-service, ouverte jusqu?en 1987. Il y a aussi une partie de la parcelle qui est occupée aujourd?hui par la préfourrière. On peut difficilement y mettre des logements, c?est certain, car c?est vraiment très proche du périphérique et c?est une zone déjà très dense.

Ainsi, la proposition qui est faite dans le cadre du jury "Réinventer Paris" est celle de porter et de construire une Cité Universelle qui soit très accessible et très axée autour du sport et notamment du handisport.

Pourquoi pas ? Honnêtement, je ne suis pas fermée au projet. Plusieurs sujets se posent quand même, sur lesquels je n?ai pas réussi, à ce stade, à avoir d?éclairage.

D?abord, sur la question de la dépollution de la zone. On est dans un espace qui a été très pollué parce qu?utilisé par une station-service. Le 19e a connu de nombreuses situations de ce genre. La dépollution est un enjeu particulier, notamment pour les riverains. Sur cet aspect, le projet de délibération ne nous apporte aucune précision.

Ensuite, la Cité Universelle comportera 18.083 mètres carrés de bureaux et 1.401 mètres carrés de "coworking", 4.814 mètres carrés d?hôtels, 833 mètres carrés de commerces et 478 mètres carrés pour un pôle santé. Je donne tous ces chiffres pour qu?on voie qu?il y a des dimensions différentes.

Beaucoup d?espaces sont consacrés à des bureaux, et pourquoi pas. Là encore, je ne suis pas opposée à cela. Par contre, lesquels, pourquoi faire et avec quels prix du mètre carré ? Il y a encore une fois un hôtel, et je regrette qu?il y ait un hôtel à cet endroit-là. Il y a aussi des commerces. Là encore, pourquoi pas ? Les habitants du 19e de la rue de la Marseillaise ont besoin de commerces. Est-ce que ce seront des commerces de proximité, est-ce qu?on pourra avoir un peu la main sur le type de commerces qui seront installés à cet endroit ? Nous tenons beaucoup à ce que cela puisse répondre au besoin de commerces de proximité qui se fait entendre du côté des riverains actuels. On a également 478 mètres carrés de pôle santé, ce qui est bien, franchement. En plus, le 19e est clairement en difficulté de renouvellement de ses médecins. Il n?y a donc aucun sujet sur ce point, mais qui va le gérer ? Secteur 1, généraliste, spécialiste, et avec quel cadrage ? Est-ce que la Ville aura la possibilité de peser sur ce dossier ? Rien n?est écrit précisément dans le projet de délibération et je le regrette.

C?est pour toutes ces raisons que nous allons à nouveau nous abstenir sur ce projet de délibération, en espérant pouvoir avoir rapidement les précisions que nous demandons. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est maintenant à Mme Fatoumata KONÉ.

Mme Fatoumata KONÉ.- Paris entend être une ville accessible à tous et notamment aux personnes à mobilité réduite. Si les efforts significatifs en ce sens sont à noter, nous sommes malheureusement bien en deçà de nos ambitions et de ce que les personnes porteuses d?un handicap sont en droit d?attendre d?une ville comme Paris.

Sur le principe, nous nous réjouissons donc évidemment de la proposition d?installation d?un équipement sportif dédié au handisport au sein d?un bâtiment entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite. Seulement, le projet de Cité Universelle qui nous est présenté ici n?est pas à la hauteur des enjeux multiples et complexes auxquels il devrait répondre.

Personne ne l?ignore aujourd?hui, la lutte contre le changement climatique et l?adaptation à ses effets sont notre grand défi. Les projets urbains et architecturaux doivent faire partie de la réponse en intégrant des performances énergétiques et environnementales élevées en faisant une large place à la végétation, en favorisant la pleine terre, en optant pour des matériaux biosourcés notamment.

Dans ces conditions, que dire d?autre, à part que ce projet ne répond pas à ces enjeux ? Que dire de cet océan de béton, certes agrémenté d?un toit végétalisé très beau sur le papier et de deux étages en bois ? Tout de même, 31.500 mètres carrés, avec 18.000 mètres carrés de bureaux dans un contexte où un grand nombre de bureaux sont vacants dans notre ville et où l?on demande dans l?Ouest parisien de les transformer en logements, est-ce réellement sensé ?

Les projets urbains ont pour principale fonction de créer de l?urbain, de la ville. Cela paraît évident et pourtant, le bâtiment de la Cité Universelle, sa configuration architecturale très imposante, n?est pas propice à la création de liens avec son quartier d?implantation, dont les habitants sont pourtant en grande demande d?amélioration de leur cadre de vie et de passerelles entre Paris et Pantin. Sa morphologie, à ce stade, ne participera pas non plus à créer du lien avec les communes riveraines.

Les projets de ce type aux portes de Paris représentent pourtant de formidables occasions de lier Paris à ses voisins et de construire la Métropole de demain. Il est regrettable de passer à côté de cette opportunité avec un projet de cette envergure. L?ensemble des associations qui ?uvrent dans le handicap devraient pouvoir avoir accès à ce type d?équipement, qu?elles soient grandes ou petites, et surtout celles situées à proximité du quartier. Le bâtiment doit rayonner dans son quartier. Nous avons besoin de commerces alimentaires à proximité pour répondre aux attentes des riverains, car ils font encore cruellement défaut dans ce quartier, et pas d?un supermarché de 900 mètres carrés.

Enfin, j?ajouterai qu?en vendant le foncier pour 44 millions d?euros au lieu d?opter pour un bail emphytéotique, cette opération vend de l?espace public à prix cassé. La Ville ne fait pas une bonne affaire. Ce n?est pas notre vision de la Ville, ni de la manière dont elle devrait se transformer pour répondre véritablement aux enjeux climatiques, urbains et sociaux auxquels nous devons faire face.

Pour toutes ces raisons et après une réflexion basée sur une analyse approfondie du projet, nous nous abstiendrons pour laisser une occasion au promoteur G.A. "Smart Building" d?améliorer son projet en tenant compte des préoccupations des élus écologistes et des habitants de ce quartier du 19e arrondissement. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET.- Bien. On est sur un très gros projet. D?abord, sur la méthode. A ma connaissance, il n?y a eu que deux réunions d?information dans le 19e. Sans doute n?ai-je pas eu toutes les informations, mais mes collègues du 19e arrondissement le préciseront. Deux réunions d?information et rien de plus.

Ensuite, sur les conséquences au niveau du voisinage. On est sur un immense bâtiment de 30.000 mètres carrés répartis en 9 niveaux, avec 3 sous-sols et qui va occuper la quasi-totalité d?un site de 7.000 mètres carrés. Ce n?est pas rien, cela va avoir des conséquences. Les conséquences, c?est quoi ? Obstruer la vue, empêcher l?ensoleillement direct, détériorer la qualité bioclimatique, menacer la verdure existante de la rue de la Marseillaise, augmenter un trafic, et j?en pense.

Et de quoi s?agit-il ? Il s?agit d?une Cité du handicap. Franchement, cela sonne bien, une Cité du handicap. Sauf qu?à ma connaissance, cette Cité du handicap n?a pas fait l?objet de concertations avec les associations sportives et les instances du handicap, locales et parisiennes. Cette absence de démocratie va donc plus loin. Ce ne sont pas simplement les gens du quartier qui se sentent fort peu associés au projet, mais c?est en plus l?ensemble des acteurs du handicap qui se sentent peu impliqués. Ce qu?on me dit, c?est que les personnes en situation de handicap, les instances associées au handicap n?ont pas été consultées, et que les personnes en situation de handicap dans les associations handisport, au Conseil local du handicap, n?ont eu connaissance du projet que par la presse, que les associations sportives ou culturelles du quartier n?ont pas été associées au projet.

Il s?agit par ailleurs d?un projet intégralement privé. On est sur des équipements qui pourront servir à des équipes internationales de handisport. Bien, c?est une bonne chose. Mais attention, notre objectif doit être que l?ensemble de nos équipements sportifs respecte l?accessibilité universelle. Les défenseurs du projet arguent que le projet va permettre d?offrir 20 % de places accessibles aux personnes en fauteuil, soit 10 fois plus que ce qu?impose la réglementation. Très bien, mais que cela ne dédouane pas la Ville et que cela ne serve pas non plus d?alibi à la Ville qui doit absolument rendre l?ensemble de ses équipements sportifs accessible à l?ensemble des personnes en situation de handicap. Cela concerne tous les équipements de la Capitale.

Je rappelle qu?en Ile-de-France, sur 437 piscines, il n?y en a que 2,1 % qui permettent l?autonomie des P.M.R., c?est-à-dire la circulation autonome des cabines en bassin. En ce qui concerne les salles de sport, on a aussi un grand retard.

A côté de cette Cité du handicap, il y a à nouveau des hôtels. Et là, sur la question du handicap, il est précisé que les hôtels seront visitables en fauteuil. C?est intéressant, cette expression, "visitables en fauteuil". Ce terme est suffisamment source de confusion dans les débats autour de la loi Elan, je vous le rappelle, pour qu?il ne soit pas repris à nouveau. Qu?est-ce cela signifie, "visitables en fauteuil" ? Est-ce à dire que ces chambres ne seront pas totalement accessibles à des personnes en fauteuil ? Ce serait quand même problématique. Parce que c?était cela, l?ambiguïté de la loi Elan, je vous le rappelle. Soit une chambre est accessible aux personnes en situation de handicap, soit elle ne l?est pas. Elle n?est pas simplement visitable avec des couloirs un peu plus larges. Il faut que les sanitaires soient accessibles, il y a tout une série de normes bien plus précises que cela.

Pour finir, on est donc dans un projet intégralement privé où on prévoit un hôtel, 18.000 mètres carrés de bureaux, un espace de "coworking" et des commerces dont on ne sait absolument pas si les habitants pourront les choisir. De quel commerce s?agira-il ? Et l?aspect positif pour le quartier qui est la question de l?équipement de santé - 478 mètres carrés, il ne faut pas non plus s?emballer, ce n?est pas l?aspect le plus important de l?équipement -, on ne sait pas quel sera son statut.

Sur la question du stationnement, alors qu?on est sur un équipement, avec cette Cité du handicap, qui a une jauge de 1.000 spectateurs, on a des places de stationnement en nombre limité à 120. Je ne sais pas exactement comment cela va se faire au niveau du quartier.

Je vous le dis, on ne peut pas travailler comme cela. Les habitants ne sont pas contents, ils ont le sentiment qu?on leur impose quelque chose qui ne procède pas d?une réflexion et d?une collaboration de la ville avec eux et les acteurs du handicap n?ont pas le sentiment d?avoir été associés à ce projet privé. Voilà toutes les raisons pour lesquelles je voterai contre ce projet de délibération.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. Pour vous répondre, la parole est à Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint.- Bien. Chère Danielle SIMONNET, je me demande si un jour un projet d?origine privée trouvera grâce à vos yeux, mais je crois que la réponse est négative. Le privé, c?est le mal absolu.

Je voudrais remercier les différents intervenants. Je pense que ce projet, la Cité Universelle, est un beau projet. C?est l?exemple typique d?un projet qui n?aurait pas pu voir le jour sans cette procédure "Réinventer Paris". Il regroupe dans une même équipe et un même bâtiment des acteurs engagés pour que la Ville s?adapte au handicap et notamment au handisport. Il y avait énormément d?associations de handicapés présents lors de la présentation de ce projet, je crois que tous les gens qui ont participé à ce jury s?en souviennent. C?était d?ailleurs très impressionnant de les voir tous réunis ensemble.

Je crois que ce projet est intéressant parce qu?il était temps d?avoir un bâtiment pensé avec les acteurs du handicap pour répondre aux besoins de ces sportifs du handisport. Je vous rappelle le très grand retard de Paris en la matière. Je vous rappelle également qu?au-delà même des équipements sportifs, qui ne sont pas adaptés, il n?y a pas d?hôtels qui puissent accueillir des équipes de sportifs du handisport, tant le nombre de chambres est insuffisant pour pouvoir accueillir une équipe tout entière. Ce projet est donc vraiment intéressant. Le fait qu?il soit porté par un acteur du privé est plutôt une chose positive, à mon sens. La priorité reste bien sûr que tous les équipements de la Ville puissent être accessibles aux personnes en situation de handicap, mais avoir un projet emblématique comme celui-là me semble essentiel pour servir de modèle et créer un pôle d?excellence. Je voudrais rappeler quand même que ce projet a été choisi à l?unanimité des membres du jury, y compris les communes voisines, chère Fatoumata KONÉ. Les communes voisines ont voté en faveur de ce projet, elles étaient présentes lors de ce choix. Je voudrais dire aussi que nous sommes à proximité du périphérique, en face de la Philharmonie, en face de la Cité de la Musique et que le bâtiment doit être capable de dialoguer avec ces monuments. Je veux dire qu?on n?est pas dans un espace contraint mais dans un espace où, au contraire, s?il n?y a pas un minimum de monumentalité du bâtiment, il disparaîtra complètement sur le plan architectural et sur le plan du grand paysage. Enfin, sur la programmation, je pense que cette salle omnisports sera un équipement emblématique à l?échelle du Grand Paris et, d?ailleurs, les villes voisines qui ont participé au jury étaient très intéressées de partager cet équipement. Les espaces associés, qu?il s?agisse de bureaux ou d?hôtels, permettront d?accueillir des personnes et des activités en lien avec la thématique de ce projet. C?est une Cité Universelle car ouverte à tous, construite autour du principe de conception universelle, c?est-à-dire d?intégration de tous les handicaps dès le début du projet pour s?assurer qu?aucun espace ne soit excluant. Au-delà de ce choix fort, je pense que ce projet était aussi le meilleur projet urbain. Il anticipe la transformation du périphérique en boulevard urbain et a déjà pensé à un accès possible depuis le bâtiment à ce futur boulevard urbain. Il y a des images très parlantes et très intéressantes en la matière. Tous les espaces sont également pensés pour être modulables. Je précise également que ce projet intègre la préfourrière en sous-sol mais de façon intelligente, c?est-à-dire que cette préfourrière pourra muter et pourra servir à autre chose le jour où elle ne sera plus utile parce qu?il n?y aura plus de véhicules de propriété individuelle à Paris. Le projet utilise des matériaux biosourcés, en partie en tout cas, crée des terrasses végétalisées accessibles. Là aussi, je suis surpris qu?on dise que c?est un projet 100 % béton. Il crée également une place de quartier à côté du bâtiment, et la relation entre Paris, Pantin et Le Pré-Saint-Gervais sera nettement améliorée. Je pense qu?il ne fait aucun doute, dans ces conditions, que cette Cité Universelle sera un vrai plus pour ce quartier, améliorera nettement l?urbanité par rapport à la préfourrière existante et créera un lieu important pour le handisport. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 188.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DU 188).

2019 DU 197 - Appel à projets urbains innovants sur le site "Esplanade des Invalides" (7e). - Désignation du lauréat. - Déclassement. - Promesse de Bail à construction. - Bail à construction.