Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Nous examinons le projet de délibération DU 248, les amendements nos 91, 92 et 227 ainsi que les v?ux nos 93, 94 et 95. Il s?agit de l?opération d?aménagement gare des Mines-Fillettes. Le premier intervenant est M. Christian HONORÉ.

M. Christian HONORÉ.- Oui, Madame la Maire.

Nous avons à traiter une fois encore l?opération d?aménagement gare des Mines-Fillettes dans le secteur Nord-Est de Paris.

Permettez-moi quelques remarques. Tout d?abord, je vous le répète, nous sommes opposés aux immeubles de plus de 50 mètres de haut. L?économie générale de la Z.A.C. est modifiée avec l?introduction, dans la répartition des catégories de logements, d?une nouvelle catégorie : le logement social en accession accompagné par l?Organisme de foncier solidaire. Cela m?amène à vous poser plusieurs questions.

En avril 2019, le Conseil de Paris a voté un amendement que j?ai déposé avec Pierre-Yves BOURNAZEL aux termes duquel, dans les 35 % de logements sociaux, 50 % sont réservés aux étudiants et apprentis, dans les 35 % de logements intermédiaires, 30 % seront prioritairement attribués au corps enseignant et aux personnels administratifs de l?Education nationale, et 30 % de logements libres. Première question, est-ce que cette répartition et cet équilibre seront conservés, en particulier pour les étudiants apprentis, corps enseignant et personnels administratifs ?

En ce qui concerne le logement social en accession, vous savez comme moi que les Français sont très attachés à la transmission de leurs biens. La deuxième question que je vous pose est celle-ci : ces propriétaires d?un nouveau type pourront-ils léguer leur appartement ?

Je voudrais maintenant parler des espaces verts. Je vous le répète, nous sommes opposés à votre politique de densification. Paris est l?une des villes les plus denses du monde. Les Parisiennes et les Parisiens manquent d?espaces verts, de lieux de respiration et de lieux de vie. Pouvez-vous nous confirmer que l?esplanade devant Arena 2 sera préservée et aménagée ?

J?ai bien noté que vous augmentez la surface d?espaces verts de 8.000 mètres carrés. Ce n?est pas suffisant à nos yeux, surtout si l?on se réfère à l?augmentation du nombre d?habitants dans le secteur.

C?est la raison pour laquelle, avec Pierre-Yves BOURNAZEL, nous déposons un amendement que je vous lis : "Lors de la phase de conception détaillée, l?objectif sera de pousser au maximum le renforcement de la dimension végétale de tous les espaces, en fonction des contraintes techniques - réseaux, desserte pompiers, contraintes de sûreté -, pour tendre vers 10 mètres carrés de surface végétale par habitant". Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est à Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL.- Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, depuis combien de temps évoquons-nous ce territoire gare des Mines-Fillettes ? Peut-être presque 20 ans.

Nous connaissons les mots et les faiblesses de ce lieu, nous connaissons les axes d?aménagement, social, économique, environnementaux, à mettre en ?uvre, que nous avons construits avec les habitants, les communes voisines, les directions et services de la Ville et les aménageurs.

Aujourd?hui, il nous est proposé un projet global pour la gare des Mines-Fillettes, un projet pour que ce quartier devienne mixte et attractif, un quartier désenclavé et en interface avec la Seine Saint-Denis, en continuité urbaine et qui se fonde sur des fonctions urbaines qui peuvent porter une vie de quartier grâce à une activité économique et commerciale, et permettant de rompre enfin l?isolement de Charles-Hermite et de Valentin-Abeille et d?assurer surtout leur réhabilitation.

Oui, c?est une nouvelle centralité pour ce quartier, grâce au fait que nous allons faire des coutures entre le boulevard Ney, la Plaine Saint-Denis et la porte de la Chapelle, avec le nouveau campus Condorcet de l?autre côté de la porte de la Chapelle. Oui, il y aura des espaces verts, des espaces verts que nous voulons nous aussi importants, mais qui rentreront aussi dans la cité Charles-Hermite. Enfin, nous verrons peut-être s?achever les logements familiaux de la résidence Valentin-Abeille.

Ce programme, dans sa version finale, a tenu des réunions de concertation, de l?enquête publique et des observations des communes voisines. Le résultat final donne-t-il satisfaction à tout le monde et efface-il toutes les critiques ? Bien sûr que non. Mais pouvait-on faire autrement ? Pour cela, faut-il rejeter encore ou reculer le démarrage de cette opération ? Non. Non, car à force d?attendre, on cesse d?espérer. Donnons enfin aux habitants du 18e, aux Parisiens qui attendent une vision d?avenir sur cet endroit de Paris, de quoi penser aussi la réalité, de quoi se projeter dans l?avenir.

Se projeter aussi d?abord parce qu?il y aura la mixité des fonctions et des usages par des équipements publics comme l?Arena 2 avec deux gymnases, des équipements de petite enfance, des équipements culturels, un plateau sportif, ensuite parce qu?il y aura des logements, dont il faut souligner la répartition des catégories qui n?est pas habituelle pour tenir compte de la spécificité de l?opération. Je citerai en tout cas deux exemples : les logements spécifiques pour les étudiants et les apprentis ainsi que les logements libres en accession, dont on a parlé, par le parcours locatif grâce à l?Organisme foncier solidaire. De plus, ce nouveau dispositif que nous venons de voter va véritablement permettre une amplification des choses dans ce quartier. Je dirais que tout cela va favoriser enfin la mixité de ce quartier qui en a bien besoin. Je souhaite que le dossier de la gare des Mines-Fillettes, dossier complexe et important, je le reconnais, mais très attendu et qui nécessite peut-être encore quelques ajustements, soit possible dans sa mise en ?uvre. Il ne faut pas tarder pour celle-ci. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. La parole est à Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN.- Ce quartier était intégré au Plan Dusapin-Leclercq de début 2003. C?est donc un projet qui aura été travaillé sur plusieurs mandatures.

Nous sommes évidemment d?accord depuis le début, nous partageons la volonté de recréer de la ville sur ce territoire qui souffre, que je connais bien car j?ai présidé son conseil de quartier 10 années durant. On a une population au revenu faible, précaire, un tissu associatif pas très dynamique.

Pourtant, la Ville n?a cessé d?agir sur ce quartier, à tout point de vue, en termes d?événementiel mais aussi très concrets avec, pêle-mêle, la construction de l?Espace Glisse, le nouveau centre d?animation, on a essayé de le désenclaver, on a créé la Traverse, des cheminements piétons, on a fait le tramway, et je pourrais continuer la liste. Mais force est de reconnaître que le résultat n?est pas à la hauteur de nos espérances. A cela s?ajoutent la crise de l?accueil des migrants avec les campements de fortune, la crise du "crack" avec sa colline, les pollutions du périphérique.

Dans ce projet de délibération, il y a des choses qui nous conviennent, comme la réhabilitation de la cité Charles-Hermite et Valentin-Abeille. Charles-Hermite avait d?ailleurs déjà été réhabilitée dans les années 1980, et j?espère qu?on va faire mieux. Mais je crois que là, le "paquet" y est, avec presque 300 millions d?euros. Et sur Valentin-Abeille, que je connais bien aussi, au fond de l?impasse Marteau, là aussi on peut agir, et c?est bien.

Par ailleurs, nous nous réjouissons également que soit mis en ?uvre l?Office de foncier solidaire, l?O.F.S., dont je rappelle qu?il existe grâce à une niche du groupe Ecologiste de Paris, du GEP. Je le rappelle, car si je ne le fais pas, personne ne le fera. L?O.F.S. est donc mis en ?uvre, mais de façon assez peu ambitieuse, en tout cas par rapport au v?u qu?on avait déposé en 2009.

Il y a aussi l?Arena. On aurait une estimation, on aurait des choses à redire, mais globalement cela fait partie du "package" positif.

Et puis il y a les sujets de fâcherie - Jean-Louis ne va pas découvrir grand-chose, j?en suis navré. Le recouvrement du périphérique qui, comme cela a été dit par Yves CONTASSOT, compromet le futur boulevard urbain, en plus, par un immeuble massif, ce qui n?est pas très bon, alors que l?autorité environnementale relève des taux de pollution extrêmement élevés. Je t?ai interrogé deux fois dans les Conseil de Paris précédents, et deux fois tu n?as jamais répondu. Une fois, j?avais été très précis, j?avais cité l?autorité environnementale, mais tu avais fui la réponse.

D?ailleurs, c?est intéressant, il y a un certain cynisme dans le projet de délibération qui dit "on va y mettre du logement étudiant". Ecoutez bien, je cite : "Au vu des sources de nuisances, il est préférable de privilégier des logements non pérennes". La pollution, c?est bon pour les étudiants, pas pour les autres personnes. Ensuite, nous voulons un quartier à taille humaine. Ainsi, pour nous, le déplafonnement n?est pas une évidence, on veut respecter les 37 mètres de hauteur. En plus, le front bâti prévu ne favorise certainement pas la continuité urbaine et paysagère revendiquée avec Plaine Commune. Cela renforce au contraire une sorte de fortification dont on n?a pas besoin à cet endroit. Par ailleurs, notre v?u de 2009 demandait que la rangée d?arbres le long du boulevard Ney soit maintenue. Or, elle ne le sera pas. Un tiers des arbres de la parcelle seront abattus, soit 200 arbres, sans qu?on ne sache où et quand ils seront remplacés et par quel type d?espèce. Quand on coupe un grand et très beau platane et qu?on le remplace par un petit sapin pitoyable, cela permet d?avoir des statistiques mais cela ne permet pas de lutter contre le réchauffement climatique. Voilà quelques éléments. Ah oui, il y a 8.000 mètres carrés, je crois, d?espaces verts publics prévus. C?est bien. Finalement, quand on fait la moyenne, on est entre les 2,5 mètres carrés d?espaces verts en moyenne à Paris et les 10 mètres carrés prévus par l?O.F.S. Mais, en réalité, étant donné le nombre de personnes qui vont venir s?établir dans la zone, on y obtient une légère baisse du nombre de mètres carrés par habitant. Enfin, avec 7,4 mètres carrés, ce n?est déjà pas si mal par rapport à ce qu?on voit ailleurs. Mais il n?y a pas de quoi sauter au plafond en faisant "cocorico", et qu?on ne vienne pas nous ramener le coup des 6 hectares du jardin à côté, dont on ne sait pas s?il sera réalisé. Je termine. Nous avons donc déposé deux v?ux qui vont dans le sens de ce que j?ai dit. Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Très bien, je vous remercie. La parole est à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET.- Oui, il y a beaucoup de choses à dire sur ce projet de délibération. Je vais commencer par la conclusion, je voterai contre.

Non, moi, je vote contre et je vais vous expliquer pourquoi.

Déjà, je ne comprends pas, enfin si, je comprends trop bien. Dans le choix de la priorité de l?aménagement et de la livraison, on voit bien la priorisation "Jeux olympiques" face aux intérêts des habitantes et des habitants. En effet, la priorité que vous avez définie dans ce projet, c?est la livraison de l?Arena 2, avant les logements et les espaces publics. C?est cela, la priorité absolue, c?est cela qu?il faut faire d?abord, et le reste ensuite.

D?ailleurs, c?est un sujet qui provoque des tensions avec les villes limitrophes. Même dans le travail et dans la coopération avec les villes limitrophes que vous vantez, dans les formulations de Saint-Denis ou d?Aubervilliers, elles le disent. Alors, elles le disent dans le langage soutenu qu?elles peuvent utiliser pour communiquer avec la Ville de Paris lorsqu?elles donnent des avis, qu?il s?agisse des communes de Saint-Denis et d?Aubervilliers ou de l?E.P.T. Plaine Commune. Ces collectivités soulignent dans des avis identiques que "l?implantation de l?Arena contribue à l?accélération des temporalités opérationnelles de réalisation du projet". Eh bien oui, en langage plus direct, cela veut dire qu?ils ont fait savoir à la Mairie de Paris qu?elle allait trop vite pour eux depuis l?obtention des J.O. et qu?elle privilégiait la question de l?Arena 2 sur l?ensemble des coopérations attendues avec les communes voisines. Première chose.

Deuxième chose, surtout d?un point de vue de l?écologie, des enjeux climatiques. On peut lire dans le dossier : "Le projet porte une attention toute particulière à l?amélioration de la qualité environnementale et paysagère du secteur." Mais, franchement, quand on lit cela, on s?étrangle, car ce projet, en fait, va bétonner et densifier fortement le lieu. On est censé avoir une orientation du Schéma directeur de la Région Ile-de-France qui nous pousse à tendre vers une densité d?espaces verts de 10 mètres carrés par habitant. Or, on va en être très loin. On aurait dû mettre le projet en compatibilité avec le P.L.U. et prévoir d?intégrer des espaces à basculer en zones urbaines vertes. Au lieu de cela, on reste dans un fléchage U.G. Les espaces verts protégés qui seront créés sur les emplacements sont quand même extrêmement en deçà de ce qu?il aurait fallu faire.

Certes, il y a une volonté de reconstitution d?une ceinture verte, mais considérant son importance, sur les plans de la Z.A.C. on ne voit pas vraiment le grand îlot de biodiversité incroyable, d?autant qu?au sud le projet va être barré par des bâtiments de 50 mètres de haut. Dans le dossier, en page 11, on peut lire : "Le projet prévoit l?augmentation des espaces végétalisés, 8.000 mètres carrés d?espaces verts supplémentaires prévus, et la diminution de l?imperméabilisation contribuant à lutter contre les îlots de chaleur." Super, sauf que c?est quoi, l?augmentation des surfaces perméables ? Eh bien, elles passent de 25 % à 28 %, c?est-à-dire une hausse de trois petits points. Non, je suis désolée, c?est totalement en deçà. On ajoute à cela les 200 arbres abattus, dont on ne sait comment ils seront remplacés. C?est donc problématique.

Je pourrais aussi aborder la problématique du Charles-de-Gaulle Express qui va entraîner une nuisance sonore supplémentaire pour les populations riveraines qui vivent déjà dans un univers particulièrement bruyant. Oui, le Charles-de-Gaulle Express va passer à proximité du site. C?est une source vibratoire significative, dit l?autorité environnementale. On a du mal à imaginer comment il est possible par ailleurs de conjuguer la création du parvis envisagé pour l?Arena et le passage en entrée du Charles-de-Gaulle Express non enfoui.

Il y a d?autres problématiques dans ce projet de délibération. Comme on est sur des transports en commun déjà saturés, on ne voit pas comment on peut dire que la Ville va inciter à l?utilisation des transports en commun en densifiant autant et à vitesse grand V les secteurs, avant même que les capacités en transports en commun ne soient aménagées. Avec ce programme, on est sur un ratio logements/bureaux au mètre carré qui n?est que de 0,79 dans cette Z.A.C., ce qui est donc assez déséquilibré.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Il faut conclure.

Mme Danielle SIMONNET.- Je conclus. J?avais d?autres choses sur les problèmes de hauteur. Je terminerai sur le problème des bâtiments-ponts.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Allez, vous avez déjà fait cinq minutes.

Mme Danielle SIMONNET.- Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Merci à vous. La parole est à Eric AZIÈRE pour trois minutes maximum.

M. Eric AZIÈRE.- C?est pour présenter ce v?u qui répond à une vocation de la Ville de Paris, qui veut être une ville diverse et inclusive. Pouvoir habiter chez soi, cela paraît normal à chacun d?entre vous. Cependant, pour les personnes en situation de handicap, il n?y a que deux options : soit être pris en charge par le cercle familial, soit vivre dans un établissement spécialisé, et parfois c?est une combinaison des deux qui est nécessaire.

Aujourd?hui, ces personnes attendent l?offre alternative que des opérations d?aménagement comme celle de la gare des Mines-Fillettes, prises très en amont, peuvent apporter. Si nous voulons favoriser l?insertion, l?accueil, le maintien de personnes vulnérables, et je pense en particulier à des personnes adultes autistes qui n?ont pas beaucoup de solutions d?hébergement à Paris, qui couplent emploi en milieu ordinaire et hébergement dans un logement autonome mais sécurisé avec des services adaptés, je crois qu?il faut concevoir pour ces personnes autistes ou handicapées un nouveau type d?habitat tourné vers l?extérieur et qui soit véritablement générateur d?inclusion sociale, c?est-à-dire un mode d?habitation regroupé, par exemple des petits ensembles de logements indépendants, comme cela s?est fait quelquefois dans d?autres villes, permettant l?accompagnement quotidien et une prise en charge socioéducative.

Pour trouver des opportunités foncières permettant de favoriser ce type d?habitat inclusif, il faut les concevoir dès le début. C?est pourquoi, puisque cette opération d?aménagement prévoit la construction de 750 logements à destination de publics spécifiques, je pense qu?un programme d?habitat inclusif aurait toute sa place dans la programmation de gare des Mines-Fillettes. Je crois que la Ville de Paris reprendrait le constat du Schéma départemental pour l?autonomie et la citoyenneté des Parisiens en situation de handicap, qui nous encourageait à étendre et à diversifier l?offre d?habitat inclusif, en particulier vers les handicaps où les réponses se révèlent insuffisantes, plus spécialement l?autisme, les troubles de la conduite et du comportement et le polyhandicap. C?est tout l?objet du v?u que je vous propose d?adopter. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie. Pour vous répondre, la parole est à Jean-Louis MISSIKA. Je ne sais pas. Vous avez été désinscrit, Monsieur GLEIZES. C?est peut-être une erreur de communication, mais c?est l?information que nous, nous avions. Désinscrit, de toute façon. Bon. Alors on vous donne la parole pour trois minutes, mais il faudrait bien suivre les inscriptions, s?il vous plaît. Monsieur GLEIZES, vous avez la parole. On donne la parole à M. GLEIZES. Ne l?empêchez pas de parler, Monsieur JULIEN.

M. Pascal JULIEN.- Je prendrai la parole après.

M. Jérôme GLEIZES.- Allez, on ne s?énerve pas, il est tard, tout le monde est fatigué.

Oui, je reviens sur la présentation du v?u sur l?O.F.S. pour une raison toute simple...

Non, mais je suis d?accord. Tout le monde est fatigué, tout le monde est pressé.

Sauf que ce matin, M. Ian BROSSAT a oublié d?indiquer que pour mettre en place l?O.F.S., il faut qu?il y ait des amendements, il faut modifier les projets de délibération. Et les projets de délibération sont modifiés parce que le groupe Ecologiste a déposé 3 amendements sur les 3 projets de délibération qui concernent les Z.A.C.

A un moment, il n?y a pas que la question des v?ux, il y a aussi la question de la technique. Nous savons très bien que ce qui fait force exécutoire, c?est le projet de délibération. C?est pour cela que nous avons déposé 3 amendements.

Ces 3 amendements, ils disaient quoi ? Ils disaient que tout le logement en accessibilité à loyer libre devait être dans l?O.F.S. Or, au début, ce n?était pas du tout le cas. On a l?impression que c?est quelque chose qui est évident, mais au début de la séance du Conseil de Paris, ce n?était pas du tout gagné. C?est au cours de la négociation qu?on a réussi à avoir ce v?u à 100 %.

Je ne sais pas si j?ai réussi à convaincre M. MISSIKA sur le fait qu?il fallait passer à 100 % d?O.F.S. ou si c?est le rapport de force politique. Peut-être qu?il nous le dira dans sa réponse, en tout cas cela m?intéresse de le savoir.

Nous avons donc déposé cela parce que nous pensons que c?est le meilleur outil pour enrayer la spéculation. Nous l?avons déposé sur les 3 Z.A.C. et systématiquement nous le ferons sur toutes les opérations dans lesquelles la Ville cèdera du patrimoine. La prochaine sera sur Saint-Vincent-de-Paul, parce qu?on nous parle maintenant de Saint-Vincent-de-Paul. Ce sera donc sans doute le prochain projet de délibération. Voilà, c?était pour dire ce petit mot. Merci de votre attention.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Monsieur JULIEN, vous avez demandé à nouveau la parole alors que vous l?avez prise tout à l?heure, mais on vous la redonne volontiers. Pour la clarté des débats.

M. Pascal JULIEN.- Non, je la prends pour faire un point d?ordre au titre de vice-président, donc de président du groupe en l?absence de David BELLIARD, et c?est de droit.

C?est simplement pour mentionner que je trouve un peu exagéré que lorsqu?un écologiste reprend la parole alors qu?il était inscrit, on lui fasse des misères. Ce matin - mais je ne le lui reproche pas -, Eric AZIÈRE, qui n?était pas inscrit, a pris la parole sur le DLH 108 pendant plus d?1 minute et sur le DLH 94 pendant 5 minutes. Tout à l?heure, il a pris la parole pendant 1 minute 30. Sur les documents de séance que j?ai sous les yeux, ce n?était pas inscrit et cela n?a pas été dit.

Je ne fais absolument aucun reproche à Eric AZIÈRE, d?autant plus que j?aime beaucoup ce qu?il dit en général. Simplement, c?est une manière de mener l?échange et de ne pas avoir l?égalité de traitement.

Si vous voulez aller vite, soyez juste !

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je ne suivais que les indications que votre groupe nous a transmises, puisque vous aviez été désinscrit. Monsieur MISSIKA, c?est à vous.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint.- Je n?ai pas bien compris ce qu?a demandé Jérôme GLEIZES. Si j?ai bien compris, si j?ai compris correctement, la question, c?est : "est-ce que les 100 % d?O.F.S. sont liés à une volonté de notre part ou est-ce que c?est lié à un rapport de force ?" C?est cela ?

Alors la réponse, c?est que c?est lié à une volonté de notre part. J?ai milité auprès de la Maire de Paris pour qu?on passe à 100 % d?O.F.S., pour une raison très simple : je crois beaucoup, comme je l?ai dit tout à l?heure mais je ne vais pas me répéter, à la dissociation du foncier et du bâti pour pouvoir gérer correctement l?accession à la propriété, d?ailleurs pas seulement l?accession à la propriété - je crois que c?est vous, Jérôme, qui l?avez dit cet après-midi -, mais également le principe de l?habitat participatif et de l?habitat coopératif.

Je pense qu?on peut très bien imaginer des dispositifs extrêmement puissants qui permettent d?avoir un foncier possédé par la Ville ou par une S.E.M. de la Ville et un bâti loué sur une longue durée par une coopérative.

Je reviens maintenant à ce projet de délibération. Pascal JULIEN l?a très justement dit, il vient clôturer un très long travail de plusieurs années. Il y a eu récemment l?étude DEVILLERS en 2015, mais la réflexion sur ce site avait été menée bien avant cela. Nous pouvons nous satisfaire qu?en 2020 nous allons enfin passer à une phase opérationnelle grâce à la création de la Z.A.C. Je vous rappelle que cette opération vient s?ajouter aux secteurs en mutation de ce territoire de Paris Nord-Est, Chapelle-International, Chapelle-Charbon, Condorcet, Hébert, Macdonald, qui transforment ces anciennes friches ferroviaires du 18e et du 19e arrondissement en lieux dynamiques inscrits dans une logique métropolitaine. Naturellement, comme il y a de la longue durée, notre vision évolue et je pense qu?elle va continuer à évoluer.

C?est une des dernières opérations urbaines du G.P.R.U. de Paris Nord-Est. Elle est emblématique car elle se situe dans le secteur clé des portes de la Chapelle et d?Aubervilliers. Sur les deux rives du périphérique, elle viendra construire le dernier morceau de ville dont nous avons besoin pour faire le lien avec Plaine Commune.

Cela a été dit mais j?y reviens quand même quelques minutes, ce projet urbain répond enfin aux nuisances subies depuis de trop longues années par les habitants de Charles-Hermite et de la résidence Valentin-Abeille. Le périphérique, parce qu?il a été construit de façon brutale, a provoqué un enclavement de ces cités au moment de sa construction, avec des cheminements absolument épouvantables pour les gens qui y habitent. Et puis il y a tous ces délaissés urbains qui ont été occupés par la "colline du crack", par des campements de migrants et parfois même par des décharges sauvages.

C?est donc un projet essentiel pour ce quartier. Il apportera des améliorations, il créera un cadre de vie animé et apaisé, il apportera l?urbanité nécessaire à la vie du quartier, et je crois que les habitants attendent ce projet avec beaucoup d?impatience.

Alors j?entends bien les critiques qui sont faites en matière de végétalisation, mais nous avons fait des progrès importants, nous avons avancé dans cette direction.

De plus, je vous rappelle, avant de répondre aux différents v?ux, les grands objectifs et le programme de la Z.A.C. Il y a l?interface urbaine entre Paris et la Plaine Saint-Denis mais aussi entre la porte de la Chapelle et la porte d?Aubervilliers. Ce nouveau schéma cohérent viendra désenclaver la cité Charles-Hermite tout en transformant les deux portes en place. Les deux pieds d?immeuble seront animés avec des équipements publics ou avec des commerces de proximité. Cette future Z.A.C., c?est aussi la volonté d?une mixité fonctionnelle avec un programme équilibré car il faut des emplois, et si nous voulons avoir des emplois à cet endroit, il faut des bureaux. Je l?ai déjà expliqué, on ne peut pas dire qu?il faut rééquilibrer l?emploi entre l?Ouest et l?Est de Paris et refuser toute création de bureaux à l?Est de Paris.

Je voudrais aussi rappeler un chiffre sur la densité du projet : nous passons d?une capacité initiale de 200.000 mètres carrés, telle qu?elle avait été envisagée en 2015, à 150.000 mètres carrés aujourd?hui, soit 25 % en moins à la suite des différentes étapes de la concertation.

Bien sûr, il y a l?Arena 2, avec son stade de 8.000 places, qui porte un programme sportif et culturel bien au-delà des J.O. qui fera de cette porte un véritable lieu de destination avec un club résident, le Paris Basketball, qui va jouer un rôle très important également dans l?animation du site.

Le projet urbain s?accompagne aussi d?une requalification profonde de la cité Charles-Hermite de "Paris Habitat", requalification qui portera aussi bien sur les logements que sur les espaces extérieurs. Je voudrais redire quand même l?ampleur du budget, qui est de 295 millions d?euros pour la transformation de la cité Charles-Hermite.

En outre, dans ce projet de délibération, vous trouverez de nouvelles évolutions qui font suite au Conseil de Paris du mois d?avril et à la participation par voie électronique. Je souhaite dire que nous avons tenu compte du v?u du groupe "100% Paris", des logements pour les personnels enseignants, la sauvegarde des deux pavillons de la gare des Mines, comme cela a été demandé dans le cadre de la consultation électronique. Les bâtiments patrimoniaux seront sauvegardés. Et, bien entendu, comme je l?ai dit, l?introduction d?une part importante d?O.F.S. Je vous inviterai dans un instant à vous prononcer pour la création de la Z.A.C. Avant cela, nous devons étudier les 5 v?ux et amendements.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Il faut conclure...

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint.- Là, je vous donne les avis sur les v?ux.

Concernant l'amendement de Christian HONORÉ, l'amendement n° 92, j?émets un avis favorable.

Concernant le v?u d?Eric AZIÈRE sur le logement pour les personnes autistes, j?émets un avis très favorable. Je trouve que c?est une excellente idée, nous devons construire une ville inclusive. Cela passe aussi par ce genre de décision dans les nouvelles opérations urbaines. Nous pouvons réserver une part du logement spécifique prévu dans ce programme.

Concernant l'amendement n° 91 du groupe Ecologiste de Paris portant sur l?O.F.S., il va dans le sens d?un v?u déjà voté. Je vous propose donc l?amendement technique qui régularise la proportion de la part d?O.F.S., c?est-à-dire 100 %. Mais si vous voulez qu?on vote votre v?u, on votera votre v?u. Ce n?est pas un sujet.

Concernant le v?u n° 93 relatif aux espaces verts, j?émets un avis favorable si et seulement si le v?u est amendé en mettant "tendre vers les 10 mètres carrés d?espaces verts" et en supprimant la première proposition de votre v?u. Pour les arbres, nous mettons en place, comme c?est indiqué dans l?étude d?impact, une politique d?E.R.C., évitement, réduction, compensation. Nous pouvons nous engager à ce que le bilan soit largement positif.

Concernant le v?u n° 94 de Pascal JULIEN relatif à la programmation bâtie, j?émets un avis défavorable. Je vous rappelle que nous avons déjà eu une étude d?impact sur le secteur, et je ne vois pas pourquoi nous devrions en lancer une nouvelle.

Au regard de tous ces éléments, je vous propose d?approuver ce projet de délibération qui vise la création de la Z.A.C. Je vous rappelle que cette étape est décisive pour passer à la phase opérationnelle. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie.

Nous allons passer au vote sur les amendements. On va repréciser les numéros d?amendement pour que tout le monde suive.

Tout d?abord, l?amendement n° 91 du groupe Ecologiste de Paris, avec une demande de retrait de l?Exécutif.

Il est maintenu ?

M. Jérôme GLEIZES.- Retrait.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement technique n° 227 déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

L'amendement technique n° 227 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 92 du groupe "100% Paris", avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

L'amendement n° 92 est adopté.

Le v?u n° 93 du groupe Ecologiste de Paris est-il amendé ?

M. Pascal JULIEN.- Oui.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente.- Je vous remercie.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 93 avec un avis favorable de l?Exécutif compte tenu de cet amendement.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u amendé est adopté. (2019, V. 517).

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 94 du groupe Ecologiste de Paris, avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u n° 94 est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 95 du groupe UDI-MODEM, avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2019, V. 518).

Je mets ainsi aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 248 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2019, DU 248).

Je vous remercie. La suite demain matin. Rentrez bien.

Suspension et reprise de la séance.