Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif au dispositif Paris Sport Seniors.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 136 relatif au dispositif "Paris Sport Seniors".

La parole est à Jean-François LEGARET.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, le sujet est bien connu, il est souhaitable d'exercer des activités sportives à l'âge des seniors. Le problème, c'est que l'on nous annonce des places supplémentaires, mais la question des inscriptions est un véritable maquis assez difficile. On a l'impression que des algorithmes règlent cette affaire extrêmement complexe entre le nombre d'inscriptions et les 5.500 places dans 184 créneaux. Avouez que pour des utilisateurs qui veulent simplement s'adonner à des activités de détente et de loisirs à caractère sportif, c'est un peu complexe. C'est la raison pour laquelle nous déposons ce v?u. Nous souhaitons que la Ville de Paris précise le nombre d'inscriptions reçues pour tout Paris, mais également pour chaque discipline et chaque arrondissement. On comprendra aisément que des personnes d'âge senior n'aient pas envie d'aller dans des arrondissements situés à des distances considérables. Nous demandons que sur cette base, la Mairie renforce le dispositif pour adapter l'offre à la demande, afin de ne plus recourir à des tirages au sort ou à des règles d'attribution de créneaux qui sont incompréhensibles, et donc, de satisfaire l'ensemble des demandes des usagers. Enfin, nous demandons que la Mairie permette de réattribuer immédiatement les places libérées par d'éventuelles absences à des utilisateurs volontaires, puisque l'expérience démontre que souvent, des créneaux ne sont pas utilisés. Si on avait un minimum de réactivité par des instruments modernes de communication, on devrait pouvoir le faire, cela permettrait de ne pas laisser ces créneaux vacants. Voilà le sens de ce v?u qui, j'espère, sera entendu. Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-François LEGARET.

Je donne la parole à Jean-François MARTINS, pour vous répondre.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, merci, Monsieur le Maire du 1er arrondissement. C'est un dispositif extrêmement important et unique en France "Paris Sport Senior", puisque nous sommes passés de 980 bénéficiaires en 2010, à plus de 5.500 bénéficiaires cette année, pour une offre sportive gratuite, sans condition de ressources pour les plus de 55 ans à Paris. Je le dis, c'est unique. Mais le système, avec les années, avait connu une forme de perversion qui consistait à ce que l'inscription dans les mairies d'arrondissement se fasse au mieux aux premiers arrivés, premiers servis, sans limite d'activité, au pire, par l'entregent des usagers avec certains des éducateurs sportifs. On a donc voulu remettre de la justice dans ces règles d'inscription, en proposant aux seniors de s'inscrire sur Internet, mais également dans les mairies d'arrondissement avec une facilitation numérique et une permanence des éducateurs sportifs, ce qui nous a permis de récolter 6.600 demandes d'inscription. Du coup, c'est la réponse à votre premier attendu, 6.600 inscrits. Nous avons ensuite appliqué une deuxième règle qui nous paraissait une règle de justice, qui était d'abord de fournir à chacun qui demande une activité, plutôt que de fournir au premier arrivé quatre activités qu'il voulait faire, et ensuite on verra bien ce qu'il reste pour les autres. Que chaque usager puisse d'abord avoir une activité, ce qui permet d'avoir 4.900 attributaires d'au moins une activité, les places restantes étant soumises à d'autres qui peuvent là pour le coup avoir une deuxième activité. Une partie d'ailleurs des mécontents que vous avez pu voir dans la presse étaient des gens qui bénéficiaient les années précédentes de trois à quatre activités par semaine, et qui avec le nouveau système se retrouvent avec une ou deux, permettant cependant à de nombreux seniors supplémentaires d'être bénéficiaires de places. Deuxième élément, on a remis des règles sur les absences. Aujourd'hui, nous avons mis la règle que quand un senior rate trois fois successivement une séance, il est rayé de l'inscription à son activité, et la place est réattribuée. Cela nous a permis de réattribuer 660 places depuis le début des activités. Evidemment, pour les trois premières semaines où il n'y avait personne, cela a pu être agaçant pour ceux qui venaient, donc on a dû réexpliquer ces règles en disant, il faut attendre trois semaines notables d'absence pour que la personne en question soit radiée. Et donc, pour répondre à vos trois attendus, Monsieur LEGARET, à travers vous, Monsieur BOURNAZEL, le nombre d'inscriptions reçu est de 6.600. "Réattribuer les places immédiatement", ce n'est pas immédiatement, mais après trois absences d'un inscrit réalisées. Le deuxième, et je sais, Monsieur LEGARET, votre exemplarité budgétaire, "que soit adaptée l'offre à la demande", 1.000 activités supplémentaires, ce sont autant d'heures supplémentaires, de vacations supplémentaires d'éducateurs sportifs, que je sais votre groupe soucieux de la dette publique, ne va pas demander indûment dans ce Conseil de Paris budgétaire. Voilà pourquoi aujourd'hui, avec cinq fois plus de places qu'il y a neuf ans, on considère qu'avec 5.500 il serait sans doute budgétairement déraisonnable d'aller au-delà. C'est pourquoi je ferai une demande de retrait ayant répondu à deux des trois attendus et le troisième étant de responsabilité budgétaire, je sais que vous y serez sensibles.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-François MARTINS. Jean-François LEGARET, avez-vous été convaincu par les arguments ?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Oui, en tout cas il est répondu assez largement à nos préoccupations. Je préfère retirer ce v?u, mais continuez à poursuivre le dialogue pour que l'on puisse avoir dans chaque arrondissement, une écoute plus attentive et une meilleure adéquation de l'offre et de la demande. Nous retirons ce v?u, mais merci d'avoir en tout cas considéré que la question posée est tout à fait légitime et que l'on peut s'efforcer, avec le concours des mairies d'arrondissement, de mieux y répondre.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Le v?u n° 136 est donc retiré.