Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif au devenir du bassin de natation du collège Condorcet.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 135 relatif au devenir du bassin de natation du collège Condorcet.

La parole est à Catherine LECUYER.

Mme Catherine LECUYER. - Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Depuis les années 1970 et jusqu'en novembre 2018, les 835 élèves du collège Condorcet ont profité de façon intensive d'un bassin d'initiation à la natation présent au sein de l'établissement.

En 2018, le bassin a été fermé du fait du vieillissement de ses installations, avec en particulier des dysfonctionnements au niveau de sa ventilation, de sa sous-station technique, ainsi que de la dégradation de ses abords.

Se pose donc la question de son devenir avec deux possibilités : le remettre en état, ou le transformer en salle multisport. Ce deuxième scénario libérerait la cour de récréation, très sonore, utilisée comme terrain de sport, faute de place aujourd'hui. L'étude commandée par l'établissement auprès des services des travaux de la DASCO permettra d'évaluer le coût d'une telle reconversion. La mise aux normes du bassin, ainsi que celle de ses parties techniques vétustes coûterait 600.000 euros selon une étude de la S.T.E.G.C., communiquée par l'établissement. La gestion d'un bassin de natation est lourde pour un établissement scolaire. Le collège Condorcet est donc inquiet à l'idée de reprendre seul la responsabilité de son fonctionnement en cas du premier scénario, c'est-à-dire sa réouverture. Or, Paris est mal classée en matière d'offre de piscines par habitant, avec 140 mètres carrés pour 10.000 habitants contre 244 ailleurs en France. Ses piscines sont donc particulièrement saturées, alors même qu'apprendre à nager à tous les élèves est une priorité nationale et que la Ville de Paris, dans le cadre de son plan de la mandature "Nager à Paris", s'est donnée comme objectif de créer de nouvelles piscines, de moderniser le parc existant, d'optimiser les bassins, et d'offrir de nouveaux services aux usagers. Pour toutes ces raisons, le devenir du bassin du collège Condorcet demande une véritable réflexion sur les besoins réels des élèves de l'établissement, voire au-delà. Pour toutes ces raisons, nous émettons le v?u que la Ville de Paris permette aux élus de décider en pleine connaissance de cause, avec les parents d'élèves bien sûr et la communauté éducative, du devenir de ce bassin. En leur communicant d'abord les besoins en créneaux de piscine dans le 8e arrondissement, en faisant réaliser une étude approfondie de la faisabilité technique, juridique et financière d'une municipalisation du bassin, dans la perspective d'une ouverture au public après remise aux normes et avec des professionnels chargés de l'entretien. Et pour finir, en faisant réaliser une première étude de l'option de repli qui consisterait à transformer le site en une salle multisport pour les collégiens de Condorcet. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Catherine LECUYER.

Je donne la parole à Jean-François MARTINS, pour vous répondre.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, merci, Madame LECUYER. Vous soulevez deux sujets pertinents de nature différente sur ce bassin Condorcet. Bassin Condorcet qui, je le rappelle, n'est pas un équipement Ville de Paris mais un équipement qui dépend de la direction des Sports, mais ce bassin et ses installations techniques sont vieillissants, et le bassin n'est quasiment plus utilisable à défaut d'y faire des investissements considérables. Dans un établissement qui n'est pas strictement la propriété de la Ville de Paris, premièrement. Deuxième difficulté que l'on a, c'est d'ailleurs pour cela qu'il n'y en a quasiment plus dans les établissements scolaires, Monsieur le Maire du 3e arrondissement peut en être témoin, le lycée Turgot avait lui-même sous le lycée même un petit bassin de baignade, on se trouve face à une difficulté extrêmement importante d'exploitation technique de ces bassins et de la question du traitement aquatique dans des établissements scolaires, qui est extrêmement compliquée. Je le rappelle, nos piscines sont aussi des objets de chimie notables qui demandent une exploitation technique compliquée. C'est pourquoi, à ce stade, il est compliqué d'investir beaucoup plus sans avoir de vrais projets d'exploitation et d'installation concrète sur le site. Sur l'usage du bassin du collège pour d'autres usagers que strictement les scolaires, nous sommes toujours favorables, et vous le savez, à ouvrir des équipements sportifs scolaires, notamment aux associations en dehors des horaires scolaires, notamment le soir et le week-end. Aujourd'hui, la difficulté est que ce bassin ne permet que peu de pratiques, c'est un strict bassin d'apprentissage, on ne peut pas y faire réellement des longueurs, à peine de l'aquagym. Alors que l'on a réussi à le faire avec des associations par exemple au bassin-école Balzac dans le 17e, ou même ouvrir au grand public comme la piscine Lagatu, l'idée d'une transformation en un bassin ouvert à tous nous parait à ce stade difficile. En revanche, la question d'un espace multisport est une option beaucoup plus réaliste et souhaitable. Elle demande encore beaucoup de temps, de concertation avec la communauté éducative, notamment avec la principale du collège qui est favorable, mais qui a ce stade n'a ni expression des besoins, ni chiffrage, ni expertise technique. C'est pourquoi je vous propose, Madame LECUYER, de réunir extrêmement rapidement avec mon collègue Patrick BLOCHE, la principale du collège, les associations des parents d'élèves, évidemment la mairie du 8e, pour exprimer les besoins de ce que serait cette étude avant de l'annoncer. Je vous demande de retirer votre v?u, en vous disant qu'évidemment nous pourrons y répondre une fois que les parents d'élèves et la principale auront exprimé les besoins sportifs sur site, ce qui nous permettra de faire une étude pertinente.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-François MARTINS. Je m'associe évidemment aux engagements pris par Jean-François et qui amènent à ce qu'une demande de retrait soit formulée. Catherine LECUYER ?

Mme Catherine LECUYER. - Je ne le retirerai pas. Je suis surprise, car l'établissement nous a expliqué qu'une étude avait été commandée pour la transformation en salle multisport, et on attend l'étude. Je le maintiens.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

V?u déposé par le groupe "100% Paris"