Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Ecologiste de Paris relatif au devenir du site "Village Reille". Vœu déposé par le groupe "100% Paris" relatif au projet immobilier Reille. Vœu déposé par les groupes UDI-MODEM et les Républicains et Indépendants relatif à la préservation de l’îlot Reille (14e). Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons les v?ux référencés nos 107, 108, 109 et 109 bis relatifs au devenir du site "Village Reille".

La parole est à Mme MOREL, pour deux minutes.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire.

Cette parcelle de 4.500 mètres carrés d?espaces verts protégés mérite une réelle concertation avec les riverains et les habitants du 14e arrondissement avant la construction de logements par l?opérateur In?Li. Un opérateur qui a pour objectif de densifier la parcelle avec la construction de 180 logements. La maire du 14e arrondissement a donné un avis négatif au permis de démolir des bâtiments historiques sur le site exceptionnel.

Tout d?abord le groupe Ecologiste s?interroge si le droit de préemption par la Ville a été envisagé sur ce site.

Nous demandons la conservation et la réhabilitation des bâtiments existants pour maintenir la surface de plancher actuel.

Nous demandons l?arrêt du projet immobilier actuel, afin qu?une véritable concertation puisse ouvrir la réflexion sur le devenir de ce site patrimonial et culturel.

Nous voulons également qu?une réflexion sur le devenir des espaces verts soit engagée pour que les habitants puissent s?approprier, sous forme de création de jardins partagés, les nouveaux espaces de nature. Ces activités sont très attendues dans ce quartier déjà très dense.

Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame MOREL.

J?avais une prise de parole du groupe "100% Paris" mais M. BOURNAZEL n?est pas là.

Madame GALLOIS, allez-y.

Mme Edith GALLOIS. - Il s?agit de défendre un v?u et pas d?une prise de parole.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - C?est le v?u n° 108, tout à fait, Madame GALLOIS.

Mme Edith GALLOIS. - Nous sommes d?accord avec ce qui vient d?être dit par le groupe Ecologiste. Et nos v?ux devraient faire l?unanimité parce qu?il s?agit de préserver un site remarquable de 10.000 mètres carrés, qui est protégé par le P.L.U., où sont plantés des arbres centenaires et où est dressée une charmante petite chapelle de style néogothique.

Ce sont des lieux de respiration et de calme. Ces lieux qui font que Paris est Paris, avec tout son charme. Ces lieux que tout le monde veut préserver quand on habite à côté. Et même quand on n?habite pas à côté parce que ce sont des endroits qui doivent rester tels qu?ils sont et qui ne doivent pas être construits, sous peine de tomber dans une fièvre hyper densificatrice et bétonnisatrice.

Nous vous demandons par ce v?u de vous opposer au permis de construire de ce projet de promotion immobilière et de refuser que tout permis de construire se traduise par une densification de cet espace remarquable.

Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame GALLOIS.

La parole est à M. AZIÈRE, pour la présentation du v?u n° 109.

M. Éric AZIÈRE. - Pour rejoindre ce qui a déjà été dit, il faut savoir que ce terrain appartenait à la congrégation des s?urs Franciscaines missionnaires de Marie qui déménagent et qui ont vendu ce terrain. Il est d?ailleurs étonnant que la Ville, qui a quelquefois des prédispositions à préempter, ne se soit pas penchée sur cette affaire.

Ce terrain a une histoire, une vocation sociale importante puisque ce site a accueilli un hôpital de la Croix-Rouge, un foyer pour femmes et une bibliothèque. Il a aussi une vocation en termes de respiration ou d?espace vert, puisqu?il se trouve grevé depuis 1970 par une servitude d?espace vert protégé.

En effet, il y a un projet immobilier de 150 logements sur ce terrain. Je vous rappelle aussi que cet îlot est un élément constitutif de la trame verte qui prolonge le parc Montsouris jusqu?au Quartier latin. Pourtant le projet d?aménagement prévoit la disparition d?une rangée d?arbres et la conservation de moins de 4.000 mètres carrés de superficie d?espaces verts protégés.

La construction de nouveaux immeubles sur cette parcelle, plutôt que la réhabilitation des bâtiments existants, me semble contrevenir à la nécessité de préserver des espaces de respiration au sein d?une ville et d?un arrondissement déjà très dense. Deuxièmement, il y a un manque d?informations flagrant des riverains sur un projet qui les inquiète parce qu?il menace l?un des principaux espaces verts du quartier.

La question est donc de savoir pourquoi la Mairie de Paris n?a pas agi plus tôt, quelle est sa capacité de réexaminer le devenir de ce site remarquable, avec pour moi un souci prioritaire qui est de maintenir le patrimoine végétal, écologique, social et architectural de ce site.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur AZIÈRE.

J?ai une demande de prise de parole de la maire du 14e arrondissement, Mme PETIT.

Mme Carine PETIT, maire du 14e arrondissement. - Merci, cher collègue.

Mes collègues comme Éric AZIÈRE n?ont toujours pas compris que nous avons une méthode très claire qui est que, à partir du moment où nous avons connaissance d?un projet privé de vente et aussi d?un projet immobilier, nous le partageons avec les habitants du 14e arrondissement, bien en amont de l?introduction d?un permis de construire.

Sur ce projet dit "Village Reille", notre méthode a été la même. A partir du moment où la congrégation nous avait fait part de son souhait de vendre et de céder cette parcelle, nous avons très explicitement dit à la congrégation et au futur propriétaire que, lorsque nous sommes informés de ce projet, nous le partageons avec les habitants.

C?est pour cela que lorsque vous dites qu?il y a un manque d?informations, c?est absolument faux : nous avions organisé une réunion publique, où plus de 150 personnes étaient venues participer. Nous avions demandé à In?Li, qui s?est porté acquéreur de cette parcelle auprès de la congrégation, d?organiser des ateliers d?urbanisme. Nous avons organisé quatre ateliers d?urbanisme à la mairie du 14e arrondissement.

Je peux vous dire que les habitants sont beaucoup plus en avance que vous et ne partagent pas les mêmes avis sur la densité. Les habitants ont pu travailler sur ce qu?était la densité ici, sur ce qu?était la notion d?espace vert protégé. Et justement le Plan local d?urbanisme et les protections qui sont sur cette parcelle nous ont permis d?avancer sur un certain nombre de questions qui sont beaucoup plus partagées que ce que vous voulez bien dire.

Je l?ai toujours dit à la congrégation et au futur propriétaire In?Li, qui est d?ailleurs du logement intermédiaire. Je voulais vous le dire parce que vous êtes toujours en train de dire que l?on ne fait jamais de logement intermédiaire et pour le coup, la congrégation avait porté son choix sur un opérateur du logement intermédiaire.

Les habitants ne sont pas opposés à toute construction, ce n?est pas vrai - c?est ce qui a été dit, c?est ce que je viens d?entendre. C?est pour cela, pour nous aussi, que la priorité par rapport à l?évolution possible ou pas de cette parcelle est la protection, la préservation et le développement de l?espace vert protégé. C?est aussi de demander au futur propriétaire, au propriétaire In?Li, que cet espace vert garde un aspect public avec une accessibilité au public.

C?est pour cela que, dès le mois d?octobre, j?ai rendu un avis défavorable d?abord sur le permis de démolir. C?était une des meilleures garanties pour préserver l?avenir de ce site. Puis la semaine dernière, lorsque mon avis a été sollicité en tant que maire, j?ai rendu un avis défavorable aussi sur le permis de construire. Tout ceci avait été clairement dit aux habitants, à la congrégation et à In?Li depuis le mois de juillet dernier.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire.

Pour répondre aux v?ux n° 107, n° 108 et n° 109 et pour présenter le v?u n° 109 bis de l?Exécutif, la parole est à M. MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Mes chers collègues, au-delà des nuances des uns et des autres, nous partageons, je crois, la volonté de préserver l?îlot Reille. C?est pourquoi je vais vous proposer de retirer vos trois v?ux et de voter ce v?u de l?Exécutif.

La maire du 14e arrondissement l?a dit, cela fait déjà neuf mois qu?elle a lancé une concertation sur le site et qu?elle a porté les demandes des habitants auprès du porteur du projet In?Li.

Le constat, nous le partageons tous. Le projet, tel qu?il a été déposé, est encore beaucoup trop dense, ce que nous ne cessons de répéter à In?Li. C?est la raison pour laquelle la maire du 14e arrondissement a émis un avis défavorable au permis de construire.

Ce cas de figure, nous le connaissons bien et d?ailleurs je ne sais pas trop comment nous pourrions le traiter dans l?avenir parce qu?il est quand même assez accablant. C?est la vente aux enchères d?un patrimoine par une congrégation, c?est l?achat par un promoteur privé sur la base d?un calcul de densité maximale et ce sont les moyens limités de la Ville pour amender le projet. Nous essayons...

Pardon ?

Je continue. Ce sont donc les moyens limités de la Ville pour amender le projet.

Avec Carine PETIT, nous sommes parfaitement conscients de l?intérêt écologique du site et de sa sensibilité en matière de densité. Nous avons associé les riverains dès le début du processus, en leur présentant les différents projets architecturaux prévus par le bailleur et en les conviant au jury pour choisir la meilleure équipe d?architectes.

Nous avons réussi à imposer à cette étape le choix d?un projet qui était entièrement en structure bois, qui conservait le plus possible les bâtiments existants et qui agrandissait l?espace vert protégé, ce qui n?était pas acquis auprès d?In?Li au départ. Sur la base de ce projet, nous avons demandé et nous demandons toujours une diminution de la densité et une meilleure conservation des espaces verts. Ce à quoi In?Li a répondu pour l?instant par une suppression d?étages.

Aujourd?hui, nous devons porter collectivement cette demande de baisse de densité pour aboutir à un projet qui convienne aux riverains, qui protège plus de pleine terre et permette également un accès au jardin.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Je vous invite à conclure, Monsieur MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Demander que rien ne se fasse n?est tout simplement pas réaliste, dans la mesure où les s?urs Franciscaines ont déjà vendu leur bien.

Nous vous proposons de voter ce v?u de l?Exécutif qui porte sur cette demande collective de dédensification, d?ouverture de l?îlot de fraîcheur aux habitants et de maintien des engagements de répartition des logements.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur MISSIKA.

J?ai une demande d?explication de vote de la présidente du groupe LRI, Mme CARRÈRE-GÉE.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Je vous remercie.

Au nom d?Éric AZIÈRE et moi-même, nous allons maintenir notre v?u.

Mais d?abord un préalable. Le v?u de l?Exécutif est habile. Le nôtre est protecteur.

Quant à l?intervention de la maire du 14e arrondissement, permettez-moi de la trouver rudement "gonflée". Je ne méconnais pas que des réunions se sont tenues dans le 14e arrondissement à ce sujet. A l?inverse, vous ne pouvez pas méconnaître que la concertation n?a pas abouti à ce que vous dites : il n?y a pas d?accord des riverains, ni sur la densification de l?espace ni sur le fait que l?on construise sur cet espace vert.

Il n?y a pas d?accord pour construire sur cet espace vert et d?ailleurs, si cette concertation avait réussi à parvenir à des résultats aussi extraordinaires, on n?aurait pas désormais la constitution d?une association, on n?aurait pas une pétition sur change.org où 2.200 personnes du quartier partagent le même sentiment que nous.

Le v?u de l?Exécutif est une démarche de bonne volonté et vous l?avez très bien dit, Monsieur Jean-Louis MISSIKA, mais ce qui n?est pas acceptable, c?est que l?on construise sur l?espace vert. Non seulement il ne faut pas de densification, non seulement il faut préserver le patrimoine de ce lieu, mais nous ne voulons pas que l?on construise sur l?espace vert. Or, votre v?u laisse ouverte la possibilité que l?on construise sur l?espace vert.

Quant à promettre aux habitants, en contrepartie en quelque sorte d?une construction sur cet espace vert, que l?espace vert restant deviendra une sorte de jardin public, je ne sais pas comment imposer à un propriétaire privé que son jardin soit un jardin public.

Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Madame CARRÈRE-GÉE, vous aviez une minute et dans ma grande mansuétude, je vous avais laissé prolonger.

Nous passons au v?u n° 107 du groupe Ecologiste.

Est-il maintenu ? Il est maintenu et c?est un avis défavorable.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Ecologiste de Paris, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Le v?u n° 108 déposé par le groupe "100% Paris" est-il maintenu ? Il est maintenu. Avis défavorable.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "100% Paris", assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Le v?u n° 109 déposé par les groupes UDI-MODEM et les Républicains, est-il retiré au profit du v?u de l?Exécutif ? Non.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes UDI-MODEM et les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u référencé n° 109 bis déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2019, V. 525).

V?u déposé par le groupe UDI-MODEM