Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif à la politique de mobilier urbain.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le v?u référencé n° 112 relatif à la politique de mobilier urbain.

La parole est à Mme SIMONNET, pour deux minutes.

Il n?y a pas de droit de suite, Madame MÉHAL. Il y a un avis défavorable, c?est un avis défavorable. Vous vouliez le retirer, Madame MÉHAL ?

Mme Fadila MÉHAL. - Je vous réponds, si vous le permettez?

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Est-ce que vous voulez le retirer, oui ou non, Madame MÉHAL ? Pas du tout.

La parole est à Mme SIMONNET, pour deux minutes, sur votre v?u n° 112.

Oui, bien sûr, c?est bien connu. Le règlement, Madame MÉHAL, le règlement de cette Assemblée?

Mme SIMONNET pour le v?u n° 112 sur la politique du mobilier urbain.

Madame MÉHAL, si le groupe veut faire un rappel au règlement, qu?il l?appuie sur un article du règlement. Si ce n?est pas le cas, je donne la parole à Mme SIMONNET sur le v?u n° 112 sur le mobilier urbain. Allez-y, Madame SIMONNET, pour deux minutes.

Mme Danielle SIMONNET. - Je m?apprêtais à vous faire une petite chanson de Brassens pour améliorer l?ambiance, mais je ne voudrais pas que ce soit mal interprété. Pour parler des bancs? Eh bien voilà, tu m?y invites : "Les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics". Voilà ! Mais je m?abstiendrai.

Franchement, ce v?u est pour vous dire à quel point c?est vraiment grave et déplorable : la Ville développe des bancs une place. Essayez donc de vous bécoter sur un banc une place. C?est casse-gueule d?être à deux sur un banc une place ! En même temps, cela peut être un jeu, mais essayez avec votre enfant. Ou si vous êtes une grand-mère ou un grand-père, essayer de raconter une histoire sur un livre à vos petits-enfants, sachant que l?un et l?autre sont sur deux bancs une place qui se tournent le dos.

Et surtout, évidemment, essayez de dormir sur un banc une place. Je pense que c?est pour cela que le banc une place est inventé, c?est pour empêcher les gens de dormir dessus. Quelle tristesse que cette Ville qui pense son espace public pour surtout ne pas être hospitalière pour celles et ceux qui n?ont même plus de toit. Cette Ville qui pense le mobilier de l?espace public pour ne pas permettre de s?y retrouver, de pouvoir y échanger, de pouvoir s?y bécoter.

A travers ce v?u, je voudrais que vous preniez conscience que la Ville mérite la remise du pic d?or, dont la première cérémonie à l?initiative de la Fondation Abbé-Pierre avait eu lieu le 13 janvier dernier, pour l?installation anti-SDF de ses bancs à une place que l?on peut voir dans le 19e ou même dans le 10e arrondissement dans le jardin Marielle-Franco. Pauvre Marielle Franco !

Je souhaite à travers ce v?u que le Conseil de Paris se prononce contre cette installation de mobilier urbain anti-SDF, qu?elle le retire là où il a été instauré et qu?elle remette des bancs où on a le droit de se bécoter.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame SIMONNET.

Pour vous répondre, l?adjoint au bécotage, Jean-Louis MISSIKA !

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Ah, oui ! Six ans de bécotage avec Mme SIMONNET, ça use !

Madame SIMONNET, je crois que c?est Yves CONTASSOT qui vous avait pris à partie, il n?y a pas si longtemps, pour votre fâcheuse habitude de pratiquer la stratégie du coucou et de faire des copier-coller de v?ux portés par d?autres groupes.

En avril dernier, je vous le rappelle, cette question avait été évoquée au Conseil de Paris, à la suite d?un v?u porté par les élus du groupe Communiste - Front de Gauche. A l?époque, Mme VERSINI avait répondu aux interpellations de vos collègues et nous avions émis un v?u favorable à ce v?u.

Laissez-moi terminer quand même...

Je profite de cette interpellation pour vous rappeler que la Ville est engagée aux côtés de la Fondation Abbé Pierre pour identifier et lutter contre ces mobiliers anti-SDF. Nous le faisons de façon systématique et extrêmement sérieuse.

Nous avons proposé, lors du Conseil de décembre dernier, l?implantation par l?association "Emmaüs Alternatives" sur l?espace public de 24 premiers casiers solidaires pour que les personnes sans abri puissent déposer leurs affaires. Nous n?avons aucune leçon, vraiment aucune leçon à recevoir de vous en la matière.

J?émets un avis défavorable à votre v?u.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur MISSIKA.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.