Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif à la sécurité Porte d'Aubervilliers.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen de v?ux non rattachés.

Le v?u référencé n° 212 est relatif à la sécurité porte d?Aubervilliers.

La parole est au maire du 18e arrondissement, M. Éric LEJOINDRE.

M. Éric LEJOINDRE, maire du 18e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

On est en fin de Conseil, mais, bien que l?on ait déjà évoqué ce sujet au moment du vote du budget de la Préfecture de police, je voulais prendre le temps de présenter ce v?u, dont j?ai pris l?initiative mais qui a été adopté à l?unanimité par le conseil d?arrondissement du 18e dans une procédure d?urgence, que j?avais souhaitée face à la situation absolument dramatique dans laquelle sont aujourd?hui des milliers de personnes porte d?Aubervilliers, réfugiés et usagers de drogues, créant une situation tout à fait indigne, non seulement pour toutes ces personnes qui sont à la rue, et, bien sûr aussi, pour les habitants de ce quartier qui sont déjà dans une forme de difficulté compte tenu de l?enclavement de leur cité.

Aujourd?hui, des milliers de personnes à la rue, un sentiment d?insécurité très fort que les habitants subissent compte tenu de la présence sur l?ensemble du territoire d?usagers de "crack" dans un état de très grand dénuement et parfois de grande violence, et la nécessité absolue que nous puissions régler cette situation le plus vite possible. Voilà pourquoi le conseil d?arrondissement du 18e demandait que puisse être organisée, dans les prochains jours, une vraie grande opération d?envergure de mise à l?abri de toutes les personnes réfugiées sur ce site de manière inconditionnelle, comme a pu en bénéficier la porte de la Chapelle il y a quelques semaines, d?adapter le dispositif national d?asile et de fluidifier le système pour éviter que ces campements ne se reproduisent. Parce qu?il faut que l?on arrête ce cycle infernal des campements qui se reproduisent dans le Nord-Est parisien à chaque fois que les opérations sont menées.

Et puis, en attendant de renforcer la présence effective de police pour assurer la sécurité et la tranquillité des habitants, notamment allée Valentin-Abeille, boulevard Ney et dans le quartier de Charles-Hermite. Et puis, bien sûr, pour lutter contre les trafics qui alimentent cette situation. Ce qui doit nous amener aussi à déployer le "Plan Crack" pour apporter une réponse adaptée aux usagers de drogues. C?est tout cela qu?il faut faire en même temps. Mais je voulais insister lourdement sur la très, très grande urgence de la situation. Je ne pense pas que ce quartier puisse supporter encore longtemps la situation dans laquelle il est aujourd?hui.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je donne la parole, tout d?abord, à Mme Dominique VERSINI pour vous répondre, puis à Mme la Représentante du Préfet de police.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, cher Éric LEJOINDRE, Monsieur le Maire du 18e arrondissement, je ne peux qu?abonder dans le même sens sur la situation catastrophique, alarmante, indigne, humanitaire, de ce campement qui grossit entre la porte d?Aubervilliers et la porte de la Villette. Certes, le 7 novembre dernier, une réponse a été apportée et 1.600 personnes ont été mises à l?abri à partir du secteur de la porte de la Chapelle. Mais, là, nous attendons la décision, l?annonce d?une opération de mise à l?abri porte d?Aubervilliers et porte de la Villette, car il y a beaucoup de personnes en situation de danger. Il y a quand même des familles. La situation est vraiment très préoccupante avec l?hiver qui arrive. Le Ministre de l?Intérieur s?était engagé à ce que tout le secteur de la porte d?Aubervilliers et de la porte de la Chapelle soit traité avant la fin de l?année. On n?y est pas tout à fait, mais on s?en rapproche encore. Et puis, c?est surtout que le temps, lui, nous alerte profondément.

Il y a également cette situation des usagers de drogues, qui ne se sont pas volatilisés et se sont déplacés de la colline du "crack" vers la porte d?Aubervilliers, au niveau de l?allée Valentin-Abeille, qui est un lieu de passage pour les écoliers, et dans le quartier Charles-Hermite, à proximité d?une école maternelle. Certes, Colombe BROSSEL a renforcé la présence de médiateurs et d?agents de la DPSP. Les opérations de nettoyage ont été renforcées par Paul SIMONDON. La Maire de Paris a demandé à la Préfecture de police de repositionner des véhicules pour assurer la sécurité à proximité des écoles.

Je suis totalement en soutien au v?u d?Éric LEJOINDRE, et surtout, je ne peux que souhaiter qu?avant qu?un drame survienne, une sage décision soit prise, même si je comprends bien que toute la situation est complexe pour la Préfecture de police, compte tenu de l?ensemble des événements du mouvement social. Mais il y a, porte de la Chapelle, des gens en danger de mort. Il faut vraiment que l?on ait cela en tête et que l?on y apporte une solution rapide.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Dominique VERSINI.

Madame la Directrice adjointe de cabinet, vous avez la parole.

Mme LA REPRÉSENTANTE DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire du 18e arrondissement, vous le savez, le Gouvernement a souhaité et a pris l?engagement d?évacuer les campements de la porte de la Chapelle et de la porte d?Aubervilliers. Pour la porte de la Chapelle, c?est déjà fait. Cela a été rappelé. L?un des effets collatéraux a été, en partie grâce à la présence policière très soutenue et 24 heures sur 24, la disparition de la colline du "crack" à son emplacement qui existait jusqu?à présent. Et d?ailleurs, je crois que la Ville de Paris a engagé des travaux d?aménagement sur ces emplacements, qui, je l?espère, de par leur nature, permettront d?éviter la réinstallation de cette colline ou de campements, puisque l?engagement qui a été pris a été de faire le maximum pour éviter la reconstitution de ces campements et des problématiques qui peuvent y être associées.

Effectivement, il y a un effet de report que l?on a constaté, personne ne peut le nier, du côté de la porte d?Aubervilliers, avec des problématiques spécifiques sur l?allée Valentin-Abeille et dans le quartier Charles-Hermite, qui sont accentuées par le fait que ce passage, notamment Valentin-Abeille, est un passage obligé pour un certain nombre de personnes, notamment pour des familles avec enfants. Je veux bien admettre que la vue de toxicomanes, notamment le matin ou le soir en rentrant de l?école, n?est pas adaptée, et, de toute façon, doit tous nous interpeller.

Pour prendre en compte cette situation, le Préfet de police a décidé de repositionner des effectifs pour éviter justement que ces nuisances perdurent. Nous avons également, avec nos collègues de la Préfecture de Région Ile-de-France et les services de la Ville, mis à l?abri plus de 500 personnes sur les campements de la porte d?Aubervilliers, ce qui a permis d?alléger la tension qui existait dans ces campements, non pas de rétablir la situation, mais au moins d?éviter que les rixes qui commençaient à se faire de plus en plus fréquentes n?aboutissent à des drames. Le Ministre de l?Intérieur l?a dit, il tiendra son engagement. Nous travaillons à l?évacuation de la porte d?Aubervilliers dès que possible. Mme VERSINI a rappelé, à juste titre, les nombreuses contraintes de la Préfecture de police, mais cet engagement sera tenu.

Il faut sortir d?une logique infernale qui consiste à faire une mise à l?abri suivie d?une réinstallation, suivie d?une mise à l?abri. C?est pour cela que, cette fois-ci, cela peut prendre un peu plus de temps, mais nous mettons en place derrière, et de façon partenariale, des dispositifs de sécurisation, d?aménagement et de prise en charge, puisqu?il y a une problématique particulière des usagers de "crack" qui doit être traitée de façon particulière elle aussi, notamment par l?ouverture - c?est l?A.R.S. qui s?en charge - de lits supplémentaires pour la prise en charge et l?accompagnement médico-social. J?ai également participé à des réunions de partenariat.

Nous avons évoqué, avec le Procureur de la République, la nouvelle politique pénale qu?il met en place pour les usagers de "crack", l?idée étant, pour les "dealers", d?être très ferme dans la réponse pénale qui est apportée, donc il y a des sanctions qui arrivent et sont fermes, et pour les consommateurs, après interpellation, puisqu?il y a une logique politique d?interpellation systématique, de prononcer des injonctions de soins et également des interdictions de paraître. Et donc, cela a été fait déjà sur plusieurs dizaines d?usagers de "crack" dans le secteur. Il y en a encore, donc ce travail va se poursuivre.

C?est un travail de longue haleine qui portera ses fruits, je n?en doute pas, qui est une logique de travail différente de ce que l?on avait fait jusqu?ici et que nous espérons pouvoir maintenir. C?est notre objectif pour que l?on puisse régler à notre niveau, puisque la réponse ne peut pas être que policière, mais réglée pour ce qui nous concerne et faire le maximum pour régler ces problématiques, toutes les nuisances et les difficultés que les riverains peuvent avoir. Mais, encore une fois, le Préfet l?a rappelé, la réponse ne peut pas être simplement une réponse policière.

De toute façon, les moyens qui sont engagés par la police nationale pour tenir ces endroits-là sont extrêmement conséquents. Je pense que l?objectif est évidemment de rétablir le calme, mais il faudra trouver quelque chose de plus structurel, parce qu?il est évident que tout cela ne peut pas durer des années et des années. Donc, c?est pour cela que l?on essaye de sortir d?une logique de cycle et de faire des choses qui durent et profiteront à l?ensemble des personnes qui bénéficieront des mesures, et aux riverains également.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes Socialiste et Apparentés, Communiste - Front de Gauche et Ecologiste de Paris, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 588).