Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif au retrait des bus diesel sur la ligne 38.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u référencé n° 196 relatif au retrait des bus diesel sur la ligne 38.

C?est Mme Léa FILOCHE qui le présente.

Mme Léa FILOCHE. - Monsieur le Maire, chers collègues.

Le 20 avril dernier, le nouveau réseau de bus francilien a été lancé par la R.A.T.P. et "Ile-de-France Mobilités". La Ville a procédé à des aménagements de voirie et d?arrêts. Ce réseau de bus datait effectivement de 1945-51 et n?était plus adapté à la réalité parisienne et métropolitaine actuelle. L?objectif était de réorganiser une cinquantaine de lignes, d?ajouter de nouveaux arrêts, de desservir de manière plus efficiente, plus régulière et plus rapide l?ensemble de la métropole, pour un coût annuel supplémentaire d?environ 40 millions d?euros.

Ce projet, appelé "Grand Paris des bus", a nécessité l?ajout d?environ 110 bus supplémentaires. Or, on nous a annoncé que, sur les 110 bus, 104 allaient devoir être de vieux bus diesel roulants, polluants, classés Crit'Air 4 et 5, faute de bus propres ou au moins récents. C?est ainsi que les bus de la ligne 38, auparavant hybrides, ont été remplacés par des véhicules obsolètes extrêmement polluants, notamment depuis la nouvelle étape de la Z.F.E. parisienne en juillet 2019, qui n?ont pas le droit de rouler sur le territoire parisien. Ces bus émettent des taux de particules fines et de dioxyde d?azote aberrants. Pollution d?autant plus importante quand les bus stationnent à un endroit fixe moteur allumé.

C?est le cas des bus de la ligne 38. Ils stationnent au centre bus Jourdan de la rue du Père-Corentin, avec près de 5 postes à quai situé en contrebas d?immeubles d?habitation. Les riverains subissent donc une dégradation intolérable de la qualité de l?air local. Comment Ile-de-France Mobilités et la R.A.T.P. ont-elles pu aussi mal anticiper une telle opération au point de devoir sacrifier le respect de la réglementation et la santé des habitants ? Ce scandale nous fait douter de la crédibilité des engagements d?arriver à une flotte à 100 % propre en 2025. Tester des bus à hydrogène, c?est bien, mais gérer et coordonner les transitions et se donner les moyens de ses ambitions, c?est quand même mieux. Les habitantes et les habitants de la rue du Père-Corentin dans le 14e arrondissement n?ont pas à être les victimes collatérales de la mauvaise gestion d?Ile-de-France Mobilités, ni à payer de leur santé pour la réorganisation des bus en proche couronne.

C?est pourquoi nous demandons par ce v?u, porté par la maire du 14e arrondissement, Mme Carine PETIT, le retrait immédiat des vieux bus diesel remis récemment en circulation sur la ligne 38, ainsi que sur les autres lignes de bus parisiennes concernées. Nous demandons aussi la mise en ?uvre le plus vite possible du déplacement des terminus du bus 38 et 95 sur la porte d?Orléans, comme demandé depuis de nombreuses années par la mairie et récemment acté dans le cadre de l?étude partenariale sur le réaménagement de la porte d?Orléans. Nous demandons, enfin, l?accélération du plan de conversion des bus franciliens en 100 % propre, parce que la santé de nos habitantes et de nos habitants est une priorité et une urgence, et que ce doit être l?objet de tous les efforts possibles et d?une mobilisation des moyens à la hauteur de cette ambition. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Léa FILOCHE.

La parole est à M. Christophe NAJDOVSKI, pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

La Ville de Paris est favorable à ce que les acteurs du transport public francilien, R.A.T.P. et "Ile-de-France Mobilités", accélèrent la transition énergétique des bus en cohérence avec les démarches de renforcement des zones à faibles émissions parisiennes et métropolitaines. Il est également nécessaire que cette transition énergétique permette de renforcer l?offre de bus au moyen de véhicules propres.

Or, j?ai effectivement pu constater qu?à l?issue de la restructuration du réseau de bus sur la ligne 38, des véhicules diesel ont été remis en circulation, avec, d?ailleurs, je le précise, une dérogation de la part de l?Etat. Qui a donc pris la responsabilité de le faire. J?ai donc saisi la présidente d?Ile-de-France Mobilités et de la R.A.T.P. sur ce sujet, et j?attends un courrier en réponse.

Je suis par ailleurs intervenu, ce matin encore, au conseil d?administration du S.T.I.F. en ce sens. Enfin, pour ce qui est du terminus de la porte d?Orléans, j?ai demandé qu?une étude de pôle multimodal soit pilotée par "Ile-de-France Mobilités". Dans ce cadre, la Ville de Paris continuera de porter la demande d?aménagement d?un terminus au sud du boulevard des maréchaux pour les lignes 38 et/ou 92, et proposera que le déploiement d?équipements soit envisagé pour faciliter le déploiement de bus propres.

Et donc, nous proposons d?adopter le v?u déposé par le groupe "Génération.s".

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Christophe NAJDOVSKI.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Génération.s", assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 579).