Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la rénovation de la cité scolaire Jacques Decour.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2019


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous examinons le v?u référencé n° 125 relatif à la rénovation de la cité scolaire Jacques Decour.

La parole est à la Maire du 9e, Mme Delphine BÜRKLI.

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

La cité scolaire Jacques Decour est l'une des plus grosses cités scolaires de Paris, si ce n'est la plus grande en termes de superficie, regroupant sur trois hectares un collège, un lycée, des classes préparatoires qui accueillent quelque 2.000 élèves du 9e, mais pas seulement, aussi des 17e, 18e, et 19e arrondissements de Paris.

C'est un joyau, un joyau patrimonial parisien qui nécessite aujourd'hui des travaux urgents, notamment pour faire face à la hausse des effectifs. Des travaux qui sont très attendus par la communauté scolaire de Jacques Decour. Il y a encore des "Algeco" dans les cours de Jacques Decour, qui avaient été installés dans les années 2000 et sont toujours là pour faire office de classes. Un projet de rénovation de la cité scolaire Jacques Decour a été lancé par le Conseil régional d'Ile-de-France, annoncé dans le cadre du P.I.P.P. en mai 2017, c'est une bonne chose, et un vrai engagement de la Région Ile-de-France pour Paris et la cité Jacques Decour. Une réunion de présentation du projet a été organisée par le Conseil régional en avril dernier, à destination des professeurs, parents, élèves de la cité scolaire, à laquelle la DASCO était bien sûr conviée, mais n'était pas représentée. Puis, la Région Ile-de-France a mené en mai de nombreuses réunions d'audit auprès de toute la communauté éducative, toujours en lien avec la DASCO. Puisqu'il s'agit d'une cité mixte, un montage financier opérationnel avec la Ville de Paris est nécessaire préalablement au vote du programme, en commission permanente du Conseil régional. Malheureusement, nous ne voyons rien, aucun budget dédié à la rénovation de cours dans les documents qui nous ont été adressés pour cette séance, donc je m'inquiète. Je m'inquiète un peu que ce projet porté par la Région ne soit retardé faute de soutien de la Ville de Paris. Je précise que ce v?u a également été présenté au Conseil d'administration de Jacques Decour la semaine dernière, qu'il a recueilli un soutien plein et entier. Le chef d'établissement d'ailleurs a soumis une motion pour appeler la Région et la Ville à se mettre d'accord très rapidement. Il y a urgence, Monsieur BLOCHE, et je vous remercie de faire toute diligence afin que des discussions entre la Région et le Département sur la rénovation de cette belle cité scolaire, dans sa partie collège, soient menées rapidement, afin de ne pas retarder cet ambitieux et impérieux projet. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Patrick BLOCHE, pour vous répondre.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Chère Delphine BÜRKLI, j'espérais que la nouvelle étiquette sous laquelle vous vous présentez aux prochaines élections municipales vous rendrait moins solidaire de la présidente du Conseil régional.

Je constate avec regret à travers votre intervention, qu'il n'en est rien et de ce fait je vous l'avoue, et je réponds par là même à Valérie MONTANDON qui défendait, elle, assez logiquement, la présidente du Conseil régional, vraiment, mon extraordinaire surprise.

Je connais un peu ces questions, je les ai suivies, et nationalement et localement, et ayant vraiment estime et respect pour Valérie PÉCRESSE que je connais bien et depuis longtemps, je pointe vraiment en ce domaine l'incompétence de la Région dans la gestion des lycées. Jusqu'à ce que la Région, il y a 15 jours, nous fasse savoir qu'elle repoussait à une date indéterminée le transfert des 13 lycées municipaux qui devaient lui être transférés l'année prochaine.

C'est vous dire en l'occurrence que je commence presque à en avoir un peu assez que lorsqu'il y a cité scolaire, on pointe automatiquement la responsabilité de la Ville, et en ce domaine les "fake news" sont nombreuses.

En l'occurrence, sur Jacques Decour, la Ville assume totalement sa responsabilité. La Région, évidemment, n'en fait qu'à elle-même, et considère que la rénovation de la cité scolaire Jacques Decour, c'est son affaire, elle a la bonté d'inviter la Ville, merci de nous inviter. Malgré tout cela, comme nous avons évidemment l'intérêt des élèves et des enseignants en jeu, nous allons travailler avec les services de la Région Ile-de-France, et de ce fait nous nous inscrivons dans un calendrier qui, j'espère, nous conduira à un début des travaux en 2023 pour trois ans, mais il y a encore du travail devant nous. Dans l'attente, la Ville de Paris finance de l'ordre de 700.000 euros de travaux sous maîtrise d'ouvrage de la Région pour 2020, pour la partie collège. Le programme comprendra la rénovation de sanitaires et de quatre salles de classe, le remplacement de six portes dangereuses, une intervention sur le système de sécurité incendie, et une étude pour la réfection de la toiture du CDI. Donc, en l'occurrence, on ne peut pas faire le procès de la Ville qu'entretient d'ailleurs la Région en disant que la Ville est désinvestie de Jacques Decour. 700.000 euros de travaux conséquents, c'est notre implication et c'est d'ailleurs dans cet esprit que je ne peux que donner un avis favorable à votre v?u pour témoigner de l'implication de la Ville et opposer...

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - C'est un avis favorable.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 533).