Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au risque de saturnisme dans le cadre d'hébergement d'urgence.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 83 du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, ayant trait au risque de saturnisme dans le cadre d'hébergement d'urgence.

Monsieur BROSSAT, vous avez la parole.

M. Ian BROSSAT. - Absolument, ce v?u parle d'une expérience. On avait, rue Hermel, un hôtel meublé qui a brûlé, où étaient logées des familles dans le cadre de l'Aide sociale à l'enfance, dans le 18e arrondissement. A ce moment-là, nous avons appris qu?il y avait dans cet hôtel des peintures au plomb et, donc, des enfants exposés au risque de saturnisme. Il y a donc des hôtels meublés à Paris où nous envoyons, de fait, des familles et ces hôtels contiennent des peintures au plomb, ce qui ne peut que nous inquiéter.

Ce v?u vise donc à ce que, dans l'ensemble des hôtels inscrits dans le dispositif d?hébergement d?urgence de l?Aide sociale à l'enfance, on ait systématiquement un diagnostic préalable précis de présence de plomb, afin que nous n'exposions pas des familles, et en particulier des enfants, à un risque de saturnisme.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Monsieur MANO, vous avez la parole.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - L'intervention de Ian BROSSAT, effectivement, semble tout à fait naturelle. Il est évident que c?était l'occasion pour nous de regarder un peu la procédure actuellement en cours sur les contrôles de ce type qui nous semblent indispensables.

Il est vrai, vous le savez, que c?est la Préfecture de police qui a la responsabilité sur les hôtels meublés, que la DULE, certes, fait les contrôles sur les parties communes et pas forcément sur les parties privatives. Nous arrivons à une situation un peu ambiguë dont nous ne sommes pas certains, à l?heure où je vous parle, que l?ensemble des contrôles ont été faits partout, malgré la vigilance de la Ville de Paris et que, donc, bien évidemment, nous allons soutenir votre démarche et regarder de près, entre les différentes administrations, qui fait quoi, à quel rythme et avec quelles conséquences. Ceci me semble extrêmement positif comme approche.

C'est pourquoi je soutiens ce v?u avec enthousiasme.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2009, V. 371).