Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la présence de policiers de quartier au métro Château-Rouge et alentours.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 57 du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif à la présence de policiers de quartier au métro Château-Rouge et ses alentours.

La parole est à Mme Laurence GOLDGRAB.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Nous connaissons tous la gêne occasionnée par la présence de vendeurs à la sauvette sur la voie publique au métro Château Rouge et alentours. La mairie du 18e arrondissement, avec la Préfecture de police et le commissariat du 18e arrondissement, a obtenu la mise en ?uvre d'un dispositif exceptionnel consistant, depuis le 15 septembre, à mettre en place quatre policiers qui sont postés en permanence dans un véhicule devant la station de métro Château Rouge et à l?angle des rues Dejean et Poissonniers.

Ce dispositif apporte satisfaction aux habitants et aux commerçants du quartier, qui peuvent circuler beaucoup plus librement et la propreté évidemment est meilleure. Dans ces conditions, et sur proposition de Myriam EL KHOMRI et des élus de notre groupe, le Conseil de Paris émet le v?u que le Préfet de police de Paris maintienne ce dispositif en permanence sur ce secteur, afin d'éviter l'installation sur le long terme de ces vendeurs sur la voie publique.

Je vous demande de voter favorablement ce v?u.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à M. SARRE, pour vous répondre et ensuite M. VEDEL, le Représentant du Préfet de police.

M. Georges SARRE, adjoint. - Madame GOLDGRAB, mes chers collègues, je donne naturellement un avis favorable au v?u de nos collègues du 18e arrondissement.

Je ne doute pas que M. le Préfet de police mesure l'impact de ce dispositif sur la qualité de vie des riverains de ce quartier, mais j'imagine bien que des contraintes pèsent sur la Préfecture de police en termes d'effectifs.

En toute logique, je me joins donc à la requête exprimée dans ce v?u qui, une fois encore, démontre tout l'intérêt d'une police de proximité.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup, Monsieur SARRE.

Monsieur VEDEL, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Madame la Conseillère, merci beaucoup pour le retour positif dont vous faites part quant à l'action des services de police. Effectivement, sur ce site elle est déterminée et cette situation montre bien d'ailleurs que l'interpellation qui avait fait couler un peu d'encre en début d?année s?inscrivait dans le cadre d?une politique de longue durée.

Alors effectivement, les services de police sont particulièrement déterminés sur ce site depuis la rentrée, ils le sont également sur le boulevard Barbès, et poursuivront leur implantation sur le terrain pour éviter que l'on ne retrouve une physionomie défavorable.

Néanmoins, au-delà de cette poursuite, on ne peut pas garantir la pérennisation car les services de police doivent être en permanence capables de se réajuster et de se projeter là où les besoins sont les plus forts.

Néanmoins, dans les prochaines semaines cette action sera maintenue.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, ce v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2009, V. 359).