Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2020
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Février 2020


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Nous passons au v?u n° 47 relatif aux salons de massage dans le quartier Europe.

La parole est à Catherine LECUYER.

Mme Catherine LECUYER.- Oui, Monsieur le Maire, en quelques années les habitants du quartier Europe ont constaté une multiplication inquiétante des salons de massage asiatiques. Sur quelques rues, ce ne sont pas moins de 9 salons qui se sont progressivement installés.

On retrouve toujours le même scénario avec l?arrivée d?une première mini-boutique à la devanture opaque, quasi-invisible au pied d?immeubles haussmanniens sans histoire ; d?autres suivent rapidement généralement. Seule une guirlande rouge clignotante annonce leur ouverture en fin d?après-midi, et commencent alors les va-et-vient discrets de clients souhaitant rester incognito. La concentration de ces établissements a un effet sur l?esprit du quartier et fait fuir d?autres commerces.

Ces salons de massage connaissent une expansion très importante dans tout Paris puisqu?en 10 ans ils auraient vu leur nombre multiplié par 5. Ils serviraient pour la plupart d?entre eux, c?est un secret de Polichinelle, à dissimuler des activités de prostitution, voire de blanchiment d?argent par de puissants réseaux mafieux. Il est inconcevable que de tels établissements puissent continuer à se multiplier et nous devons mener une lutte acharnée contre ces commerces qui reposent sur l?exploitation d?êtres humains.

En mai 2015, ici même, le groupe les Républicains interpellait le Préfet de police sur ce sujet et, en juin 2015, Marisol TOURAINE indiquait au Sénat que les pouvoirs publics étaient très déterminés à lutter contre ce fléau, évoquant même le démantèlement chaque année d?une quarantaine de réseaux mafieux dans des salons de massage parisiens. Mais où en sommes-nous réellement aujourd?hui ?

J?ai adressé en décembre dernier un courrier à Colombe BROSSEL, adjointe à la sécurité, et au Préfet de police pour signaler ce phénomène en expansion dans le 8e arrondissement afin qu?on nous indique l?évolution du nombre de salons de massage et surtout la nature réelle de leurs activités.

Le quartier Europe n?est en effet pas le seul concerné dans l?arrondissement. En juillet dernier, un réseau de proxénétisme était par exemple démantelé par les policiers de la Brigade de répression du proxénétisme dans un salon de massage du quartier de la Madeleine. De jeunes gens y monnayaient leurs faveurs sexuelles sous le couvert d?une activité de soins et de relaxation.

Je vous sollicitais aussi par ce courrier pour que vous nous fassiez part des mesures concrètes qui pourraient être prises par la Ville de Paris et par la Préfecture de police bien sûr, en partenariat avec l?ensemble des autres parties prenantes, notamment les fédérations professionnelles de massage, afin d?intensifier la prévention et la lutte contre ces établissements.

N?ayant pas eu de retour de votre part, je me permets de vous solliciter à nouveau et formule le v?u que vous nous communiquiez ces informations.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci, Catherine LECUYER.

Je donne la parole à Hélène BIDARD pour vous répondre et je rappelle que Mme la Représentante du Préfet de police n?est malheureusement pas disponible pour y ajouter la voix de l?Etat.

Mme Hélène BIDARD, adjointe.- Merci beaucoup, chère collègue.

Regardez ces publicités, vous les connaissez peut-être tous et toutes. Quel que soit notre âge, quel que soit l?âge des Parisiennes et des Parisiens, nous y sommes confrontés dans les rues, des massages naturistes jour et nuit, body-body, des photos mettant en scène de très jeunes femmes avec des retouches qui les rajeunissent tellement qu?on dirait des enfants.

Je regrette l?absence moi aussi du Préfet de police ; j?ai déjà remis ces "flyers" au Procureur et je lui en remets régulièrement.

Chacun d?entre nous est déjà passé devant ces prétendus salons de massage aux rideaux rouges où la nature des prestations proposées laisse peu de doute, les intentions des clients non plus, des lieux d?ailleurs très souvent et ostensiblement interdits aux femmes. Ces lieux sont une plaie pour notre ville, des lieux de souffrance et d?exploitation. Je rappelle que la prostitution est considérée par la loi comme une violence faite aux femmes.

Ce v?u n?est pas le premier. J?ai moi-même fait inscrire en mai dernier la question à l?ordre du jour de la Commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains à des fins d?exploitation sexuelle, à la suite d?un v?u du groupe Communiste. J?ai demandé un recensement de ces salons, estimés à 400 par la Préfecture de police en 2011, et j?aimerais moi aussi avoir les données récentes et précises de la Brigade de répression du proxénétisme dont nous attendons toujours les résultats. Je m?interroge par contre sur les chiffres que vous avez annoncés. Je peux déjà vous indiquer que selon le dernier comptage de l?APUR, 632 salons de massage ont été dénombrés à Paris, dont 21 dans le 8e arrondissement. Après signalement, 2 salons ont été fermés administrativement, 2 seulement sur le 8e arrondissement.

La Ville de Paris, en plus de dédier plus de 200.000 euros chaque année à la lutte contre la prostitution et la traite des êtres humains, a saisi régulièrement la Préfecture de police. De toute évidence, plus de moyens doivent être débloqués par la Préfecture de police afin de permettre des enquêtes, des poursuites et des condamnations lourdes pour le proxénétisme et la traite. C?est au Ministère de l?Intérieur, à la Préfecture de police et à la Brigade de répression du proxénétisme d?agir, la Ville, je le redis, faisant ici bien plus qu?elle ne le devrait relativement à ses compétences.

Sachez donc que j?ai moi-même signalé les adresses du quartier Europe au Procureur de la République, comme chaque élu d?ailleurs peut le faire, et je vous invite donc également à le faire.

Pour toutes ces raisons, je vous invite à retirer ce v?u et je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci, Hélène BIDARD.

Compte tenu de l?intervention de l?adjointe, est-ce que vous retirez votre v?u après l?avoir défendu ?

Mme Catherine LECUYER.- Ecoutez, non. Merci, en tout cas, pour votre retour. Merci pour les chiffres que vous nous avez avancés sur le 8e arrondissement. Non, je ne le retire pas parce que c?est vrai qu?il manque tout un volet ; on aurait aimé effectivement avoir le Préfet de police ou sa Représentante pour nous faire part des mesures concrètes qui permettent de lutter contre ces salons de massage.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci.

Le v?u est donc maintenu. L?avis de l?Exécutif est défavorable.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u n° 47.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u n° 47 est repoussé.

2020 DASES 14 - Subventions (128.000 euros) à 7 associations et avenant avec 2 d'entre elles pour leurs actions dans le champ de l'autisme.