Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2020
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2020 DGRI 4 - Subvention (1.633.000 euros) et convention triennale avec l’Association Internationale des Maires Francophones - AIMF (1er).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2020


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DGRI 4 relatif à l'attribution d'une subvention et d'une convention triennale avec l?"Association internationale des maires francophones" dites "A.I.M.F".

La parole est à Pierre AURIACOMBE.

M. Pierre AURIACOMBE. - Merci, Monsieur le Maire.

Je souhaitais intervenir sur cette subvention à l?A.I.M.F., l?"Association internationale des maires francophones". C?est l?occasion, au-delà de cette subvention, de revenir sur le rôle de la Ville de Paris, le rôle à l?international, à la coopération décentralisée. Nous venons d?en parler. J?ai assisté pendant ces six années aux travaux de la 7e Commission. Nous avons beaucoup travaillé sur cette coopération. Nous avons beaucoup travaillé à l?international. Notamment, je pense à la loi "Oudin-Santini" qui nous a permis de faire différentes actions.

L?A.I.M.F. accompagne de nombreux projets dans le monde francophone et notamment beaucoup en Afrique. L'objet, vous le connaissez. C?est notamment une meilleure gouvernance, mais c?est aussi l?accès à l?eau, le traitement des déchets et de nombreuses autres actions du même genre. D?ailleurs, ce travail se fait souvent en coopération avec des organismes comme le S.I.A.A.P. ou le SYCTOM, où nous sommes nombreux à siéger ici.

Je tiens, à titre personnel, à revenir sur un déplacement récent que j?ai fait à Yaoundé, notamment pour la commune de Bangangté, dans le nord du Cameroun. La maire était à l?époque Mme Célestine KESTCHA COURTÈS. Elle est aujourd?hui ministre de l?Habitat. Pour moi, ce sera sûrement l?un des meilleurs souvenirs qu?il me restera de mon mandat de Conseiller de Paris : voir des enfants heureux. On a fait des toilettes sèches. Ces personnes étaient vraiment heureuses du travail qu?on leur a fourni. L?A.I.M.F. travaille avec d?autres à cette coopération à aider ces personnes.

Je reviens sur cette subvention, qui peut paraître importante sur le budget. Mais oui, notre rôle, nous Paris, est d?aider les pays en voie de développement. Nous le savons tous ici, nous sommes dans le même bateau. On n?arrêtera pas - et encore, je parle à l?Afrique, avec 3 milliards d?individus bientôt, avec tous les problèmes que l?on connaît de dérèglement climatique, de faim, de sécheresse - cette misère avec un mur.

Notre intérêt, et l?intérêt de l?Afrique, c?est d?aider ces personnes sur place. Il faut les aider à rester sur place pour que leurs enfants grandissent avec les parents. Il faut les aider pour que, chez nous, cela ne crée pas un déséquilibre migratoire. C?est le rôle de l?A.I.M.F. mais c?est vraiment le rôle de la Ville de Paris de travailler à cette coopération.

Nous voterons donc avec plaisir ce projet de délibération et cette subvention.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Pierre AURIACOMBE.

Je donne la parole à Patrick KLUGMAN, pour vous répondre.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais très chaleureusement remercier Pierre AURIACOMBE d?avoir attiré l?attention de notre Conseil sur le vote de la subvention annuelle à l?A.I.M.F. L?A.I.M.F., c?est l?"Association internationale des maires francophones", qui a fêté cette année son quarantième anniversaire. Cette association avait été fondée sous l?égide et l?impulsion de Jacques Chirac. Son quarantième anniversaire a été fêté il y a quelques semaines de cela.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Patrick?

Est-ce que vous pouvez faire moins de bruit ? Il y a des discussions particulières, qui sont légitimes, surtout en cette période, mais elles pourraient se faire sur un ton plus bas, par exemple, Monsieur JD, pour ne pas le nommer, qui me tourne le dos.

M. Jérôme DUBUS. - Monsieur DUBUS.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Voilà. Non, non, mais?

M. Jérôme DUBUS. - Je l?ai nommé.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Allez.

Nous allons continuer dans un silence retrouvé.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Je voulais attirer l?attention de notre Conseil.

Merci, Monsieur le Maire, sur cette subvention qui n?est pas anodine puisque c?est la principale subvention à l?A.I.M.F., qui est une association, qui est un réseau extraordinaire de solidarité, d?amitié entre des maires qui viennent en personne. C?est le seul réseau de maires où les maires ne peuvent pas être représentés, où ils viennent en personne et où, vous le savez, l?espace de la francophonie dans le domaine des collectivités locales s?étend sur tous les continents. Cette année, nous avons fêté le quarantième anniversaire à Phnom Penh, après qu?au mois de juin nous soyons allés, dans le cadre de l?A.I.M.F., à Kigali. Nous avons, avec l?A.I.M.F., bouclé cette boucle qui nous a fait nous rendre, dans le cadre de cette mandature, sur tous les lieux du génocide, des génocides du XXe siècle. Donc, merci à Pierre AURIACOMBE.

Par ailleurs, je ne sais pas si chacun le sait, mais l?A.I.M.F. est un exemple de bonne gestion. Bien sûr que le soutien de Paris lui est indispensable, mais j?ai envie de vous dire que les relations internationales de Paris sans l?A.I.M.F. ne seraient pas évidemment les mêmes. Cette subvention est tout à fait nécessaire à son fonctionnement. Je voudrais donc saluer l?équipe de l?A.I.M.F., sous l?égide de son secrétaire Pierre BAILLET, pour son excellente gestion et tout l?accompagnement qu?ils ont fait de leurs équipes à travers le monde et à travers toutes les villes francophones ces six dernières années.

J?en profite, Monsieur le Maire, puisque c?est ma dernière prise de parole en tant qu?adjoint au Maire de Paris en charge des relations internationales et de la francophonie, simplement pour remercier l?administration, la DGRI, qui est une toute petite équipe, qui, avec des moyens dérisoires, organise l?attractivité et la réception des délégations du monde entier de la première ville visitée au monde. Cher Jean-François MARTINS, je voudrais vous dire que c?est extraordinaire d?avoir été accompagné, servi, aidé par cette équipe. Il y a Patrizianna SPARACINO-THIELLAY qui est avec nous ce matin en Conseil. Je voudrais vraiment, en notre nom à tous, la saluer.

Je voudrais remercier tous les groupes, parce que les relations internationales, ce n?est pas une matière d?opposition et de majorité. Nous avons fabriqué ensemble la solidarité de ce Conseil de la Ville de Paris. Je voudrais, pour finir, témoigner la gratitude que la Maire m?a faite en me demandant de la représenter à travers le monde pendant six ans. Représenter Paris, ce n?est pas rien. Chacun, ici, en est conscient et j?en ai été le témoin privilégié.

Pour finir, un mot de Churchill : "Pour chacun d?entre nous, quel que soit notre destin politique, ce n?est pas la fin, ce n?est pas le début de la fin, ce n?est que la fin du début".

Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Patrick KLUGMAN, même si, heureusement, je fais cette bonne nouvelle à notre Conseil : ce ne sera pas votre dernière prise de parole.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 4.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2020, DGRI 4).