Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DAC 82 - Signature d'un avenant à la convention avec l'association "Philharmonie de Paris" pour l'attribution d'une subvention (19e). Montant : 904.148 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons à la 9e Commission pour examiner le projet de délibération DAC 82 : signature d'un avenant avec l'association "Philharmonie de Paris" pour l'attribution d'une subvention de 904.148 euros.

La parole est à Mme la Présidente FOURNIER pour cinq minutes.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci, Monsieur le Maire.

Il s?agit d'un avenant à une convention pour un projet d'équipement qui sera réalisé par Jean NOUVEL, un projet qui a mis du temps à voir le jour et qui devrait être inauguré en 2012.

C'est toujours difficile de parler d'un équipement, alors qu'il n'en est qu'au stade du projet, mais ce projet financé par la Ville et l'Etat à parité, avec un complément de la Région pour 10 %, est un projet extrêmement coûteux.

Est-ce que vous pouvez nous donner d'ores et déjà des éléments qui permettraient de penser que l'on va pouvoir maîtriser les coûts de fonctionnement et de réalisation de ce bâtiment ?

Pour cela, je vais poser deux questions.

Ainsi, le bâtiment retenu respecte-t-il les normes du Plan Climat ou met-il en ?uvre des dispositifs innovants pour limiter les frais de fonctionnement du bâtiment, notamment en matière d?énergie, en employant des matériaux adéquats ?

Alors que notre Conseil se penche sur le développement durable ou s'est penché sur le développement durable au début de cette session, la Ville doit être attentive aux constructions neuves, quelles qu'elles soient, surtout celles qui ont une vocation emblématique, qui doivent fonctionner pendant plusieurs décennies en anticipant sur les évolutions possibles.

D'autre part, et ce sera une deuxième question, c'est souvent avec réserve que nous votons les subventions pour les très gros équipements culturels et la mise en chantier de ces nouveaux équipements dans le contexte actuel et il nous semble nécessaire de réfléchir en prenant en compte l'offre culturelle à Paris.

Elle est déjà considérable, notamment en matière de salles de concert pour la musique classique et il ne nous semble pas que ce soit en multipliant les équipements dits "prestigieux" que l'on contribuera le plus au rayonnement et au dynamisme de la Ville en matière artistique et en matière de culture musicale classique.

En effet, les budgets ne sont pas extensibles. Aussi, nous souhaiterions avoir l'assurance que le fonctionnement de cette structure n'amputera pas les subventions accordées à d'autres structures, plus modestes peut-être, mais qui contribuent aussi, et de manière parfois très efficace, à former des musiciens et des mélomanes.

Je vous remercie de bien vouloir répondre à ces deux interrogations que nous partageons avec de nombreux Parisiens.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Madame FOURNIER, de ces questions.

La première réponse concernera le respect du Plan Climat. Je tiens à vous rassurer sur le fait que la Philharmonie de Paris a intégré dès la genèse de son programme un ensemble de critères en accord avec la démarche H.Q.E.

A ce jour, de par sa spécificité et sa culture, la Philharmonie s'inscrit dans une démarche de certification au titre d?opérations expérimentales à travers deux volets : la Qualité Environnemental du Bâti, ce que l'on appelle le Q.E.B., et la mise en place d'un Système de Management de l'Opération (S.M.O.).

14 critères ont été définis, regroupés en quatre familles : l'éco-construction, l?éco-gestion, le confort et la maintenance. Ils recouvrent la conception, le chantier et l'usage du futur équipement musical, allant des matériaux utilisés à la qualité de l'eau et de l'air, en passant par la gestion de l'énergie et des déchets.

Pour le deuxième volet de votre question qui concernait le coût de fonctionnement de la Philharmonie et votre inquiétude sur la dépense publique, je peux vous dire que nous sommes, tout à fait comme vous, attentifs à la culture musicale de proximité pour les établissements les plus fragiles et qui ont besoin de soutien, en particulier en période de crise.

Nous serons donc très attentifs, vraiment, aux conservatoires, aux associations musicales, aux chorales, aux ensembles et aux lieux de répétition et, ainsi, l'équipement prévoit un budget de fonctionnement annuel estimé à 34 millions d'euros, ce qui ne vient pas en soustraction des actions que nous menons et pour lesquelles nous serons, de façon tout à fait déterminée, engagés aussi pour le maillage fragile de la culture musicale à Paris.

La participation prévue pour la Ville de Paris sera d'environ 7,8 millions d'euros à part égale avec l'Etat, le reste du budget étant assuré par les ressources propres, le mécénat, la commercialisation d'espace, la billetterie et, peut-être, un soutien de la Région Ile-de-France.

Je profite de cette intervention pour donner une précision concernant le budget d'investissement ; le montant total des travaux est estimé à 175 millions d'euros hors taxes.

Des négociations sont actuellement en cours avec l'association de préfiguration de la Philharmonie, le cabinet de Jean NOUVEL et les entreprises de travaux publics. En période de crise, nous avons réaffirmé avec fermeté que nous ne souhaitons pas de dépassement de l'enveloppe initialement prévue et votée en Conseil de Paris. Ce n'est pas M. GAUDILLÈRE qui me dira le contraire.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Certes, non, mon cher collègue.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 82.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DAC 82).