Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la mémoire de Mstislav Rostropovitch. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Les v?ux n° 90 du groupe U.M.P.P.A. et n° 90 bis de l?Exécutif ont trait à la mémoire de Mstislav Rostropovitch.

La parole est donc à M. Pierre GABORIAU pour une minute.

M. Pierre GABORIAU. - Merci, Monsieur le Maire.

La France a souhaité envoyer cette année un geste fort d'amitié à l'Allemagne en célébrant le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin. Cet événement fait partie de notre histoire européenne commune. La Ville de Paris a été associée à cette célébration organisée le 9 novembre 2009, place de la Concorde par Pierre LELLOUCHE, Secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, et en présence du Premier Ministre François FILLON, du Maire de Paris, Bertrand DELANOË, de la fille de Mstislav Rostropovitch, Elena ROSTROPOVITCH, et de plus de 10.000 Parisiennes et Parisiens.

Mstislav Rostropovitch, longtemps apatride, a joué un rôle symbolique majeur en venant spontanément au pied du mur, le 11 novembre 1989, et qu?il a porté un message de paix à l'Europe unie.

Puis-je rappeler que la Ville de Paris soutient l'organisation du concours de violoncelle Rostropovitch ? Considérant que l?esplanade du 9 novembre 1989, chute du mur de Berlin, a été dénommée en 2003 dans le 15e arrondissement et qu'elle accueille à l'initiative de Philippe GOUJON, député-maire du 15e, un pan du mur de Berlin depuis juin dernier, Delphine BÜRKLI, Hélène MACÉ de LÉPINAY, Vincent ROGER et les élus du groupe U.M.P.P.A. proposent que la Ville de Paris honore la mémoire de Mstislav Rostropovitch en assurant à l'association pour la création et la diffusion artistique une subvention pérenne lui permettant d'organiser le concours de violoncelle Rostropovitch, la Ville ayant diminué de 50.000 euros en 2009 la subvention qui lui est accordée pour organiser le concours de violoncelle, et que soit consacré également un lieu de la Capitale à la mémoire de ce grand violoncelliste.

Enfin, en lançant un concours international de sculpture pour ériger dans un endroit symbolique et prestigieux de Paris une statue représentant Mstislav Rostropovitch jouant, le 11 novembre 1989, au pied du mur de Berlin.

Monsieur le Maire, je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur GABORIAU.

La parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Dans le même esprit que pour Claude Lévi-Strauss, je vous demande de bien séparer les sujets.

Les concours de la Ville vont faire l'objet, en 9e Commission, avec les élus à la culture et d'autres d'ailleurs, d'une réflexion approfondie, et bien évidemment, comme vous l'avez vu, le concours Rostropovitch s'est tenu, certes, non pas avec 300.000 euros mais 250.000 euros. 300.000 euros, c'était pour deux concours. Un seul concours, c?était avec 250.000 euros, et nous avons fait la démonstration qu'en étant fermes et en encourageant la recherche du Mécénat, les choses pouvaient se tenir.

Je mettrai donc de côté le concours : il n'y a pas de concours pérenne, cela n'existe pas. Il y a des concours, et vous avez le droit, les élus de l'opposition comme de la majorité, de remettre en cause, éventuellement, un concours, mais il y aura un concours Rostropovitch : j'en suis certain.

En revanche, en ce qui me concerne, je ne suis pas favorable du tout à la proposition de lancer un concours international de sculpture pour ériger une statue représentant Rostropovitch. Je vais vous dire pourquoi. J'ai un souvenir de conversation lors d?un voyage où j'étais son voisin d'avion pour aller à New York, durant lequel il m?avait expliqué combien il détestait ce qui figeait l'individu et l'artiste dans le temps et en particulier, ces horribles sculptures que l'on pouvait voir à travers le monde.

Je me dis que je suis donc d'une certaine façon détenteur d'un souvenir et d'une opinion de sa part et à mon avis, il ne serait pas favorable à l'idée d'une sculpture.

Je vous propose d'en reparler, que l'on ne se rue pas sur l?idée de la sculpture car elle est liée à la chute du mur de Berlin. On était tous à la chute du mur de Berlin, moralement ou physiquement. D'une certaine façon, reparlons? Moi j'y étais ! J'ai des photos? Avec mon marteau ! Je plaisante !

Sérieusement, en tout cas, faisons en sorte que sur un projet éventuel, à mon avis qui mériterait d'ailleurs mieux qu'une sculpture, d'avoir un jour, en effet, une proposition d'artiste particulièrement contemporaine, sur l'évocation de Rostropovitch, qui était un homme à la fois de tradition mais extrêmement contemporain et qui aimait bousculer les habitudes.

Je pense qu?il ne faut pas le figer comme on peut avoir une statue de Charles de Gaulle, une statue d'un président ou d'un chef militaire. Je pense que Rostropovitch méritera que l'on ait peut-être un concours d'art contemporain, avec des artistes particulièrement audacieux. Je propose qu'on le mette de côté pour l'instant.

En revanche, je vais vous faire une proposition. J'aimerais qu'elle puisse rallier tout l?hémicycle. C'est que nous ayons un seul v?u, une seule proposition, concernant le prochain conservatoire qui va être construit dans le 17e arrondissement, vous voyez à quel point Mme KUSTER, depuis que nous nous sommes vus longuement dans son arrondissement, a eu sur moi une influence positive. Je vais proposer au Maire de Paris, aux élus, que ce prochain conservatoire puisse peut-être en effet porter le nom de Rostropovitch et je pense que l'on aura là un geste qui fera l'unanimité.

Et donc de retirer nos v?ux respectifs et d'en faire un seul qui est celui-ci.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Monsieur GABORIAU, est-ce que cette proposition recueille votre assentiment ?

M. Pierre GABORIAU. - Elle me séduit assez.

Je représentais les élus du 15e avec trois propositions différentes, certes, mais la proposition que nous fait Christophe GIRARD me sied assez bien et je saurai la défendre auprès de Philippe GOUJON et de mes collègues élus du 15e. Je dirai à Mme KUSTER qu?elle a beaucoup de chance d'accueillir un conservatoire dans son arrondissement portant le nom de ce prestigieux violoncelliste.

Merci.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Les deux élus du 15e de l'opposition vous approuvent, il me semble.

Cette proposition est donc adoptée, j'imagine, par l'Assemblée toute entière : parfait !