Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DJS 484 - Candidature de la Ville de Paris comme Ville hôte en vue d'accueillir des matchs du championnat d'Europe de football organisé en 2016 par l'UEFA.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DJS 484 relatif à la candidature de la Ville de Paris comme Ville hôte en vue d?accueillir des matchs du championnat d?Europe de football, organisé en 2016 par l?UEFA.

La parole est à M. POZZO di BORGO.

M. Yves POZZO di BORGO. - Notre collègue Valérie SACHS a bien souligné l?interrogation de notre groupe sur la politique de gestion des grands équipements sportifs de la Municipalité.

Sur ce projet de délibération lui-même, évidemment nous ne pouvons que nous réjouir parce que nous le soutenons, comme nous avons soutenu la candidature pour la Coupe de monde 1998 ou celle des Jeux olympiques 2012.

Je pense aussi que l'engouement populaire qui va être suscité sera un très grand élément d'unité de cette région et du pays également, et cela permettra de donner aussi un véritable élan économique qui contribuera d?ailleurs à élaborer un projet pour le Grand Paris, parce qu'un événement de cette ampleur serait l'occasion de montrer que la Capitale est capable de se mobiliser.

Entre le stade de France de Saint-Denis et le Parc des Princes dans le 16e arrondissement, la Région Capitale a deux atouts indiscutables pour mettre en valeur ce que représente le Grand Paris.

Toutefois, je ne voudrais pas que l'impératif que constitue la nécessité de moderniser le Parc des Princes pour obtenir l'euro 2016, vienne masquer certaines faiblesses dans la gestion des sites sportifs de la Ville.

Et je voudrais poser la question, M. VUILLERMOZ a fait référence au précédent projet de délibération, quel est l'accord entre le Maire de Paris et le groupe "Colony" ? Voici un groupe capitalistique qui a investi plus de 80 millions d'euros au sein du P.S.G., qui perd de l?argent, qui continue à en perdre, c'est le risque du capitalisme. Le capitalisme c'est un risque, vous perdez ou vous gagnez et là ils perdent.

Dans la presse, encore aujourd'hui dans l'Equipe, on entend dire que le groupe "Colony" est pratiquement assuré d'avoir le P.S.G., est assuré d?avoir le Parc des Princes, il envisage même de vendre, c'est ce qu?il appelle un "naming", le nom du Parc des Princes, parce que cela ferait 2 ou 3 millions d'euros de plus pour lui.

Je vous mets en garde, Mesdames et Messieurs de l'Exécutif.

La Commission des élus que vous allez mettre en place, j'espère qu'elle travaillera de façon sérieuse. On ne peut pas avoir dans cette commission, des appels d'offres, où l?on aurait, en pratique, un grand groupe à côté de groupes qui seraient négligeables. Méfiez-vous, c'est une affaire très importante.

Je crois qu'en ce qui concerne ce bail emphytéotique qui sera soumis au Conseil de Paris, il est nécessaire que la plus grande transparence soit là.

Ce que j'entends dans la presse, ce que je vois, les courriers que j'ai reçus en tant que président du groupe me mènent à m'interroger. Et je compte sur le Maire, que je respecte beaucoup, pour qu'il fasse en sorte que cette commission soit transparente, honnête et vraiment dans une logique de faire en sorte que toutes les décisions soient prises dans une transparence la plus complète.

Je vous dis cela parce que les articles de presse que l'on voit partout ne vont pas dans le sens de cette clarification.

(Applaudissements sur les bancs des groupes Centre et Indépendants et U.M.P.P.A.).

M. Christophe GIRARD, adjoint, président - Merci beaucoup. Pour vous répondre, M. VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Monsieur POZZO di BORGO, je crois comme vous, je participe à l'idée que l'on ne peut pas museler la presse. Et donc, à partir de là, la presse dit ce qu'elle veut et ce qu'elle pense. Elle ne s'appuie pas forcément sur des réalités et des vérités. A partir de là, un certain nombre d'articles dans la presse traitent de différents problèmes, parfois des gens qui sont plus proches de vous que de moi les alimentent, notamment dans le 16e arrondissement, je ne parle pas de Mme SACHS, mais vous savez bien que cela existe, et donc à partir de là, moi, je ne peux dire les choses que lorsqu?on m'interroge et je les dis tel que je les pense et aussi tel que je peux les dire dans le contexte qui est le nôtre aujourd'hui, où dès que l'on dépasse un petit peu, la justice s'intéresse à votre cas.

Vous m?avez interrogé par rapport à "Colony Capital". Pour l?instant, "Colony Capital" n?est rien d?autre que l?actionnaire principal du P.S.G. et aussi l'actionnaire de la SESE.

A partir de là, le P.S.G. joue à l'heure actuelle au Parc des Princes puisque la D.S.P. qui nous lie à la SESE permet au P.S.G. de jouer sur ce site.

Comme vous le savez et comme je viens de le dire, il y aura dans le cahier des charges un certain nombre d'éléments qui stipuleront que le stade doit être réservé principalement au football et qu'à partir de là, on peut penser qu'un club résident, tel que le P.S.G. peut jouer normalement au Parc des Princes.

On en est là.

Ce que nous allons faire, là, c'est que nous passons une délibération qui vient d'être votée et qui dit, en gros, que nous ouvrons la perspective pour la gestion du Parc des Princes de faire un bail emphytéotique administratif. C'est tout ce que nous avons fait pour l'instant et, à partir de là, nous allons faire toutes les procédures pendant l'année 2010 pour mettre en ?uvre ce B.E.A. et l'attribuer.

Donc, cela veut dire quoi ? Cela veut dire que ce B.E.A. sera mis en concurrence avec appel d'offres dans la presse et, à partir de là, des candidats, je l'espère, "des" candidats viendront candidater sur ce B.E.A. Ce n'est pas moi qui vais pouvoir dire quels seront les candidats. Est-ce qu?il y en aura 1 ? Est-ce qu?il y en aura 2 ? Est-ce qu?il y en aura 3 ? Et ce n'est pas moi qui dirai si Untel ou Untel est sérieux ou pas sérieux.

Monsieur POZZO di BORGO, c'est vous, dans la commission ad hoc qui sera formée à cet effet, et je pense que vous y serez puisque vous y êtes très attaché, qui viendrez dire quel est votre choix. Et, à partir de là, le Maire de Paris, et le Conseil de Paris, déterminera à qui il peut attribuer le B.E.A.

Voilà la procédure, Monsieur POZZO di BORGO, et c'est cette procédure que nous mettrons en ?uvre le plus prochainement possible, dans le courant de l'année 2010.

Voilà ce que je pouvais vous dire.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 484.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DJS 484).